POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 16 janvier 2016

Revers du gouvernement sur la pub dans les émissions pour enfants

Passe d'armes sur la publicité dans les programmes enfants de France Télévisions 

Contre l'avis du gouvernement et du groupe PS, l
es députés ont voté la suppression de la publicité dans les programmes pour enfants
 

Impuissante à convaincre:
faut-il la placer sous tutelle
de... Manuel Valls ?
"Je ne laisserai pas fragiliser le service public de l'audiovisuel, ses salariés, ses missions, son soutien à la création", avait déclaré Fleur Pellerin, à propos de France Télévisions, qui veut rester hors concurrence et s'inquiète de la perte de recettes financières pour le groupe public. 
Votée par le Sénat fin octobre, la proposition prévoit la suppression de la publicité commerciale durant les programmes de la télévision publique destinés aux enfants de moins de douze ans, à partir du 1er janvier 2018, ainsi que durant les 15 minutes qui les précèdent et qui les suivent. 

Le texte n'est pas adopté et peut toujours être modifié 

Ministre inculte de la Culture
et responsable -non élue- incompétente
Fleur Pellerin (ci-contre) et le président PS de la commission de la Culture, Patrick Bloche, 
ex-maire du 11e arrondissement de Paris de 2008 à 2014, 
célibataire de 59 ans et rapporteur de la proposition de loi sur le pacs (1998), puis d'une proposition de loi ouvrant le mariage à tous (mariage homosexuel) en 2011, ont tenté de faire traîner les débats mais cela n'a pas suffi face à la motivation du groupe écologiste, dont les 18 membres EELV étaient presque tous présents, soutenu par deux députés radicaux de gauche, alors que les bancs du PS, de la droite et du Front de gauche, tous opposés à la suppression, étaient quasi-vides. 

La ministre de la Culture et de la Communication a fait part de son mécontentement, dans un communiqué.  Le texte n'a  pas été adopté conforme, ce qui laisse la possibilité au gouvernement et au groupe PS de revenir sur sa suppression lors de la navette parlementaire.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):