POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 28 janvier 2016

Psychose à Paris : six lycées seraient à nouveau menacés d'attentats

Vraie-fausse psychose de justification de l'extension de l' "état d'urgence" ?

Six lycées parisiens ont encore été visés, ce jeudi matin, par des appels anonymes menaçants

Les auteurs de ces menaces lancées contre les lycées élitistes Louis-le-Grand (5e), Charlemagne (4e), Condorcet (9ème), Hélène Boucher (20e), Passy-Saint-Honoré (général et technologique du 16e) et Victor-Hugo (3e) ont indiqué qu’ils vont se rendre dans ces établissements munis "de bombes et de fusils d’assaut kalachnikov pour faire un maximum de victimes". A l'origine, ils étaient seulement cinq, Charlemagne, Condorcet, Hélène Boucher, Louis-Le-Grand et Victor Hugo, selon les sources, peu avant midi. Le lycée Passy Saint-Honoré est venu plus tard s'ajouter à la liste.

Les chefs d’établissements ont mis en sécurité l’ensemble de leurs élèves.
Espérons que les profs l'ont été ! La presse est visiblement en charge de l'apaisement des familles alarmées, mais assure, avec la compétence qui la caractérise, que les chefs d'établissement ont été "aussitôt informés", ce qui n'a pas de sens, puisqu'ils sont en première ligne et ce sont eux qui ont averti la presse et leur hiérarchie, et non l'inverse ! Les parents sont rassurés...

La langue de bois va d'ailleurs bon train. Un important dispositif de police a été déployé autour des lycées visés", figurez-vous. Au final, aucune information...

Mardi dernier déjà, six fausses alertes à la bombe avaient déjà  été lancées contre des lycées parisiens

Le lycée Turgot, connu pour son activisme
contre les expulsions d'immigrants
n'est pas impacté...
L'alerte venait d'être levée, ce mercredi peu avant midi, selon les policiers en faction devant le lycée Victor Hugo. Les investigations pour remonter la piste des auteurs de ces appels anonymes sont en cours.
Parmi les établissements qui ont chacun reçu un coup de fil anonyme au standard de l'accueil, en milieu de matinée, ont compte notamment les lycées Henri IV, pour la seule fois cette semaine, mais déjà Louis Le Grand, Condorcet, Fénelon, Montaigne et Charlemagne, a confirmé le rectorat de Paris. Le lycée Hélène-Boucher (Paris XXe et classé 71e sur 109 au niveau départemental) ne figurait pas sur la liste.
Mardi, les appels anonymes reçus entre 10h20 et 11h20 faisaient état de colis piégés dans leurs enceintes. L'alerte à la bombe avait finalement été levée en fin d'après-midi.

Ces appels, quasiment identiques, indiquaient que des colis piégés avaient été dissimulés à l'intérieur des établissements
, selon le rectorat de Paris. L'alerte à la bombe a été levée à la mi-journée à Fénelon, Montaigne et Condorcet, en accord avec la préfecture de police, a-t-il précisé. L'académie de Paris a ensuite précisé que l'alerte avait aussi été levée à Henri-IV. Les vérifications se poursuivent à Louis-le-Grand et Charlemagne.
Pour l'heure, un colis suspect, qui pourrait être simplement un sac abandonné, a été trouvé au lycée Henri IV. Dans un établissement - on ne sait lequel - rien n'aurait été découvert après des fouilles minutieuses.

Un canular de potaches au moment des bacs blancs avant les vacances
 

Le pouvoir, en campagne pour la prolongation d
e l'"état d'urgence," donne de l'ampleur à toutes les alertes.
 "Nous n'excluons pas qu'il s'agisse du même corbeau, les termes du message étant étrangement similaires", admet une source policière, tandis que les media s'enflamment, à l'instigation du ministère de l'Intérieur. En Grande-Bretagne, 14 lycées ont été la cible de menaces identiques, raconte la presse: le compte n'y est donc pas encore en France !...

Une autre source policière fait état d' "une même voix métallique"!
 Il ne s'agit pas d'une alerte à la bombe, mais d'une menace d'une autre nature, non définie, "précise" pour sa part le rectorat de Paris. 
Le Parquet de Paris a ouvert une enquête pour menaces de destruction, confiée à la Sûreté territoriale de Paris.
Le président "protecteur des Français" est visiblement resté en "état de choc". 
Est-il donc en état de jouer le rôle qu'il s'est donné ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):