POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 14 novembre 2015

Attentats du vendredi 13: la liberté de parole contestée à l'opposition

A droite et à l'extrême droite, ça dérape", selon Libération, presse supplétive de l'Elysée

Presse d'information ou organe politique ?


La fusion droite-gauche aux Régionales, un coup tordu de Valls.
A lire Libération, le terrain n'est pas prêt: la presse PS n'y travaille pas !
"Les porte-flingues de Sarkozy, Laurent Wauquiez ou Eric Ciotti, exigent [sic] "un centre d'internement" pour les individus suspectés de terrorisme, pendant que Philippe de Villiers et Gilbert Collard dénoncent un pouvoir complice du drame de Paris de vendredi soir," selon les petits supplétifs indépendants du pouvoir socialiste, partie prenante de l'Etat-PS.  La presse socialiste tente d'imposer l'unanimisme d'opinion: on attendrait de démocrates qu'ils militent pour le pluralisme, à commencer dans les media... 
   
Ils ont dérapé, juge le journaliste Matthieu Ecoiffier, accusateur public  

"Dès" 8h40, alors que Paris se réveille du cauchemar après la série d’attentats perpétrés par des terroristes islamistes dans la capitale qui a fait plus de 120 morts et que l’enquête est en cours, Laurent Wauquiez, secrétaire général de LR, premier parti de la droite républicaine, fait une déclaration qui n'a pas l'heur de plaire à la bande à Joffrin. Il suggère que "les 4.000 personnes vivant sur le territoire français, fichées pour terrorisme", soient "placées dans des centres d’internement antiterroristes spécifiquement dédiés"
Alors qu’on ne connaît pas le profil [islamiste] des huit assaillants, dont sept se sont fait sauter, Wauquiez [Laurent, pour les plus courtois] assure "déjà" [sic] qu’il s’agit d’individus repérés par les services de renseignement. Ce qui n'est pas faux, quoi que puisse en penser Antoine Krempf (France Info) au terme d'un raisonnement tortueux dont il a le secret. Des centres d’internement d’individus fichés S ? 

Libération semble avoir une ligne directe avec le Conseil Constitutionnel
Nul besoin de recours, cette proposition serait "inconstitutionnelle" avant même d'être une décision (d'arrêter et détenir un individu qui n’a commis aucun forfait). A ce détail près que, n'en déplaise à Libération et ses journalistes idéologues à la solde du pouvoir, jusqu'à plus ample informé, les attentats djihadistes doivent bien avoir des auteurs anti-républicains et violents et que Hollande a décrété l'état d'urgence.

La proposition est reprise et appuyée par Eric Ciotti, qualifié de "monsieur sécurité de Nicolas Sarkozy" lors de la matinale de France Inter, ce qui s'appelle de la désinformation sectaire, puisqu'il soutient François Fillon depuis juillet 2014, l'informe PaSiDupes. Si Eric Ciotti explique depuis des mois qu’il demande ("exige" ?) cette mesure, c'est que Fillon partage cette position que Matthieu Ecoiffier se garde bien de reprocher à l'ancien premier ministre. Libération serait-il de parti-pris ?
Certes, l’état d’urgence permet au ministre de l’Intérieur d’assigner à résidence "toute personne dont l’activité s’avère dangereuse pour la sécurité et l’ordre public", concède le journaliste manipulateur de l'opinion. Mais regrouper ces personnes dans des centres nécessiterait une modification législative. 
Donc, on ne fait rien en attendant le prochain carnage. 
Ecoiffier, portrait-type de l'écolo-bobo nanti,
bénéficiaire d'un régime fiscal spécial
"Dans la quasi-totalité des attaques terroristes que nous avons connues, il s’agissait d’individus qui étaient déjà surveillés. On ne peut plus attendre qu’ils passent à l’acte", souligne encore Laurent Wauquiez, candidat de la droite et du centre en Auvergne-Rhônes-Alpes aux régionales. Il ajoute : "On éprouve tous un sentiment d’effroi et de révolte. Toute la France est en communion profonde avec les familles des victimes. On ne peut pas continuer comme ça, on ne peut pas accepter passivement ce monde de terreur pour nos enfants et il faut clairement dire : ça suffit", "sous-entendant", selon le polémiste de Libération, "que le gouvernement accepte la situation et reste les bras croisés", ce qui ne l'avait pas encore effleuré ! "De la basse démagogie", assène Matthieu Ecoiffier (ci-dessus) quijusqu'à preuve du contraire, n'est ni chroniqueur chez Ruquier, ni commentateur politique. Mélange des genres à Libé: qui dirige ? 

