POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 28 avril 2016

Loi Travail: 170.000 manifestants, 3 policiers blessés et 124 interpellations

Radicalisation des manifs à quelques jours du début du débat parlementaire

Les opposants à la loi El Khomri se sont mobilisés dans plusieurs villes de France et ils ne veulent rien lâcher. 170.000 personnes ont manifesté en France contre le projet de loi travail, ce jeudi, indiquent les autorités. Selon la CGT, ils étaient 60.000 dans la capitale alors que la police fait état, elle, de 14.000 à 15.000 manifestants à Paris.
"Gagner le retrait du projet de loi travail est possible ", a affirmé l'intersyndicale sans la CFDT (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, Fidl, UNL) qui avait appelé mercredi à "renforcer les mobilisations" à quelques jours du début du débat parlementaire, fixé au 3 mai.

Dans la journée, plusieurs manifestations ont dégénéré.

Au total, "24 policiers ou gendarmes ont été blessés" dont "3 très grièvement à Paris", rapporte Bernard Cazeneuve qui mentionne aussi "124 interpellations". Il a ajouté qu'elles "donneraient lieu à des actions en justice", lors d'un déplacement à Lyon. Comme d'habitude, il a demandé aux organisateurs de "condamner avec la même fermeté" que lui "ces débordements de la part de cette poignée de casseurs [des anarcho-révolutionnaires] qui n'ont en partage que la violence ". 

De son côté, l'Unef dénonce un " usage disproportionné de la force par la police". "Manifester est un droit, ça ne doit pas être une prise de risque à cause d'un usage disproportionné de la force par la police", a affirmé le président du principal syndicat étudiant, William Martinet, sur son compte Twitter, ajoutant qu'un étudiant a été grièvement blessé à Rennes par un tir de flash-ball.

A Paris
De violents heurts ont opposé jeudi après-midi la police à des manifestants à Paris lors du défilé contre la loi travail, a constaté un journaliste de l'Agence France-Presse. A l'entrée du pont d'Austerlitz, sur la rive gauche de la Seine, plusieurs dizaines de manifestants ont lancé des bouteilles, des pavés et des extincteurs sur les forces de l'ordre, qui ont riposté à coups de gaz lacrymogènes.
Ces incidents ont interrompu la progression du cortège, qui n'avait pas encore passé le pont, et ont provoqué l'arrivée de CRS en renfort, a-t-il constaté.
Deux policiers ont été blessés durant ces affrontements au niveau du pont d'Austerlitz, dont un grièvement qui a été hospitalisé.Cinq personnes ont été interpellées à cette occasion, selon la préfecture, qui n'était pas en mesure dans l'immédiat de préciser le nombre total d'interpellations.

A Marseille
Cinquante-sept personnes ont été interpellées jeudi à Marseille lors de divers incidents qui ont éclaté dans la ville à la fin de la manifestation contre la loi travail, a indiqué le préfet de police Laurent Nuñez. La plupart ont été arrêtées à la gare Saint-Charles, où des voies ont été envahies. Des incidents ont aussi eu lieu près de la place Castellane, point de rassemblement final des différents cortèges marseillais, avec des jets de projectiles de manifestants en direction des forces de l'ordre et des incendies de poubelles. La manifestation a réuni 4.800 manifestants selon le préfet de police, mais 75.000 selon la CGT et 30.000 selon FO.

A Rennes
Des affrontements ont éclaté jeudi à la mi-journée à Rennes à l'issue de la manifestation. Des jeunes ont tenté de gagner le centre historique bloqué par les forces de l'ordre. A grand renfort de gaz lacrymogènes, les policiers ont chargé les manifestants qui leur lançaient des projectiles dans une rue conduisant à la place du Parlement de Bretagne, au cœur du centre historique.
Une journaliste de l'Agence France-Presse (AFP) assure avoir vu une dizaine de jeunes, pris à revers par les forces de l'ordre, être interpellés. Un balcon au premier étage d'un immeuble était en feu. Un jeune de 20 ans a été blessé à la tête par "un tir de projectile", selon la préfecture d'Ille-et-Vilaine, qui n'a donné aucun détail sur la gravité de ses blessures. La manifestation organisée dans le calme par les syndicats s'était ébranlée vers 11 heures de la place Charles-de-Gaulle, mais des groupes incontrôlés se sont dirigés vers le centre historique à l'heure de la dispersion.
Ces dernières semaines, des incidents similaires se sont déjà produits dans la capitale bretonne au cours d'autres défilés contre la réforme du droit du travail.

A Toulouse
Deux policiers ont été légèrement blessés par des "jets de projectiles nourris" venant de manifestants aux visages dissimulés, selon la police. "Pour des raisons de sécurité, on a dû dissoudre la manifestation à mi-parcours", a indiqué la CGT, qui a fait état de 12.000 manifestants dans la Ville rose (4 000 selon la police).

A Nantes
Les premiers incidents avaient eu lieu à Nantes. Des affrontements se sont produits en fin de matinée peu de temps après le départ du défilé contre la loi travail qui réunissait 8 000 à 9 000 personnes selon la police et plus de 20 000 selon l'intersyndicale. A la vue des forces de l'ordre, qui bloquaient les accès au centre-ville à l'aide d'un camion lanceur d'eau, un groupe de manifestants a lancé divers projectiles (cailloux, peinture, fumigènes) aux cris de "Nique la BAC" et "Tout le monde déteste la police".
Les forces de l'ordre ont répliqué avec des grenades lacrymogènes. Un peu plus tard, la brigade anticriminalité (BAC) a chargé cours Saint-Pierre, interpellant au moins une manifestante qui a été traînée au sol sur plusieurs mètres. Pour cette nouvelle manifestation, non déclarée en préfecture, les organisateurs avaient pourtant choisi un parcours qui ne passait pas par l'hypercentre pour "éviter au maximum les possibilités de casse", selon Fabrice David, secrétaire général de l'union départementale CGT.

Dans les transports
Dans le ciel comme sur les rails, les perturbations attendues devraient néanmoins être assez limitées. A Orly, 20 % des vols seront annulés et à Roissy "il y aura très probablement des retards, mais pas d'annulation de vols", a indiqué l'aviation civile. Air France prévoit d'assurer "la totalité des vols long-courriers, la totalité des vols depuis et vers Paris-Charles-de-Gaulle et 80 % des vols domestiques de et vers Paris-Orly". La compagnie prévient toutefois sur son site que " des retards et annulations de dernière minute ne sont pas à exclure ". Concernant les transports publics franciliens, la RATP a fait savoir que le trafic serait normal jeudi sur les lignes de métro et du RER A, mais "perturbé" sur le RER B. Sur cette ligne, un train sur deux sera en circulation entre la gare du Nord et Aéroport Charles-de-Gaulle-Mitry-Claye, ainsi que deux sur trois entre gare du Nord et Saint-Rémy-lès-Chevreuse-Robinson. La RATP prévoit en outre un trafic "quasi normal" pour les bus et tramways. De son côté, la SNCF, dont le trafic a été fortement perturbé par une grève unitaire mardi, a indiqué que "plus de 90 % des trains rouler(aient) sur l'ensemble du pays" jeudi. La compagnie ferroviaire prévoit un trafic normal sur les lignes internationales, les TGV, ou encore les RER C et D en région parisienne.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):