POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 22 juillet 2016

Munich: un migrant germano-iranien tire dans la foule d'un centre commercial

En septembre 2015, Munich donnait à l'Europe l'exemple de l'accueil de migrants illégaux
"à bras ouverts"

La fusillade a éclaté 
peu avant 16h00 dans le restaurant McDonald's d'un centre commercial

Il s'est poursuivi dans une rue adjacente, près du stade olympique de Munich. L'attentat a fait au moins 8 morts et plus de vingt blessés, vendredi 22 juillet. Trois tireurs présumés seraient en fuite. La police a indiqué ne pas disposer à ce stade d'éléments indiquant qu'il s'agirait d'un attentat islamiste.
Une femme a raconté à la télévision publique bavaroise qu'elle a entendu trois coups de feu, "des enfants pleuraient, les gens se sont précipités vers la sortie en paniquant". Un homme, employé d’un des magasins du centre commercial, a raconté avoir croisé un assaillant : "Il a tiré sur deux personnes et j’ai pris la fuite pour quitter le bâtiment en escaladant un mur. Et là, il y avait des cadavres et des blessés".
Le tireur a ensuite pénétré dans le centre commercial et continué à tirer sur des badauds, selon les témoignages, avant de prendre la fuite. Une patrouille de police l’a alors blessé à l’arme à feu mais le jeune homme a réussi à prendre la fuite. 
video

Ce que l'on sait de la fusillade à Munich

20h06 - Probablement au moins 6 morts et des blessés 
Un porte-parole de la police n'a pas voulu confirmer officiellement le nombre des personnes décédées, expliquant que "l'intervention est en cours". Selon l'édition en ligne du quotidien Bild, un homme, qui paraît habillé de noir selon une vidéo amateur, a couru dans le centre commercial et fait feu sur plusieurs personnes, avant de s'enfuir en direction d'une station de métro.

20h07 - Trois tireurs présumés 
"Des témoins font état de trois personnes différentes avec des armes à feu", a indiqué la police de Munich sur Facebook, disant ne pas savoir où ils se trouvent. 
La fusillade a fait au moins 8 morts et des blessés. La police munichoise demande aux habitants de rester chez eux et d'éviter les lieux publics. 

22h57: La police indique avoir trouvé un neuvième corps 
Le corps d'un homme a été découvert près de la zone commerciale attaquée. On saura plus tard que c'est celui de l'auteur de la fusillade -âgé de 18 ans- qui s'est suicidé. Son corps sans vie n’a été trouvé que vers 20h30, par la police, qui a constaté qu’il s’était donné la mort.
Un porte-parole de la police a expliqué qu'une enquête est en cours pour savoir si cette personne a un lien avec les attentats.

20h48- La gare de Munich évacuée, les transports en commun suspendus

La gare centrale de Munich a été évacuée et l'ensemble des transports en commun suspendus dans la capitale bavaroise, ont indiqué la Deutsche Bahn et la régie des transports munichois. Cette décision a été prise "sur ordre de la police".

21h15 - La police munichoise suspecte un acte terroriste, pas de deuxième fusillade. 
"Nous suspectons un acte terroriste", a indiqué un porte-parole de la police à l'AFP, alors qu'un autre porte-parole des forces de l'ordre sur place, cité par l'agence DPA, a quant à lui parlé d'une "situation terroriste en cours"
La police a indiqué par ailleurs ne pas disposer à ce stade d'éléments indiquant qu'il s'agirait d'un attentat islamiste. 
Le porte-parole de la police a démenti qu'une deuxième fusillade ait éclaté dans un autre endroit de la ville de Munich, alors que des témoins en avaient fait état.

21h29: 6 morts confirmés, plusieurs blessés dans un état grave
Les auteurs présumés sont recherchés. 
"Nous avons malheureusement déjà six morts à déplorer", selon un nouveau bilan provisoire de la police de Munich sur son compte Twitter, en faisant également état de plusieurs blessés graves. Un de ses représentants a précisé à la presse à Munich que "jusqu'à trois auteurs" de la fusillade sont toujours recherchés "dans toute la ville de Munich", où d'importants moyens de police sont déployés. "Pour le moment, aucun des auteurs n'a pu être interpellé", a précisé dans un communiqué la police munichoise, précisant que les forces de l'ordre mettaient "tous les moyens disponibles" pour les retrouver.

22h31: Bilan provisoire: 8 morts 
"Triste nouvelle : le nombre des victimes monte à huit", a indiqué sur son compte Twitter la police de Munich, alors que les trois auteurs présumés de la fusillade, qui a fait de nombreux blessés dans un centre commercial, sont toujours en fuite.