"C’est à la droite ultra et à l’extrême droite que la récupération du drame est la plus odieuse." 

La danseuse des  hommes d'affaires multimillionnaires, Bruno Ledoux et Patrick Drahi, a les chevilles trop faibles pour ses pointes. L'impopularité de la gauche la rend agressive. 
Philippe de Villiers, le président du Mouvement pour la France, avait ouvert le banc par un tweet posté un peu avant minuit vendredi : «Immense drame à Paris, voilà où nous a conduit le laxisme et la mosqueïsation de la France." 
Un peu avant 23h14, Louis Sarkozy, le dernier fils de Nicolas Sarkozy, poste ce tweet : "La faiblesse et l’incompétence du président Hollande devient un danger mortel pour la France", avant de s’excuser un quart d’heure plus tard. 

"C'est au Front National que la récupération politique est la plus décomplexée," assure le journal qui hébergea les libertaires de Charlie hebdo. A l’instar de Jean-Marie Le Pen qui, en pleine double prise d’otages, avait appelé à voter pour sa fille, l’avocat et député Rassemblement bleu Marine Gilbert Collard balance sur son blog dès le matin un appel à voter frontiste intitulé "Identité nationale Marine au pouvoir, vite !" s'inquiète Ecoiffier, attaché à son statut de nanti de la presse opulente.
Où le 'frontiste', qui en a entendu bien d'autres, accuse "ceux qui gouvernent directement ou par leurs idées aujourd’hui en France" d’être "des traîtres à notre nation, et désormais à nos vies". Les électeurs jugeront dans une quinzaine.
Gilbert Collard s'était déjà distingué dans la nuit sur son compte Twitter. D'abord en demandant à l'armée de tirer à balles réelles - ce que fit la section antiterroriste- "en appui aux forces de l'ordre : on ne va pas attendre 200 morts", puis en accusant "à tort" [sic, selon le journaliste solidaire, jugulaire-jugulaireun journaliste du Monde d'avoir filmé l'évacuation du Bataclan plutôt que de "prévenir la police"Libération est juge et partie. 

Benoît Apparu participe à la polémique

Alors que Sarkozy ne dit rien qui ne serve les intérêts de la République, mais se voit assimilé aux cibles de la presse caviar, Benoît Apparu a rendu hommage aux victimes des attentats de Paris : "Nous avons beaucoup de compassion vis-à-vis des victimes et de leurs familles." Le petit journaliste de Ledoux et Drahi ne mentionne pas que le député-maire Les Républicains de Châlons-en-Champagne a  affirmé son soutien à l’exécutif socialiste : " J’ai une confiance totale en notre gouvernement pour gérer au mieux cette situation." Le député-maire est également revenu sur la nécessité de ne pas faire d’amalgame : " Ceux qui font ça, donc a priori Daesh, sont des terroristes, ce sont des salauds. Ça ne reflète absolument pas la réalité du monde musulman," estime le  maire de Chalons-en-Champagne soumis à une forte pression musulmane: sa ville de 45.000 habitants ne compte pas moins de 4 lieux de culte musulmans, au moins, alors que la communauté islamique de Dijon, 152.000 habitants, possède trois mosquées.
Benoît Apparu soutient François Fillon (LR), lequel appelle à prier pour Paris.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):