POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 5 octobre 2007

Le bus incendié à Chalon-sur-Saône : l’air de la calomnie

Reconstruire la moralité d’une certaine France
Avec ses 52.000 habitants, Chalon-sur-Saône n'est ni une grande agglomération, ni une ville sensible. Et l'événement inédit qui s'est produit jeudi soir, en plein centre de Chalon-sur-Saône, a largement choqué les habitants.
Un incendie criminel a entièrement détruit un bus qui transportait une quarantaine de personnes, des collégiens et des lycéens. Jeudi vers 18H30, l'autocar de la STAC (Société des transports de l'agglomération chalonnaise) a été incendié en plein centre de Chalon-sur-Saône, une ville peu habituée à de tels actes de vandalisme.
Les faits se sont produits en début de soirée sur le boulevard de la République. Selon les témoignages diffusés vendredi matin par France Info, il n'y a pas eu de mouvement de panique, l'évacuation s'est faite en bon ordre, et tous les passagers ont eu le temps de quitter le véhicule avant qu'il ne s'embrase. Il n'y a donc eu aucun blessé. Le bus, pour sa part, a été entièrement détruit. Quant au responsable de cet incendie, il a pu prendre la fuite ; il est toujours recherché.
Faut-il y voir un lien avec le drame du bus incendié de Marseille, dont le procès, très suivi, se tient en ce moment même et devrait trouver sa conclusion ce vendredi ?
, une ville peu habituée à de tels actes de vandalisme
Un feu de banquette qui se propage au bus entier
A l'origine du sinistre : un feu mis à une banquette. S'agissait-il d'un jeu ayant mal tourné [ !] ou d'une mise à feu volontaire ? L'incendiaire serait un mineur. Cité vendredi matin sur RTL, le chauffeur du bus, très choqué, pensait avoir reconnu des adolescents empruntant régulièrement cette ligne.
Les enquêteurs, qui évoquent pour leur part un seul responsable recherché et estiment aussi que l'incendiaire est "probablement un mineur", sont assez optimistes sur la possibilité de l'identifier. Ils ont entendu vendredi matin les passagers du bus, quasiment tous scolarisés dans deux lycées desservis par la ligne numéro un. Des expertises sont en cours afin de déterminer si un produit combustible a été utilisé dans la mise à feu. "Pour que le siège s'enflamme, on peut imaginer qu'il ne s'agit pas simplement d'une flamme de briquet contre le textile des sièges", a-t-on estimé de source judiciaire. D’autant que les matériaux des transports en commun sont ignifugés…
Les chauffeurs du réseau de la ville, géré par la STAC, ont fait valoir leur droit de retrait, et qu'il n'y a donc pas de transports en commun ce vendredi. (Lire PaSiDupes du 28 septembre 2007)

De bonnes raisons de jouer avec le feu ? On n’en fait pas assez pour les jeunes qui se sentent mal-aimés, rejetés ?
Voici un document de la STAC en question :
Rentrée de Septembre 2007, du nouveau !
Le réseau de transport continue petit à petit à se parer de sa nouvelle identité ZOOM : de plus en plus de bus avec les nouvelles décorations, nouveaux visuels des titres de transport et des fiches horaires (que vous pouvez télécharger dès maintenant dans la rubrique horaires), nouveau plan du réseau qui prend en compte les modifications récentes du réseau... Par ailleurs, l'ensemble de ces documents d'information ont été élaborés dans un souci de lisibilité pour les personnes malvoyantes.La rentrée de septembre, c'est également des horaires revus, notamment sur les lignes 1, 2, 3 et 10, pour une plus grande ponctualité, un nouveau titre, le titre FOCUS, qui permet de voyager librement sur le réseau pour seulement 15€ par mois, dès lors que l'on est âgé de moins de 26 ans ! De plus, pour les 100 premiers abonnés, une clé USB offerte avec tous les horaires et le plan de réseau. Alors, sans plus tarder, simplifiez-vous la vie, choisissez le bus pour vous déplacer !


Il est donc permis de s’étonner des allégations contenues dans ce commentaire reçu par PaSiDupes :
‘Je suis de chalon sur saone,et je voudrais vous apporter une précision:si le bus a été complétement ravagé par les flammes, c'est parceque le chauffeur de bus à laissé le bus bruler;En effet, un jeune du reseau STAC (Société des transports de l'agglomération chalonnaise) est arrivé avec un extincteur, au moment ou le feu était encore limité à un siège donc maîtrisable, afin de de l'éteindre; mais le chauffeur de bus lui a dit de laisser brûler afin que les peines soient exemplaires comme dans le cas du bus de marseille. Il est évident que le chauffeur en avait marre que les petits "merdeux" du fond du bus brûlent encore un siège et qu'aucune sanction à la hauteur de ses espérances ne soit prise.Chaque bus à ses "merdeux" du fond qui chahutent, qui ricanent fort mais ce ne sont pas tous des incendiaires.Dans cette affaire chacun à sa responsabilité et c'est à la justice de faire sont travail et de répartir des sanctions équitables à tous les niveaux : l'incendiaire et le chauffeur de bus.’

Quelle est la valeur des témoignages ? L’auteur ne précise pas qu’il/elle est témoin visuel. Pas de précision sur sa source. Comment naissent les rumeurs ?
Les ouvriers en seraient-ils revenus à l’époque lointaine où ils détruisaient leur outil de travail ? Ou l’opinion se constuirait-elle sur les ruines de la morale?

Une agence de presse précise pour sa part : ‘Le bus se serait embrasé en moins de cinq minutes et c'est le véhicule circulant derrière, qui a donné l'alerte, le chauffeur de la STAC n'ayant pas vu le début du sinistre. Ce dernier a juste eu le temps d'ouvrir les portes et d'évacuer les passagers, avant que le véhicule ne soit entièrement détruit par les flammes."Il s'agit d'un acte extrêmement grave d'origine clairement délictuelle", a dénoncé le procureur de la république Pierre Denier au cours d'une conférence de presse. "La piste accidentelle a été écartée et des experts vont examiner la carcasse du bus pour déterminer les moyens qui ont été employés pour qu'il se soit embrasé aussi rapidement", a-t-il ajouté.

Faudrait-il envisager un complot de deux conducteurs de bus et de la STAC entière?... Ou une diffamation de l'auteur du commentaire qui nous chante l’air de la calomnie?
L’enquête le dira ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):