Après avoir annoncé 21 blessés, la police a réduit ce chiffre à 16 personnes, dont trois grièvement. Des enfants figurent parmi les blessés et de "jeunes personnes" parmi les morts, selon la police.

La piste d’un tireur unique s’impose donc à ce stade. Les forces de l’ordre ont pensé dans un premier temps avoir affaire à trois auteurs car une voiture suspecte avec deux hommes à bord avait été aperçue par des témoins en train de fuir à vive allure près de l’endroit des faits. "Il s’est avéré que les deux hommes n’avaient absolument rien à voir" avec cela, selon le chef de la police. 

Le tueur n’était pas connu des services de police et vivait depuis déjà deux ans dans la capitale bavaroise avec la double nationalité allemande et iranienne. "Les voisins parlent d'un garçon calme, encore présent dans le quartier vendredi matin selon les media allemands", rapporte France Info, précisant que le jeune homme vivait encore chez ses parents. Leur domicile aurait été perquisitionné durant la nuit.

Les autorités rétropédalent sur les motivations du tueur
Un porte-parole de la police avait d'abord indiqué que les autorités suspectaient un acte "terroriste". "Pour le moment, nous partons du principe qu’il s’agit d’une fusillade", a nuancé plus tard le chef de la police.

Cette fusillade intervient quelques jours après un attentat à la hache dans la même région

Lundi, à Wurzbourg, également en Bavière, un jeune demandeur d'asile a sauvagement attaqué à la hache les passagers d'un train. Cinq personnes ont été blessés : quatre touristes chinois de Hong Kong dans un train et une passante. L'attaque a été revendiquée par le groupe Etat islamique. Il s'agit de la première reconnue par l'organisation djihadiste en Allemagne, même si le gouvernement allemand ne pense pas en l'état que l'EI a commandité l'attentat.

L’homme a blessé plusieurs passagers avec une hache et un couteau. Les faits se sont produits vers 21h15 heure locale à bord d’un train régional assurant une liaison entre les villes de Treuchlingen et Würzburg, en Bavière (sud). "Peu avant d’arriver à Würzburg, un homme a agressé des passagers avec une hache et un couteau", a déclaré un porte-parole de la police locale. "Il y a quatre blessés graves et un blessé léger", a-t-il ajouté. 

Un riverain, qui a pu pénétrer dans le convoi, a décrit
une "scène de boucherie" à l’intérieur du train, selon l’agence de presse DPA, avec des traces de sang et des pansements laissés sur place par les équipes de secours.
Quatre personnes sont dans un état grave, selon l’agence de presse DPA, qui cite la police locale. Quatorze passagers ont été traités pour un choc psychologique.

La police l’a abattu alors qu’il tentait de s’enfuir.
L’auteur de l’agression est un "Afghan de 17 ans", demandeur d’asile arrivé seul, sans famille, en Allemagne, a indiqué le ministre de l’Intérieur de Bavière, Joachim Hermann. Il vivait dans une localité voisine de l’endroit où se sont déroulés les faits, a-t-il indiqué à la chaîne de télévision publique ARD.

Un drapeau de l’organisation de l’Etat islamique a été retrouvé dans sa chambre, a précisé Joachim Herrmann.

Allemagne : un accueil "à bras ouverts" pour les réfugiés

L'Allemagne a reçu en deux jours des milliers de migrants, en majorité Syriens,

en dépit des voix discordantes.
L'Allemagne a tendu les bras à des milliers de migrants qui, à peine sortis de la gare, avaient été fêtés sous les caméras par des habitants de la ville allemande de Dortmund. "Je suis simplement venue leur dire qu'ils sont les bienvenus", expliquait une habitante.

VOIR et ENTENDRE France 3 (France Télévisions) - à Dortmund - promptement stigmatiser l'extrême droite au passage...

Un petit tour et puis s'en va. 
Manuel Valls, qui participait à la conférence de Munich sur la sécurité, s'était rendu dans une caserne de la capitale bavaroise reconvertie en centre d'accueil pour migrants, majoritairement des Irakiens et des ...Afghans. L'Allemagne a en effet un cruel besoin de main d'oeuvre.

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué l’attaque menée par un de ses "combattants", "en réponse aux appels à viser les pays de la coalition (dirigée par Washington) qui combat l’EI" en Syrie et en Irak, a affirmé l'agence Amaq.
C'est le premier attentat que l’organisation djihadiste reconnaît en Allemagne.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):