POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 26 avril 2016

Michel Sapin est-il un gros lourd ?

Michel Sapin a-t-il fait "claquer" l'élastique de la culotte d'une journaliste ?

Le ministre des Finances de Hollande était en déplacement à Davos, en Suisse  pour le Forum économique mondial.

Le sexagénaire ventripotent n'avait - pas plus qu'à Bercy - la tête aux enjeux économiques qui rassemblent chaque année dirigeants d'entreprises, responsables politiques et intellectuels pour tenter de résoudre les problèmes dans lesquels s'est mis le système.

Le ministre des Finances, réputé proche de François Hollande, s'est à cette occasion laissé aller à un geste déplacé rapporté dans le livre des journalistes Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri, L'Elysée Off, publié chez Fayard le 20 avril et relayé, ce jeudi, sur le site du magazine people Closer.

Relou comme un ado du 9.3

"Mais qu'est-ce que vous me montrez la" ?


"Ne vous avisez pas de ramasser un stylo devant [Michel Sapin], écrivent les deux auteurs, car le cerveau de l'individu ne contrôle pas sa main. Joignant la parole au geste, il  en murmura : "Ah ! mais qu'est-ce que vous me montrez la ?. Et de faire "claquer l'élastique de la culotte" qui dépasse du pantalon taille basse de la journaliste. C'est une tenue de travail répandue parmi les journaleuses en recherche de promotion... Ce fut le cas d'une journaliste -à coup sûr vertueuse- lors du Forum économique, rapportent Aziz Zemouri et Stéphanie Marteau qui diffèrent de Sapin par la courtoisie et ne donnent pas l'identité de la personne outragée.

Un geste humiliant qui provoquera la fureur de l'aguicheuse et qui avait déjà été évoqué l'an dernier, lorsque plusieurs femmes journalistes accréditées se sont unies pour dénoncer ce genre de comportements dans un tribune publiée par le très puritain Libération.

Un comportement de frustré
Le geste fut dans un premier temps assumé par l'entourage de Michel Sapin. "C'était une blague potache," aurait justifié une conseillère -bien peu féministe- de son cabinet, qui tente de dédramatiser la goujaterie du macho. "Il ne comprend pas la tournure qu'a prise l'affaire" aurait même avoué sa chargée de communication.

Mais ce vendredi, alors que la scène est largement relayée dans la presse et sur les réseaux sociaux, la conseillère en communication du ministre a apporté un démenti ferme sur Twitter, et menace même d'actions en justice :



L'énergumène se permet pourtant de juger ses semblables

Le grossier ministre des Finances et des Comptes publics était invité du Grand Oral de Sciences Po mardi soir. Et comme le rapporte Le Figaro, il s’est un peu lâché devant les étudiants en réagissant aux propos de Nabilla Benattia.
Il y a quelques jours, la star de la télé-réalité était invitée à RTL où elle a accordé une interview à Marc-Olivier Fogiel. Quand le journaliste lui a demandé son avis sur la loi El Khomri, la jeune femme a déclaré : "Je ne sais pas qui c’est, lui". Quand Marc-Olivier Fogiel lui a annoncé que c’était une femme, Nabilla a avoué ne connaître en politique que "François Hollande, Michel Sapin, des trucs comme ça…". Visiblement flatté, Michel Sapin a donc déclaré devant son auditoire de Sciences Po -qui s'est par ailleurs distingué par le "Hijab Day" : "Vous voyez, elle n'a pas dit Macron, hein! Elle a dit Sapin! Il faut que je lui téléphone... ‘‘Allo quoi!''", en référence à la célèbre phrase qui a fait connaître Nabilla. Le ministre des Finances et des Comptes publics a ajouté concernant Emmanuel Macron : "Il a plutôt une belle gueule et un sourire craquant et c'est beaucoup de buzz". Brigitte va devoir garder un œil sur son petit homme à Bercy... 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):