POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 21 mai 2013

Un fils Fabius, non imposable, s'offre un appartement de grand standing, sans le sou

Un fils de ministre des Affaires étrangères au-dessus de tout soupçon ?

Scandale après l'achat d'un appartement à 7 millions d'euros par Thomas Fabius
Fin avril 2013, la cellule de renseignement financier Tracfin a été saisie, après l'achat par le fils du ministre des Affaires étrangères, d'un somptueux appartement parisien en juin dernier. Un achat à 7 millions d'euros, révèle Le Point. 

Comment fait ce jeune dandy qui ne paie pas d'impôt sur le revenu ?

Le magazine Le Point  décrit un "somptueux pied-à-terre", un appartement de 280 m² "situé au 199 bis du boulevard Saint-Germain, "une des artères les plus huppées de la capitale", . Le prix : 7 millions d'euros. Il s'agit de l'ancien appartement du réalisateur Claude Zidi. Le nouveau propriétaire s'appelle lui Thomas Fabius, un joueur invétéré aujourd'hui interdit de casino et fils oisif du ministre des Affaires étrangères de François Hollande, celui qui n'aime pas les riches.

"J'ai acheté mon appartement comme tout le monde, avec un prêt bancaire" (Thomas Fabius, cité dans Le Point)
Pour acheter un appartement un tel prix, il faut évidemment présenter de solides garanties ; c'est là que le bât blesse, souligne Le Point, d'autant que, selon le magazine, Thomas Fabius ne paie pas d'impôt sur le revenu, malgré sa domiciliation fiscale en France. L'intéressé affirme pourtant avoir payé son bien, acheté en juin 2012, "comme tout le monde", c'est-à-dire grâce à un prêt bancaire. Il parle d'une "garantie" qui aurait suffi à convaincre son banquier, mais les bénéfices de sa société de consulting, TF Conseils, n'affichaient que 11.800 euros en 2011.

La cellule Tracfin aurait été saisie
Le Parquet de Paris qui dépend de Christiane Taubira, ministre et camarade de papa reste muet quant à l'ouverture d'une éventuelle enquête sur l'origine du financement de cet appartement, mais la cellule de renseignement financier Tracfin aurait été saisie. La cellule, qui reçoit plus de 23.000 signalements par an, est en charge de la traque de la fraude fiscale et du blanchiment d'argent.

Aussitôt, le cabinet du papa ministre en activité se désolidarise, faisant savoir que Laurent Fabius n’est "en rien concerné par les affaires de Thomas Fabius", précisant que Fabius junior "n’a bénéficié d’aucune donation ou héritage familial". Jérôme Cahuzac jouera le même numéro, les "yeux dans les yeux"...

Ce ne serait pas la première fois que Thomas Fabius se retrouverait face à la justice. En juin 2001, il avait été condamné à 15.000 euros d'amende, dont 10.000 avec sursis (!), pour abus de confiancedans une procédure de plaider-coupable après la plainte de deux ex-associés.

Un témoin rapporte qu'en une seule soirée de réveillon, il a pourtant les moyens de perdre 3 millions  d'en regagner 2 et de laisser 200.000€ de cagnotte en pourboire aux croupiers de la "french riviera".

A 32 ans, le fils du ministre a payé 7,4 millions d’euros un bien qui avait été vendu 4,4 millions deux ans auparavant

Comment expliquer un tel écart ? s'interroge Paris Match. Thomas Fabius a-t-il si peu le sens des affaires  ou est-ce que cette transaction cache une opération de blanchiment ? C’est une des hypothèses sur lesquelles planchent aujourd’hui les policiers de l’Office central de répression de la grande délinquance financière (OCRGDF).


La transaction a lieu le 19 avril 2012, trois jours avant le premier tour de l’élection présidentielle. 
Héritière d’une famille de la grande distribution, Béatrice B. signe, ce jour-là, une promesse de vente pour un appartement de 285 mètres carrés boulevard Saint-Germain, au coin du boulevard Raspail. Le bénéficiaire est la société civile immobilière Poopie Woopie, gérée par une jeune Hollandaise, Irma S. Jamais le nom de Thomas Fabius n’apparaît, bien qu'il soit le propriétaire de cette SCI.


Le fils de ministre socialiste fait flamber les prix de l'immobilier, n'est-ce pas Cécile Duflot ?

26 000 euros le mètre carré, c'est un record dans un quartier où il tourne autour de 15 000 euros. C’est d’ailleurs à ce prix – 4,4 millions – qu’il avait été précédemment acquis, en mai 2010, par Béatrice B. 47 ans, collectionneuse d’art contemporain, elle aussi, auprès de Claude Zidi, réalisateur vertueux, selon Jean-Louis Livi, frère d'Yves Montant: tous prônent toutefois la garantie de copieux pourcentages au bénéfice des "talents".
Mais qu’est-ce qui justifie une telle augmentation en seulement deux ans
, alors qu’entre-temps le marché immobilier a stagné ?

La collectionneuse d’art contemporain, suscite bien des interrogations chez les policiers qui l’ont entendue fin mars. Très riche, elle a détenu, selon Artcurial, un tableau de Basquiat estimé à 2,5 millions d’euros qui sera mis en vente début juin. Sa sœur et son beau-frère possèdent en Normandie un haras réputé dans le monde des concours hippiques. Or, ils ont longtemps côtoyé un autre propriétaire de chevaux, François Fabius, le frère de papa Laurent, décédé en 2006. Le monde est, dit-on, petit, mais celui de la gauche caviar l'est-il autant qu'on veut bien le dire ?

Le nom de Thomas Fabius n’apparaît toujours pas lors de la signature de l’acte définitif le 20 juin 2012.  
Le prix de la transaction réalisée en 2010, 4,4 millions d’euros, est mentionné dans le document et le fils du nouveau patron du Quai d’Orsay sait donc parfaitement bien qu’il surpaie de 3 millions  ce que valait cet appartement deux ans auparavant. 
Comment a-t-il pu se le procurer, lui qui ne déclare au fisc aucun revenu imposable ? "Je ne me suis pas posé la question. Je savais que c’était un héritier et que sa famille venait de vendre sa collection d’art ",  explique Béatrice B. Le solde est réglé par un prêt de 4 millions d’euros obtenu à la banque italienne Monte Paschi, remboursable en une fois le 30 juin 2022 et garanti sur la valeur de l’appartement.

D’où viennent ces trois millions (3,38) qu’il règle comptant pour l’opération ?
Contacté par Paris Match, Thomas Fabius n’a pas souhaité donner d’explications sur cette étrange mauvaise affaire.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):