POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 19 juillet 2016

L'attentat de Nice met au jour la supercherie de l'état d'urgence et déstabilise l'exécutif

"Indignité" et "indécence" de l'Etat-PS qui récupère l'attentat de Nice à des fins politiques
Valls hué par la foule immense des indignés


La presse bafoue sa mission de service public

Après l'attentat terroriste de Nice qui a fait au moins 84 victimes innocentes, dont des enfants, le soir de notre Fête nationale, et de plusieurs centaines de blessés jeudi 14 juillet, francetv.info reproche le débat ouvert par l'opposition: " 'la droite' ne cesse d'attaquer le gouvernement sur sa politique de sécurité", ou ses insuffisances, malgré l'"état d'urgence" - faux-semblant criminel d'activité -, accuse l'organe d'information de l'Etat. Il en veut pour preuve que "Manuel Valls a d'ailleurs été hué à Nice", ce lundi 18 juillet, ce qui fait de la foule des indignés dans son ensemble des boucs émissaires. Et, comme si l'opposition n'avait aucun droit, sauf celui de se taire, tel un vulgaire groupe socialise à l'Assemblée nationale, France Télévisions, société nationale de programmes gérant les activités de la télévision publique, dénie à l'opposition tout droit à la critique aussitôt taxée (deux fois) d' 'attaque' et semble donc interdire le débat démocratique en France. Paranoïaque ou bolchévique, comme on voudra,, elle écrit ainsi: "Nicolas Sarkozy s'est livré à une attaque en règle de son côté".



Pourtant, les Français ne font pas confiance au gouvernement

Ce lundi matin, le chef croque-mort du ministère de l'Intérieur s'en est de nouveau pris à l'opposition. "Le conseil de défense et de sécurité a été l'occasion pour le président de la République de rappeler le deuil auquel le pays est confronté. Et pour ceux qui ont une parole publique, l'obligation de dignité", a déclaré Nanard Cazeneuve. Silence dans les rangs de l'opposition: sous peine de goulag ?

Parallèlement, le PS fait écho au gouvernement 
Le trotskiste Cambadélis appelle l'opposition à son devoir de décence. 
Dans sa cohérence stalinienne, France Télévisions, attentive à plaire aux princes qui nous apportent le malheur, note pourtant: "Chez les Républicains réunis ce lundi soir, les ténors sont peu loquaces." 
L'aveu de la décence et de la dignité de la droite ?


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):