POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 10 avril 2016

La compagne de Fabius était la taulière du Quai d'Orsay

L'ex-madame Baylet menait le ministère des Affaires étrangères à la baguette

"La Face cachée du Quai d'Orsay" est une enquête sur un ministère à la dérive

Le journaliste Vincent Jauvert révèle les coulisses d'une "nomenklatura française ":

trafics, détournements, tricheries... Ce livre regorge de petites histoires et de grands scandales qui se sont joués sous le ministère de Laurent Fabius. Il est pourtant aujourd'hui passé à la tête du Conseil constitutionnel, par la grâce du souverain de l'Elysée. 

Le livre commence par l'histoire d'un scandale étouffé. 
Au cœur de ce scandale, on retrouve Bruno Delaye, l'ambassadeur de France à Madrid (2007-2012) qui est accusé de s'être fait rémunérer la location de l'ambassade à Madrid. Le détournement de fonds pourrait avoir atteint 91.000 euros. "Pendant des décennies, le Quai d'Orsay a totalement fermé les yeux sur les petits arrangements avec les frais de représentation alloués aux ambassadeurs, qui atteignent aujourd'hui entre 10 .000 et 200.000 euros par an", relève le journaliste Vincent Jauvert.
Le 1er novembre 2012, sur avis de Fabius, Hollande a néanmoins fait de Delaye l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de France au Brésil.

La concubine avait la mainmise sur les nominations
On découvre aussi le rôle prépondérant laissé à Marie-France Marchand-Baylet, la compagne de Laurent Fabius. A en croire le journaliste de L'Obs, elle aurait mené à la baguette les attachés de presse du ministre des Affaires étrangères.
Cette Elena Ceausescu, personnage le plus craint de Roumanie au temps de la dictature communiste (1974-1989) et exécutée exécutée le même jour que son mari, aurait régulièrement pesé sur les nominations au ministère de son concubin. Ainsi, la nomination d'une diplomate aurait été retoquée à la suite d'un rendez-vous conflictuel avec Marie-France Marchand-Baylet. Une simple "mésentente entre femmes", aurait alors tenté de minimiser Laurent Fabius.

C'est encore elle qui a décidé de la restauration du château oublié de La Celle-Saint-Cloud, résidence officielle des ministres des Affaires étrangères. 

La vie quotidienne au Quai d'Orsay serait devenue extrêmement difficile. Au point qu'un ambassadeur resté anonyme a déclaré à l'auteur: "Je n'en peux plus du Quai, de sa bureaucratie, de ses ministres fous. Je reste ici le temps de trouver un bon job dans le privé."

Femme de l'ombre, Marie-France Marchand-Baylet portait la culotte
Autre concubine d'influence du quinquennat de Hollande, après Valérie Trierweiler ou Julie Gayet, l'ex-femme de Jean-Michel Baylet, président du parti radical de gauche (PRG) a eu d'autant plus d'emprise sur Laurent Fabius que le temps d'éveil du titulaire du ministère des Affaires étrangères s'est réduit au fil de la quinzaine d'années de leur vie communeLe dimanche 23 août 2015, à Prague (République tchèque), un malaise a en effet révélé au public la santé chancelante de Laurent Fabius.
Au Quai d'Orsay, de mai 2012 à février 2016, Marie-France Marchand-Baylet a possédé un bureau au titre de présidente de l'association, Flag-France Renaissance, dont la mission officielle est de "valoriser le patrimoine français", à commencer par le domaine de la Celle-Saint-Cloud, résidence du ministère. Le montage s'est ainsi conclue entre soi.

Marie-France Marchand-Baylet a obtenu 
de Fabius un ministère
(Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales) pour son ex-mari, Jean-Michel Baylet. Dans la foulée, elle s'est faite nommer  présidente du groupe de presse La Dépêche, propriété de la famille de son ex ! 

Cette éminence grise est une femme d'affaires.
Issue du secteur de l'immobilier et du tourisme, à 63 ans, elle dirige 5 entreprises. Son mandat principal est Administrateur de la Compagnie Meridionale de Voyages et de Tourisme dont son ex-mari Jean-Michel Baylet est président. 
L'enquête dans les coulisses du ministère des Affaires étrangères a en fait conduit à un réquisitoire sévère sur une "maison" dont le prestige s'est effondré.

1 commentaire :

  1. Houlala, ça sent mauvais tout ça...............le c.l, les affaires étrangères, trafic d'influence.............la justice va avoir du boulot en 2017...........enfin si elle en prend le temps car seul Sarko les motivent!

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):