POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 9 janvier 2016

Julie Gayet n'a pas aimé sa prestation au JT de TF1

L'entretien n'a pas été à la convenance de la première concubine

Julie Gayet 
était en plateau pour vendre son film.


Elle 
était l'invitée de Julien Arnaud au JT de TF1,
 
Pour la dette publique,
l'Etat, c'est nous !
le 29 décembre dernier, escortée de Pascal Elbé , le réalisateur (de son vrai nom Pascal El-Bez)mais elle en est repartie comme agacée... 
Habitués aux entretiens de complaisance de la très chère Claire Chazal ou aux questions à tiroirs artistement "brushées" de Laurent Delahousse, les deux invités de Julien Arnaud sont ce soir-là tombés sur un bec... 
Non seulement la comédienne et productrice s'en veut d'avoir défloré son propre filmJe compte sur vous, mais elle a été plutôt mauvaise face au journaliste.

Une question de la presse indépendante est politiquement correcte ou non

"Allez-vous exposer davantage votre vie privée en 2016 ?" Pas bien !
Cette question de Julien Arnaud, posée le 29 décembre à la maîtresse du Président, était légitime. Et pourtant, TF1 n'est pas unanime pour la trouver en phase avec l'interrogation du public. "Une partie de la rédaction était contre, estimant que cela n'avait rien à voir avec le film qu'elle était venue défendre, estime une source ." Et à voir la mine de l'actrice... elle non plus n'était pas franchement ravie d'en parler.

Quels liens entretenez-vous avec Gilbert Chikli, Julie Gayet et Pascal Elbé ? Pas bien...
Il est des causes plus nobles...
La question était pourtant en lien étroit avec le film: ne s'adressait-elle pas au montage financier de la productrice ?  A la différence de la première, elle ne touchait pas - a priori - à la personne sacrée du président. Quoique ! Car Gilbert Chikli (50 ans) qui a inspiré Je compte sur vous, est un escroc: il est l'inventeur de l'arnaque au président, ça ne s'invente pas ! Il a détourné la bagatelle de 8 millions d'euros en arnaquant trente-trois sociétés... entre 2005 et 2006, se faisant passer pour le PDG de grandes entreprises (La Poste, les Galeries Lafayette, Disneyland Paris, les Pages jaunes ou encore la Caisse d’épargne) auprès de quelques salariés cadres. Ces ballots, à sa simple demande par téléphone, lui remettaient plusieurs centaines de milliers d’euros en liquide ou par virement en prétextant, pour les convaincre, défendre la guerre contre le financement terroriste et demandait au salarié de faire tout ce que lui dirait un homme de la DGSE (services secrets). 

"Toutes les polices de France et de Navarre le recherchent et un mandat d’arrêt international court contre lui. Pourtant, Gilbert Chikli ne se cache pas :

il habite à Ashdod, une station balnéaire située à 35 kilomètres au sud de Tel-Aviv. Considéré comme le pionnier de "l’escroquerie au président", une arnaque où l’on se fait passer pour le PDG d’une grande entreprise en vue d’obtenir des virements, il aurait ainsi, depuis 2010, pompé environ 50 millions d’euros à diverses grosses sociétés françaises." [...] Montant total du butin de ces escroqueries ? De 300 millions à 800 millions d’euros, selon les estimations françaises. (Libération du 19 mai 2015 à 17:46)

Le film est étrangement annonciateur de l'état d'urgence réclamé aux ballots de parlementaires par le président de l'entreprise France, François Hollande, et son réalisateur-arnaqueur, Manuel Valls, pour obtenir les pleins pouvoirs.
Alors que la France est endettée jusqu'aux dents et que les "sans dents" crèvent la dalle, c'est l'équivalent de l'aide (8 millions d’euros, exactement) que le contribuable français va verser à l’Autorité palestinienne pour Gaza...

Un homme recherché par la police française - lui qui a fui en Israël pour ne pas faire ses sept ans de prison - mais qui, de son propre aveu au site de l'hebdomadaire Le Point, a "coécrit le scénario, participé au casting et rencontré toute l'équipe", exception faite, affirme-t-il, de Julie Gayet... 
Condamné en fuite, Gilbert Chikli est également intéressé financièrement au film et perçoit un pourcentage sur le nombre d'entrées.
VOIR et ENTENDRE un extrait d'un entretien avec Gilbert Chikli qui a inspiré le nouveau film produit par Julie Gayet: 
video

L'actrice n'a pas apprécié de voir rappelés ses liens que la presse à sensation avait révélés dès mai dernier.
"Il s'est passé quelque chose d'intéressant sur le plateau. Pour une fois, ce n'était pas une interview compassée et bénie-oui-oui. Mais après l'interview [le mot 'entretien' existe en français], tout le monde s'est tu. Il n'était plus question de faire un selfie comme avant le JT !", poursuit un témoin anonyme. 

Tout n'est pas bon à dire, en Hollandie.
 
La liberté d'expression aurait-elle migré du service public sur TF1 ? Libre, en revanche, au public potentiel de donner -ou non- son argent à cette production.

Nous comptons aussi sur Christiane Taubira pour relancer la procédure d'extradition d'Israël vers la France, mais est-ce bien raisonnable ?...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):