POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 18 avril 2016

Nouvelles menaces de mort contre Manuel Valls: intox politicienne ?

Le Parisien fait courir le bruit, alors que Valls dégringole dans les sondages

Les services du Premier ministre viennent de déposer plainte


Des menaces de mort ont en effet été proférées contre Manuel Valls, sur sa page Facebook, à la fin du mois de mars.

Informé de cette affaire, le parquet de Paris a ouvert une enquête, avant de confier les investigations aux enquêteurs de la police judiciaire de Paris.


D'après l'article 433-3 du code pénal,
le ou les internautes qui ont publié ces menaces peuvent être poursuivis pour "menace de commettre un crime contre une personne dépositaire de l'autorité publique". Pour ces faits, deux ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende sont prévus par la loi.






Valls est un habitué des menaces de mort

Sa vie a déjà été menacée à la fin du mois de janvier.
Matignon avait déposé plainte pour de premières menaces de mort, toujours via Facebook, contre la personne du Premier ministre.
Une première enquête avait été "diligentée". Trois mois plus tard, elle n'a toujours pas abouti. Le seconde sera peut-être plus fructueuse...

Manuel Valls n'est pas le premier membre du gouvernement à porter plainte pour des menaces de mort. En février 2015, Emmanuel Macron révélait à l'Assemblée nationale avoir fait de même après avoir reçu des menaces "de certains officiers publics ministériels" qui contestaient sa loi.

En attendant, aucun des deux textes de menaces n'est publié.
Les informations seraient pourtant plus crédibles, si  un copié-collé venait les matérialiser. Mieux, si les enquêtes confiées à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne aboutissaient.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):