POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 9 juillet 2016

L'"arrogance" de Cazeneuve, dénoncée par une association de victimes des attentats du 13 novembre

Humour déplacé de Cazeneuve tentant de se justifier

Une association de victimes et les responsables de la commission d'enquête sur les attentats outrés par le comportement de Cazeneuve
 

Le ministre de l'Intérieur a émis des réserves sur le rapport parlementaire, mais veut désormais mettre un terme aux polémiques qu'il qualifie d'"inutiles".

Invité ce vendredi 8 juillet de La Chaîne Parlementaire (LCP), le député Les Républicains (et magistrat) Georges Fenech - représentant l'ensemble des députés membres de la Commission dont il est le président - a dénoncé l'attitude "méprisante" et "arrogante" du ministre de l'Intérieur à l'égard du travail de la commission d'enquête parlementaire sur les attentats. Huit mois après les attentats de Paris, le rapporteur de la commission, le député socialiste Sébastien Pietransanta, a présenté mardi ses conclusions.

S'il n'y avait pas eu "de gros ratés" dans la gestion des attaques du 13 novembre,  le rapport soulignait néanmoins que la France n'était "pas à la hauteur" face à la menace djihadiste. Il appelait à une refonte des services de renseignements. 
Interrogé mercredi par le rapporteur sur les suites qu'il entendait donner à ses 40 propositions, dont la création d'une agence nationale du renseignement, Bernard Cazeneuve avait ironisé. "Si elle devait être un guichet de plus là où vous pensez qu'il y en a déjà trop, nous serions dans une situation où nous aurions transformé le mille-feuille que vous regrettez en plum pudding".

Un humour déplacé méprisant de la douleur des familles de victimes.

Politique spectacle de Hollande
Le président de la commission parlementaire s'est indigné de la légèreté du ministre Cazeneuve. "J'ai été véritablement consterné par la réponse du ministre de l'Intérieur (...) c'est inacceptable. Venir nous dire que ce que nous proposons c'est du plum-pudding ! C'est une injure à notre travail, c'est un mépris, c'est une arrogance, c'est une suffisance. Et en tant que président de la commission d'enquête, je ne laisserai pas faire", a réagi sur LCP Georges Fenech. "Je suis vraiment très en colère. Et on ne lâchera pas. On ne peut pas accepter que le ministre qui endosse la plus lourde responsabilité politique sur l'année 2015 puisse venir nous dire 'tout ce que vous avez fait, ça ne m'intéresse pas'."

Les grands airs du p'tit Nanard Bernard Cazeneuve ont également choqué l'association de victimes "13 novembre : fraternité et vérité".
Elle reproche au ministre de s'être montré "bien peu respectueux" des victimes en "balayant" les conclusions. "Nous ne nous résoudrons pas à ce que nos souffrances soient inutiles et à ce que les enseignements du 13 novembre ne soient pas tirés", affirmait cette association, dans un communiqué publié ce vendredi. 
Forte de centaines de membres, elle sollicitait également une entrevue avec le ministre "afin qu'il puisse nous expliquer en quoi la commission d'enquête se trompe". "13 novembre : fraternité et vérité" accuse en effet le gouvernement de n'avoir pas su éviter certains cafouillages. 
Ainsi, la dernière fois que Manuel Dias, chauffeur de 63 ans, appelle sa femme, le 13 novembre, il est devant la porte D du stade de France. Puis, son portable ne décroche plus. Son entreprise retrouve le véhicule abandonné sur le parking. Sa fille, Sofia, appelle la police et les hôpitaux. Au petit matin du samedi, en désespoir de cause, faute d'information des services du ministère de l'Intérieur, la jeune femme de 33 ans doit se tourner vers le pays d'origine de son père.
Vers 4-5 heures du matin je me dis bon, on va pas y arriver comme ça... J'appelle le ministère des Affaires étrangères au Portugal, qui me met en relation avec l'ambassade du Portugal. Vers midi; l'ambassade me rappelle; la personne est en pleurs; elle me dit "votre papa est bien la seule victime du stade de France." Je lui dis "c'est pas possible, parce que moi je viens d'avoir la police judiciaire, et la police [française] me dit qu'il n'est pas sur les listes "... L'ambassade du Portugal a pourtant eu l'information,un jour et demi avant, par le quai d'Orsay. C'est l'histoire du "22 à Asnières".Plusieurs gardent un mauvais souvenir de l'accueil à l'Institut médico-légal de Paris, où les familles font la queue, avant d'être emmenées sans ménagement dans la pièce où elles doivent identifier leur proche. Quelques jours plus tard, on demande à Sofia Dias si elle a trouvé une entreprise de pompes funèbres, "parce qu'il faut lever le corps rapidement".
Mais Stéphane Gicquel, le secrétaire général de la Fenvac (Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs), fait de l'auto-satisfaction en assurant qu'il y a eu des progrès... 
La Fenvac est pourtant animée exclusivement par des victimes.
Face à l'indignation générale, le ministre n'a pas hésité à se justifier 

Sombre humoriste noir du gouvernement
Avec la volonté de faire taire "les polémiques inutiles sur la position du gouvernement" à ce sujet, Cazeneuve souligne par communiqué publié en fin de journée, que "l'expression d'interrogations sur deux propositions du rapport, qui en compte quarante, ne saurait en aucun cas être considérée comme une forme d'irrespect, selon lui, à l'égard du travail des parlementaires".

Bernard Cazeneuve assure que sa prudence "résulte de la volonté de ne pas soumettre les services de renseignement à un mouvement perpétuel de réformes, en l'absence d'un gain d'efficience substantiel garanti". 
Il rappelle les "nombreuses réorganisations au cours des derniers mois", dont ces services ont déjà fait l'objet. Il ajoute également que de nombreuses propositions du rapport ont été mises en œuvre par le gouvernement et qu'il recevra les responsables des associations de victimes des attentats le 12 juillet.


Pour mémoire, il existerait bien une secrétaire d'État auprès du premier ministre, chargée de l'Aide aux victimes et elle se nommerait Juliette Méadel. 
Mais c'est peut-être une rumeur, voire un 'hoax'...

1 commentaire :

  1. Au cas ou nanard ne soit pas réélu député lors de la prochaine mandature, il pourra faire une formation chez PFG...le commerce de la mort lui va comme un gant........

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):