POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 3 janvier 2016

Valence: l'automobiliste faucheur se passionnait de propagande djihadiste

N'allons surtout pas croire qu'un individu isolé puisse être un terroriste !

Des "images de propagande djihadiste" ont été retrouvées sur l'ordinateur de l' "homme"
Un fanatique musulman -même pas "radicalisé"- a foncé vendredi sur des militaires devant la mosquée de Valence (Drôme), a confirmé le représentant local du ministère de la Justice, alors que le tueur est toujours entendu par les enquêteurs. Le procureur suggère-t-il ainsi que n'importe quel illuminé fréquentant les sites Internet spécialisés peut passer à l'acte ? "Ce sont des images qui peuvent être tout à fait trouvées par n'importe qui sur internet", a raconté le procureur de la République de Valence, ce samedi en fin d'après-midi, en guise d'élément de langage prêt à la diffusion par la presse. Les propos du procureur  ne sont cependant pas de nature à rassurer la population.

Les précédents que la presse occulte
En décembre 2014 déjà, un "homme" faucha volontairement treize piétons à Dijon. Ce 21 décembre-là, vers 20 heures, un homme au volant de son véhicule a délibérément foncé sur des piétons, près de la place Wilson, à Dijon, en Côte-d'Or. Au moment de foncer dans la foule, l' "homme", rapidement présenté comme un déséquilibré (un fanatique est-il nécessairement dérangé ?), aurait crié "Allahou Akbar" ("Dieu est le plus grand," en français). Selon les témoignages recueillis sur place par la police, lors de son arrestation, il aurait déclaré avoir agi "pour les enfants de Palestine." Pour la préfecture de Dijon, il était clair qu'il avait "l'intention de renverser des gens," car il n'était ni en fuite, ni poursuivi.  
Lien PaSiDupes: "Nouvel attentat terroriste d'un islamiste converti, à Dijon"

Le lendemain à Nantes, un automobiliste kamikaze faucha 10 passants, 
dont cinq grièvement, sur un marché de Noël, avant de se porter plusieurs coups de couteau au thorax. Sur des critères politiques, le docteur Bernard Cazeneuve avait conclu au geste "d'un déséquilibré."   
Lien PaSiDupes: "Un terroriste islamiste jette sa camionnette sur des passants au marché de Noël de Nantes"
Dans les deux cas, les autorités écartèrent la piste terroriste. Deux semaines plus tard, des terroristes islamistes commettaient un massacre au journal libertaire Charlie hebdo et dans un super-casher.   
Le gouvernement traite les djihadistes comme des malades mentaux, écrivait alors PaSiDupes.
L'Etat islamique encourage les candidats au djihad
 à lancer des attaques contre les "infidèles", militaires, policiers ou même civils, nommément des fauchages de passants des rues. Cinq "projets d'actions terroristes" djihadistes auraient été déjoués en France depuis l'été 2013, selon le gouvernement, et la France est nommément citée comme cible par l'organisation djihadiste après le début des frappes françaises en Irak cet été.  Mais les prises de position de l'extrême gauche contrecarrent l'action gouvernementale prise entre le marteau et l'enclume de la répression anti-terroriste, d'un côté, et de la paix sociale, de l'autre. C'est dire que les ambiguïtés du pouvoir socialiste  mettent la sécurité publique en péril.
Le 3 février 2015, à Nice, trois militaires en faction devant un centre communautaire juif avaient été agressés au couteau.

Les précisions filtrent mieux en matière politique...
On ne dispose en effet que d'une seule certitude: c'est un homme ! Demander à savoir s'il a une identité connue ou s'il est atteint de la maladie d'Alzheimer relève de l'indiscrétion. Barbu ou crépu, de type africain ou indo-européen sont-il des détails qui ont échappé au procureur ? Le représentant de Christiane Taubira ne précise donc a fortiori pas si son addiction à internet concernait spécifiquement la propagande du groupe Etat Islamique. 

Les a priori du Parquet inquiètent sur l'orientation de l'enquête
Un peu plus tôt en milieu de journée, le procureur de la République Alex Perrin avait écarté la piste terroriste. Le conférence de presse visant à donner des premiers éléments nous oriente finalement sur ce qu'il faut penser: "le suspect est d'origine tunisienne mais de nationalité française", a indiqué le magistrat. Autant d'informations qui ne disent pas si "l'homme" a la double nationalité: l'actualité politique nous vaut encore ce flou. 
Marié, l'homme originaire de la banlieue lyonnaise, à Bron, séjournait chez les parents de son épouse à Valence. Des détails qui ne font en rien progresser la compréhension des motifs de sa tentative d'assassinat. Dans la même veine, sa femme, dont le procureur ne dit rien, a déclaré ne pas être au courant de ses intentions et s'est dite "surprise". Une enquête de voisinage produirait des témoignages tout aussi inutiles.

Le procureur insiste pesamment pour écarter l'hypothèse terroriste
En l'état, "rien ne nous rattache à un réseau terroriste" et l'acte semble être "totalement individuel". Un critère absolument irresponsable de la part de la Justice au regard des recommandations djihadistes de fauchage d'innocents sur des lieux publics. Ni arme, ni explosif n'a été trouvé lors des perquisitions. Le procureur refuse-t-il de comprendre -ou est-ce une consigne- qu'un véhicule lancé dans une foule est une arme ?

