POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

Ce blog est actuellement soumis à des difficultés "techniques" inédites en dix ans:
elles laissent augurer sa disparition prochaine,
"à l'insu de son plein gré"...

Accessoirement, grâce à la complicité active de quelques fidèles, je constate que
tous les articles comportant le mot 'Macron' en titre sont bloqués au compteur !

mardi 8 octobre 2019

Extinction Rebellion: les écologistes radicaux laissent des tags anti-flics, à Paris

"Couteau en céramique", "RIP Mickaël Harpon": des tags anti-police après l'occupation d'Italie 2 par les écolos ultras d' Extinction Rebellion

L'extrême gauche altermondialiste et antilibérale récupère l'écologie-mania ambiante


72120782_2374923925940120_8141957666097332224_n
Tag en rouge sang
Deux jours après la tuerie islamiste au sein même de la préfecture de police de Paris, qui a coûté la vie à quatre personnes - dont l'une par égorgement au couteau céramique - , des tags anti-police ont été retrouvés sur les murs du centre commercial Italie 2, occupé dans la journée par des militants écologistes ultra, le 5 octobre 2019.

Résultat de recherche d'images pour "RIP Mikael Harpon"

Image
Depuis le 5 octobre au matin, jusque tard dans la nuit - à l'instar des indignés de "Nuit debout" sur la Place de la Bastille en 2018 -  des militants écologistes d'Extinction Rebellion notamment, accompagnés de quelques Gilets Jaunes radicalisés,  ont investi le centre commercial Italie Deux, dans le dans le 13ᵉ arrondissement, au sud-est de la capitale. Une action qui a laissé des traces, notamment sur plusieurs façades du complexe commercial.

"Nique tout et brûle le reste", taguent certains militants à l'intérieur d'Italie 2
Issu d'une rencontre publique organisée à la Bourse du Travail de Paris le 23 février 2016, notamment par François Ruffin, alors rédacteur en chef du journal de critique sociale Fakir, réalisateur du film motivé par la "lutte contre l'oligarchie", alors en salles, 'Merci Patron !' et devenu depuis député LFI, "Nuit debout" est un ensemble de manifestations de la gauche radicale (Parti de Gauche et SUD-PTT, notamment, et aussi l'union syndicale Solidaires, ATTAC ou DAL) sur des ronds-points places publiques, à partir 31 mars 2016, à la suite d'une manifestation contre la loi Travail de Hollande. Ce mouvement social chercha à établir une "convergence des luttes" fondée sur le refus de la loi Travail et s'élargit à une contestation plus globale des institutions politiques et du système économique.Sans leader déclaré (l'économiste Frédéric Lordon est toutefois cité dans l'ombre du mouvement, ni porte-parole officiel, Nuit debout était organisé en commissions et les prises de décisions se font par consensus lors d'assemblées générales, suivant les principes de la démocratie directe.Le mouvement s'étendit à une centaine de villes, certaines organisant des assemblées quotidiennes. L'affluence aux assemblées baissa à partir de fin mai 2016.
A Paris, des écologistes occupent le centre commercial Italie 2 et y passent la nuit

Entre autres inscriptions retrouvées sur les lieux,  
Image
des journalistes ont relevé des graffitis anti-police, évoquant la récente attaque de la préfecture de police de Paris ayant coûté la vie à quatre policiers, dont une jeune mère de deux enfants en bas âge. "Couteau en céramique", en lettres rouge-sang, peut-on lire par exemple sur une vitre à l'intérieur du bâtiment, l'inscription faisant visiblement référence à l'arme avec laquelle l'islamiste salarié par le ministère de l'Intérieur de la préfecture a assassiné trois policiers et un agent administratif, dont une femme. 

"Comment appelle-t-on un flic raciste ? En composant le 17", pouvait-on également lire.

Résultat de recherche d'images pour "RIP Mikael Harpon"Le tag "RIP Mikael Harpon" s'étale par ailleurs sur une façade extérieure du centre commercial, l'inscription nommant ici en clair l'auteur de la tuerie islamiste.

Résultat de recherche d'images pour "Comment appelle-t-on un flic raciste ? En composant le 17"
Pendant la journée entière et une grande partie de la nuit, le bâtiment a été la cible d'une action coup de poing d'occupation par des militants ultra-écolos, qui entendaient s'attaquer à un "symbole du capitalisme". 

Pendant la journée, des organisateurs d'Extinction Rebellion (XR, en abrégé) ont ensuite été filmés en train de faire effacer des inscriptions anti-police. "Il y avait marqué "fuck le 17" et "On n'est pas d'accord, ça alimente la violence" [...] "On n'est pas contre la police", a par exemple commenté l'un d'entre eux.

Des membres du mouvement Extinction Rebellion ont ensuite commencé à effacer certains tags, créant un vaste débat autour de la liberté d’expression, comme le montre cette séquence filmée sur place par Yahoo Actualités. 
Aucun incident majeur ne s'est produit jusqu'à 21 heures environ, quand les forces de l'ordre ont décidé déloger les activistes.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):