POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 30 novembre 2015

Marine Le Pen riposte au parti-pris socialiste de La Voix du Nord

Les quotidiens La Voix du Nord et Nord Eclair ont pris parti contre le Front national, admet l'AFP

La presse régionale subventionnée s'inquiète pour son financement 
en cas de victoire de la présidente du FN aux élections régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, défendant ses revenus aux frais des Conseils départemental et régional. Un conflit d'intérêts qui provoque l'indignation de Marine Le Pen.

Le groupe de presse Rossel-La Voix fait un résultat d’exploitation 2014 de 9,4 M€ et son directeur général , Jacques Hardoin, dispose d'un effectif pléthorique d' environ 1.700 personnes dont 700 journalistes...
"Pourquoi une victoire du FN nous inquiète", titre en Une la Voix du Nord à six jours du premier tour du scrutin, une "prise de position" très rare de la part de la presse quotidienne régionale et surtout anti-démocratique. "La région a-t-elle vraiment besoin du Front national ?", s'interroge en Une Nord Eclair, autre quotidien du groupe faisant pression sur les électeurs. Les deux journaux publient la même double page sur le sujet. Le pluralisme n'aurait que des avantages.
La Voix du Nord fait les questions et les réponses, insistant sur son inquiétude d'une éventuelle victoire du FN "parce que nous ne portons pas les mêmes valeurs", "parce qu'il n'a pas l'expérience" et "parce qu'il menace la solidarité nordiste".
Un deuxième "volet de l'enquête" sera publié mardi.
Dans un éditorial, le directeur de la rédaction monte au front. Jean-Michel Bretonnier écrit qu'en cas de victoire du FN, "les ferments de la division seront à l'œuvre, diffusés par un parti aux deux visages". "Il s'inscrit dans le jeu démocratique sans renoncer à sa radicalité; il adopte une posture +anti-établissement+ en profitant du système", ajoute-t-il, à quelques heures d'un meeting de Marine Le Pen prévu lundi soir à Lille.
Selon un sondage BVA publié dimanche, Mme Le Pen l'emporterait en cas de triangulaire au second tour le 13 décembre avec 44% des voix, devant la droite (30%) et la gauche (26%). Elle est aussi donnée gagnante en cas de duel face à Xavier Bertrand sans fusion avec la gauche (52% contre 48%), et en cas de fusion des listes de droite et de gauche (51-49).
Mme Le Pen s'est aussitôt indignée de la prise de parti de la Voix du Nord. 
"C'est profondément scandaleux, ils ont fait deux pages aujourd'hui, ils font deux pages aussi demain de tract, car c'est un tract pour le Parti socialiste", a lancé sur RTL la tête de liste du FN dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
"Il ne faut pas s'en étonner, c'est la contrepartie des 9 millions de subventions qu'ils ont touchés du Conseil régional socialiste sous cette mandature", a-t-elle accusé.

La présidente du FN a riposté qu'elle couperait  les subventions si elle était élue et que c'était pour cette raison que le journal l'attaquait.

Solidarité de la presse partisane de gauche
La candidate FN à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie s'agace (sic) que le quotidien régional prenne position contre elle, raille Le Figaro.

La tête de liste du FN aux régionales explique que " ces media sont achetés par un exécutif et le moment venu, ils rendent la monnaie de l'énorme subvention qu'ils ont touchée. C'est la raison pour laquelle ils nous attaquent, ils cherchent à défendre leurs subventions alors qu'il y a un million de pauvres dans notre région."
Le groupe de presse, cité par Le Figaro.fr, joue sur les mots. "Les subventions évoquées par Marine Le Pen ne concernent pas le journal La Voix du Nord, mais des aides à la production pour des courts et longs-métrages ensuite diffusés sur la chaîne de télévision Weo". Or, diffusée dans la majorité du Nord-Pas-de-Calais, cette chaîne de télévision généraliste locale mixte appartient ... au Groupe Rossel-La Voix, au Conseil régional socialiste du Nord-Pas-de-Calais, et au Crédit Agricole,  Elle dispose d'un budget de 3,2 millions d'euros, ce qui représente un huitième du budget de France 3 Nord-Pas-de-Calais Picardie.

Dénonçant aec aplomb l' "outrance et l'approximation" dont ferait preuve selon lui Marine Le Pen, le rédacteur en chef de La Voix du Nord, Jean-Michel Bretonnier, a assuré sur Europe 1 que les journalistes du quotidien régional "ne sont pas des acteurs politiques" (sic !), mais qu'ils ne sont pas sortis de leur rôle, qui est d'" informer et d'expliquer".
La moralité du militant n'est pas prise en défaut pour la première fois
En 2012, alors que le site Arrêt sur images critiquait un entretien de complaisance du président du Conseil régional du Nord-pas-de-Calais, Daniel Percheron (Parti socialiste), dans La Voix du Nord sous une forme "qui s'apparente plutôt à une véritable tribune", Jean-Michel Bretonnier précisa que " cette pratique est courante, notamment dans l’audiovisuel"...

La gauche conteste le droit républicain des candidats à l'impartialité de la presse

Avec la mauvaise foi qui la caractérise, la presse inverse les responsabilités et dénonce chez sa cible "un problème avec la liberté d'opinion."

Totalitaire, le Parti socialiste ne craint pas de se "salir"...   
Parmi les démocrates de gauche, les agressions socialistes dépassent l'entendement. "J'observe avec effroi que le quotidien la Voix du Nord fait à présent l'objet de menaces de la part de Marine Le Pen (sic) Je retiens que la liberté de la presse version Front National, ce sont des journaux aux ordres, sous peine de sanctions", s'insurge le... ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner (PS), originaire de la région. 

Factotum de Martine Aubry,
le député PS François Lamy estime que c'est Marine Le Pen qui a "toujours un problème avec la liberté d'opinion et d'expression de la presse"

Sur Twitter, le maire de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) -qui a bénéficié des scandales socialistes d'affairisme et de corruption autour de Gérard Dalongeville, d'une part, et de Jean-Pierre Kucheida, inamovible député et maire de Liévin, d'autre part,
Steeve Briois (FN) demande  au groupe de presse de "rendre l'argent" touché. 
Quant au vice-président du FN, Florian Philippot, il ironise: "La Voix du Nord va perdre tous ses lecteurs patriotes puis viendra pleurnicher. Triste affaire. Seul le professionnalisme paie".

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):