L'homme est un "musulman pratiquant", mais ne montrait aucun signe de radicalisation. Mystère sur l'échelle d'interprétation des comportements ! Nul doute cependant qu'il se trouvera un expert pour confirmer, vu le nombre de spécialistes et experts au m2 sur le sol de France. Pas de chômage pour ces contre-productifs  improductifs-là... Les benêts de la Justice n'ont donc pas encore appris ce que les terroristes savent: donner de ces signes met en péril toute organisation d'attentat. 
Pourtant, en janvier 2015, l'EI avait appelé les musulmans à attaquer "l'occident infidèle." Son porte-parole, Mohammad al-Adnani, avait menacé les pays occidentaux dans un appel au crime dans un message audio diffusé sur internet: "Nous appelons les musulmans en Europe et dans l'occident infidèle à attaquer les croisés où qu'ils soient." "Nous promettons aux bastions chrétiens qu'ils continueront de vivre dans un état d'alerte, de terreur, de peur et d'insécurité," ajouta-t-il. Et de prévenir : "Vous n'avez encore rien vu."
Une tentative de meurtres au nom d'allah n'est pas terroriste !

L'individu aurait déclaré "Allah est grand" en accomplissant sa mission, puis affirmé lors de sa prise en charge par les secours avoir voulu "se faire tuer par des militaires et tuer des militaires", au motif que ceux-ci "tuent des gens". Les révolutionnaires de Charlie hebdo ne disent pas autrement quand les religions cessent un instant d'obséder ces "déséquilibrés"-là. Tuer des militaires ou des policiers au nom d'allah et de faction devant une mosquée n'est pas terroriste...

"La piste terroriste est écartée actuellement", n'a cessé de marteler Alex Perrin. Le procureur tient même à préciser que la section antiterroriste du parquet de Paris a décidé de ne pas se saisir du dossier. "Le parquet de Valence reste donc saisi de ce dossier", a-t-il ajouté. Un parti-pris de minimiser la gravité de faits ciblant des emblèmes de l'Etat républicain dans l'exercice de leur fonctions. Dans le même temps, lors de ses voeux notamment -dans le double langage qui caractérise les membres de l'exécutif-, François Hollande insisté sur son rôle de protecteur de la population...

Samedi matin, Jean-Yves Le Drian a instrumentalisé les faits
Le ministre de la Défense a salué le "sang-froid" des quatre militaires attaqués vendredi par un homme en voiture devant la grande mosquée de Valence. "Je veux rendre hommage à ces militaires et en particulier au 1ère classe Roland, du 93e régiment (artillerie de montagne) de Varces (Isère, et affecté à l'Afghanistan), qui est blessé", a déclaré le ministre depuis ...Amman (Jordanie), en marge d'une visite-éclair médiatisée de Nouvel An auprès des soldats "déployés" au Moyen-Orient. Il a félicité le soldat, hospitalisé pour des blessures au tibia et au mollet, pour sa "maîtrise de l'usage du feu", ce qui contraste avec les accusations portées lors de la mort de l'activiste Rémy Fraisse aux abords du réservoir d'eau de Sivens combattu par les altermondialistes les plus virulents. "Cette expérience-là, on ne l'a que parce qu'on a fait des opérations", a commenté Jean-Yves Le Drian, comme s'il appelait les faucheurs de passants à aguerrir les forces de l'ordre. 

Une presse sur la même ligne que le gouvernement
Le ministre n'a voulu faire aucun commentaire sur les motivations de l'assaillant, ni sur les circonstances de l'attaque, expliquant qu'il faut laisser "la Justice suivre son cours". 

L' "homme" au volant d'un break "bordeaux" (merci pour l'info!) a délibérément foncé sur des militaires en faction devant la mosquée de Valence. 

Il s'y est pris à deux fois, avec l'intention de tuer. Les soldats, après avoir fait les sommations d'usage, lui ont répliqué en tirant plusieurs coups de feu. Blessé par trois balles, l'homme de 29 ans n'a pas pu aller plus loin et la voiture a fini dans le fossé. Il a été hospitalisé et opéré avant le début de son audition.
Un fidèle de la mosquée, touché au mollet par une balle perdue, a également dû être conduit à l'hôpital. Selon le fils de ce dernier, interrogé par RTL, cet homme de 72 ans, "serait choqué" (sic!). "Mon père se dirigeait vers son véhicule, explique-t-il. C'est à ce moment-là que ce déséquilibré (un témoin qui s'exprime comme la presse, donc le ministre...) a fait deux tours du parking et a foncé sur le militaire. Il a essayé de faire marche arrière et de l'écraser à nouveau. Les militaires (...) lui ont fait des sommations; il ne s'est pas arrêté et ils ont tiré. Beaucoup de balles ont ricoché (...). Mon père a pris une balle derrière le genou". 
L'armée française mobilise 11.000 hommes sur le territoire national dans le cadre de l'opération Sentinelle, en appui des forces de police et de gendarmerie depuis les attentats de janvier et novembre. 
"Tout le monde est surpris, choqué", réagit le maire de Valence. Utile à l'enquête...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):