POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 15 juillet 2016

Nice: Hollande arrive du festival d'Avignon après la tuerie

Un Franco-tunisien fait 84 morts dont des enfants et des étrangers: Hollande est venu constater l'horreur

L'autosatisfaction du président aura été prématurée et malencontreuse 

De la fiction à la réalité
Le ministre de l'Intérieur avait inauguré la série de satisfecit du pouvoir
Soulagé que l'Euro de foot se soit achevé sans drame, Bernard Cazeneuve s'était laissé aller le premier. Le petit homme regrette déjà le cocorico prématuré qu'il a poussé au lendemain du coup de sifflet final de l’Euro 2016, lundi 11 juillet. Le ministre de l’Intérieur et la société organisatrice du championnat tirent un bilan positif du championnat en matière de sécurité. Bernard Cazeneuve s’est félicité du bon déroulement de la compétition malgré la menace terroriste "très élevée", tandis que Jacques Lambert, président d’Euro 2016 SAS, a reconnu : " ’attentat terroriste a été notre hantise commune. Nous avons eu le bonheur que rien de grave ne se produise en la matière."

Le ministre avait mis toutes ses forces sur l'Ile-de-France
Des violences entre supporteurs éclatèrent dès le lendemain du coup d’envoi de la compétition, le 11 juin, quand des Russes et Anglais mirent à sac le Vieux-Port de Marseille. Cazeneuve reconnut alors le "seul incident majeur" à déplorer, avec 35 blessés, dont quatre graves. A preuve déjà que la région PACA n'était pas dotée des forces de police requises. Mais il n'en tira aucune leçon, se contentant de saluer le "professionnalisme et à la totale implication des policiers, sur tous les fronts depuis des mois". 
Un an, à la vérité. "A un moment très compliqué, après un an de flux tendu, entre les attentats, la COP 21, les fêtes de fin d’année, les manifestations contre la loi travail, les équipes ont fait preuve d’une abnégation complète et ont donné de leur personne, de leur temps et de leur santé", souligna Luc Poignant (Unité SGP Police FO), espérant qu’"après le tour de France, on va peut-être pouvoir souffler". En attendant, les syndicats réclament une prime pour récompenser l’engagement des policiers. 
Hommage sincère ou récupération? Lundi, Bernard Cazeneuve  a remis ça, en comptable des effectifs et de sa capacité de mobilisation, saluant le travail des forces réquisitionnées, dont 42.000 policiers et 30.000 gendarmes, ainsi que "le renfort ponctuel des 10.000 militaires de l’opération 'Sentinelle' ". Dans la foulée, le ministre a également rendu hommage aux services de renseignement, qui ont permis l’interpellation en 2016 "de 150 individus du fait d’activités terroristes", "un travail important qui a sans doute permis que nous puissions vivre cet Euro 2016 dans de bonnes conditions".

Le président  s'est posé en protecteur de la nation

"Je dois protéger la maison France; elle est fragile, elle peut à tout moment se lézarder," a déclaré Hollande, toujours englué dans son impopularité, à propos de politique intérieure, à l'heure de l'entretien avec la presse, à l'issue du traditionnel défilé militaire du 14-Juillet sur les Champs-Elysées, la dernière du quinquennat du président français à l'occasion de la fête nationale.

Or, cinq jours plus tard à Nice, alors que le feu d'artifice du 14 Juillet touchait à sa fin,
vers 23 heures, un camion de 19 tonnes a foncé à pleine vitesse dans la foule, qui rassemblait des milliers de personnes dont de nombreux enfants et étrangers fauchés sur une distance de deux kilomètres. 
La France placée sous la protection de Hollande est de nouveau endeuillée par un attentat terroriste, vraisemblablement islamiste, au soir des festivités la fête nationale. Quelque 84 personnes, dont au moins deux enfants, sont morts sur la Promenade des Anglais, fauchées par ce camion frigorifique qui a fauché les familles venues assister au feu d'artifice. 

L'assassin, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, un Franco-tunisien de 31 ans né en Tunisie et domicilié à Nice, a été abattu par la police. La région PACA est ainsi  plongée dans l'horreur huit mois après les attaques djihadistes à Paris et Saint-Denis qui avaient fait 130 morts. C'est la deuxième plus grave tuerie en France. A ce lourd bilan s'ajoutent des dizaines de blessés, dont 18 se trouvaient "en état d'urgence absolue", selon le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui s'est rendu sur place dans la nuit.
 
Le président François Hollande avait parlé d'"une attaque dont le caractère terroriste ne peut être nié". L'attentat n'a pas encore été revendiqué. 

Le bug de l'application gouvernementale

Secrétaire d'Etat chargée de l'aide aux victimes, la dénommée Juliette Méadel s'est vantée s'avoir ouvert un numéro de téléphone central, supposé répondre à toutes les demandes des victimes et leurs familles ou proches.

Mais le système d'alerte attentat SAIP, lancé par le ministère de l'Intérieur en juin, s'est tanqué. L'alerte attentat, concernant la Promenade des Anglais et demandant de ne pas s'exposer, n'a été reçu par ses utilisateurs que 3 heures après le drame. Selon un journaliste de Télérama (groupe Le Monde), le prestataire Deveryware est convoqué cet après-midi Place Beauvau...  

La polémique grossit: ce carnage aurait pu être évité, souligne le député (Les Républicains) Henri Guaino. Dans un pays en "état d'urgence" et sur une zone piétonnière sécurisée, "on doit pouvoir stopper un camion qui ne répond pas aux sommations, a-t-il estimé sur RTL. 
Un motard lambda isolé a tenté d'arrêter le camion avant de passer sous ses roues. Ce que confirme un journaliste allemand, Richard Gutjahr: un motard a tenté d'ouvrir la portière du camion qui roulait. "Il conduisait très lentement, c'est ce qui était étonnant", a poursuivi ce journaliste indépendant. "Et il a été suivi par un motard qui roulait derrière lui et le motard a essayé de le dépasser et a même essayé d'ouvrir la portière côté conducteur du camion", a témoigné le journaliste qui a également tourné une vidéo avec son smartphone, utilisée par la chaîne publique allemande ARD. "Mais il a chuté et il est passé sous les roues du camion", a-t-il précisé. 
"J'ai aussi vu deux policiers tirer sur le camion", a précisé le témoin. "Et là, le chauffeur du camion a mis les gaz, le camion a roulé vite; il a accéléré et il a foncé dans la foule en zigzag. Ensuite il y a eu 15 à 20 secondes de tirs de plusieurs armes", a-t-il poursuivi. 

Les premières nationalités des victimes dévoilées. Deux Américains, deux Armèniens, une étudiante russe et un Ukranien ainsi que trois Allemands font partie des victimes selon leurs représentations diplomatiques respectives.

Le festival de théâtre d'Avignon maintenu.
Malgré cette extermination de masse, le spectacle continue. La pièce "Les Damnés" est donnée et le public ne la boude pas...

2 commentaires :

  1. peut on envisager que la police nationale déployée à Nice pour le 14 juillet ait été affectée en renfort au dernier moment à Avignon au détriment des niçois afin de protéger le seul Francois Hollande qui se rendait le soir au Festival à titre privé ?

    RépondreSupprimer
  2. Info parallèle qui dérange la presse aux ordresjuillet 28, 2016

    Ce n'est pas une vaine supputation. Hollande est arrivé à Nice en voisin, depuis Avignon où il prenait du bon temps au festival, en toute sécurité.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):