POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 28 octobre 2007

Passage à l’heure d’hiver : glaciation au PS

Ni oui ni non au PS sur le traité simplifié
Nous avons pu dormir une heure de plus, mais le PS ne s’est pas réveillé de sa défaite à la Présidentielle; rien ne bouge sous la couette, tout se fige Rue de Solférino, le mari et les amants cohabitent mais les portes claquent et ils ne se voient plus.
Or, le PS a convoqué une réunion de famille. Pourtant, Sa Cynique Majesté Royal est partie 'soutenir' (!) sa camarade argentine qui n’a rien à faire d’elle, puisqu’elle est de toute façon favorite des élections à la présidence. Son programme est aussi flou que celui de la socialiste française et elle pourrait bien succéder à son mari, malgré l'inflation. La bande à neuneu des cousins éloignés hexagonaux n’a pas fait le déplacement, ni à Buénos Aires -faute de moyens-, ni à Paris -faute de convictions: ils ne savaient pas ! Bébert Delanoë aussi est justement en 'classe verte' à l'étranger -recyclage écolo oblige, tandis qu’Nono Montebourg, Riri Emmanuelli ou Mimi Strauss-Kahn se sont placés en congé de parti. Restent Juju Dray qui a la tête ailleurs puisqu’il règle ses comptes par écrit, et Frère Rebsamen, le bras gauche de Hollande, mais bras droit de Royal. Tout est si simple qu'on ne comprend pas qu'il ne s'entendent pas mieux.
L’heure des câlins est repoussée, d’une heure, de cinq mois ou de douze, nul ne sait. Les nains gardent la maison : Benny Hamon et Manu Valls remplacaient les grands comme ils peuvaient, pour faire nombre, car le Conseil national a eu lieu néanmoins, sans les mariés ni les témoins. Il y aura des restes au banquet de Flamby 1er.
Les dissensions domestiques persistent en effet. Sur le sujet du traité simplifié de l’UE, Lolo Fabius défend le référendum contre le Premier secrétaire, Fifi Hollande, qui fait savoir, sans le dire, qu’il penche pour le vote au Parlement.
Laurent Fabius se singularise en tirant à lui la couverture. Il défend l'idée d'un référendum sur le traité simplifié européen dans un entretien à paraître dans "Le Parisien Dimanche".
Il avait défendu le "non", victorieux lors du référendum sur la Constitution européenne en mai 2005 ; Il voudrait figer la situation et bénéficier à jamais de la méfiance des Français pour un pouvoir lointain et omniprésent. "Je ne vois pas comment on pourrait approuver un déni de démocratie", affirme-t-il, faisant peu cas de la représentativité d’un Parlement pourtant assez peu godillot. Dirigiste méconnu, le socialiste, insiste : "Chacun, socialiste tenant du oui ou du non, devrait être prêt à faire un effort pour tenir cette position", estime Laurent Fabius. "Ce qui a été décidé par référendum ne peut être réexaminé que par référendum", juge l'ancien Premier ministre, qui n’explique pas sur quoi se fonde cette puissante réflexion personnelle. "Une autre procédure ne serait pas vraiment démocratique", juge-t-il. "Sur cette base, j'espère que ce sera l'occasion pour les socialistes de se rassembler". Ca s’annonce mal !
Pour le député socialiste de Seine-Maritime, "c'est le peuple qui doit décider. D'ailleurs, je pense qu'une majorité de Français souhaitent comme moi un référendum". Il pense ! Méthode Coué et subjectivité tiennent lieu de connaissance du terrain. Et le Parlement, que vaut-il à côté de la subjectivité fabiusienne ?
Quant à Emmanuelli, il préconisait le ‘Non’ avec Fabius, mais qui a le don de la synthèse, il a viré et propose … l’abstention.
Interrogé sur les positions de la majorité des socialistes qui appellent à voter oui, Fabius n’a pas varié. Il remarque que "nous disions tous, il y a quelques semaines, qu'il faudrait un nouveau référendum". "Pour ma part, je n'ai pas oublié". Quant à l'idée d'une consultation interne des militants socialistes, "on n'est pas obligé de se tendre à soi-même un piège", estime-t-il, conscient de sa représentativité !...
Que va inventer la presse pour nous convaincre que l’hiver socialiste sera doux ? Le réchauffement de la planète a épargné la Rue de Solférino, comme le nuage de Tchernobyl a contourné la France.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):