POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

mardi 1 octobre 2019

Griveaux, hué par des opposants pour sa première réunion publique à Paris

L’ex-porte-parole du gouvernement s'est essayé à une version parisienne du "grand débat"...

Le candidat LREM à Paris a voulu rencontrer les Parisiens et l'élu de Saône-et-Loire les a vus...

Avec une scénographie sur le modèle de celle de son mentor  - et les mêmes limites -, la discussion devait être d’autant plus tranquille qu’il n’y avait pas de vrais opposants.
Mais le candidat du président a été conspué par des mécontents d'origines diverses, des habitants du quartier, mais aussi des Gilets Jaunes ou des soutiens au candidat dissident Cédric Villani.

L'ancien socialiste tenait la première réunion "quartiers libres".
Mardi 25 septembreil avait ainsi invité "tous les Parisiens, surtout ceux qui ne sont pas d'accord", et l'arrogant a été exaucé. Il comptait répondre aux questions des électeurs: il n'y aura "pas de thème, pas de discours, pas de notes", avait-il expliqué.
Mercredi 26, dans un bar de Belleville, Paris XXe, cette rencontre était la première session de "questions-réponses jusqu'ici voulues "tous les 8-10 jours" par le candidat. 

Favorable à l’accueil des migrants - qui, selon lui, "ont risqué leur vie pour rejoindre le pays de la liberté", il s'est engagé à faire reconduire aux frontières ceux qui ne remplissent pas les conditions légales. 

Critiquant la maire sortante PS, Anne Hidalgo, pour avoir laissé une ville "hors de contrôle", il a proposé les mêmes solutions que son ex-camarade socialiste pour réguler l’usage des trottinettes. 
"Une ville sans classes moyennes, c’est une ville qui meurt," a-t-il expliqué à Hidalgo dans la Matinale d'Elkabbach, faisant du ...Wauquiez:

Particulièrement écolo en matière d’urbanisme, mais refusant d’interdire Airbnb, celui qui vient pourtant d’un groupe d’immobilier, Unibail - groupe immobilier spécialisé dans la gestion, la promotion et l'investissement de grands centres commerciaux situés dans des villes majeures d'Europe et des Etats-Unis -, n'a pas hésité à regretter l’envolée des prix de l’immobilier. A ses yeux, le projet de construction d’immeubles d’habitation sur le terrain du TEP Ménilmontant doit ainsi être définitivement abandonné. Au profit de centres commerciaux ?

Les forces de l'ordre ont rapidement établi un cordon de sécurité autour du lieu de rendez-vous. 

Seule pouvait entrer la centaine de Parisiens qui avaient dû s'inscrire au préalable pour cette réunion. A l'arrivée, ils étaient une petite centaine admis dans le huis-clos LREM. Mais cette sage précaution ne lui a pas épargné la grogne des Parisiens. 

Les forces de police étaient stationnées aux abords du café dans une dizaine de cars stationnés. Déjà sollicitées par les nombreuses manifestations populaires contre la politique de Macron, les policiers ont dû intervenir pour établir un cordon de sécurité autour du lieu de rendez-vous.  
Si bien que, tenus à distance du débat, les Parisiens contestataires n'ont pas eu d'autre choix que de participer à leur manière, de l’extérieur, avec des huées et des slogans : "Griveaux, dégage ! Macron, démission !"...

La date et le lieu de la prochaine session ne sont pas communiqués.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):