POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 14 janvier 2016

Prison pour des salariés violents de Goodyear : Valls déclare les juges sévères

L'exécutif porte un jugement sur la décision judiciaire

Il ne m'appartient de juger, esquivent d'habitude les membres du gouvernement
Le Premier ministre Manuel Valls a envoyé un message aux juges, déclarant jeudi au Sénat que la peine de neuf mois de prison ferme est "indéniablement lourde" pour des syndicalistes de Goodyear, bien que les huit ex-salariés de l'usine d'Amiens-nord aient séquestré deux dirigeants, ci-contre, durant... 30 heures en 2014
"Cette décision, elle est lourde, indéniablement, a commenté le chef du gouvernement, en réponse à une question de la sénatrice communiste Michèle Demessine. Mais elle est celle de cette juridiction de première instance, a-t-il ajouté, en guise de consigne aux juges de la Cour d'Appel (...) 

En même temps, le Catalan utilise la langue de bois d'un Normand
"Il faut la respecter tout en mesurant, et nous le mesurons, le choc pour les syndicalistes condamnés, pour les salariés et leurs familles de cette entreprise", a déclaré le chef du gouvernement, à l'adresse de chacun et chacune, hormis les dirigeants maltraités et leurs familles.

Valls s'aligne sur les commentaires venus de sa gauche

Galut, malsain dedans comme dehors,
à en juger par cette peau
Depuis deux jours, plusieurs représentants politiques (de gauche) se sont dits choqués par cette condamnation de cette agression sur des cadres d'entreprise.
"Il n'y aura pas dans notre pays de criminalisation de l'action syndicale et je n'accepte pas le soupçon ou le sous-entendu", a-t-il poursuivi à l'adresse des responsables politiques qui ont critiqué une "justice de classe".

Exemples de tweet:
- une députée de la 15ème circonscription de Paris (20e arrondissement, multiculturel):
L'ineffable député socialiste hyper-sensible du Cher, Yann Galut, s'est dit "très choqué par la condamnation" sur Twitter et s'emporte en précisant qu'il aimerait "la même sévérité à l'égard des patrons voyous". 

Même son de cloche chez  le président des Jeunes Socialistes, Benjamin Lucas, "abasourdi" par cette décision. 
Dans un tweet, il prend la défense des salariés : "Leur combat est celui contre l'injustice et le mépris du système". 


- ou 
"C'est une honte. Quand j'ai appris cette condamnation, je me dis que véritablement le fait de criminaliser l'acte syndical prend une dimension qu'on ne pouvait pas imaginer", a déclaré le chef de file du Front de gauche à l'Assemblée nationale, André Chassaigne.
et Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF:
"Tout n'est pas permis"

Mais il a aussi estimé qu'il ne faut pas "basculer dans la violence". Lors du procès, les prévenus avaient évoqué "un coup de colère" - et Valls connaît ! - face à une direction qui "n'apportait aucune réponse" à la "détresse sociale" des salariés de l'entreprise, fermée quelques jours après. "Chacun connaît ici la difficulté de ce dossier Goodyear et peut parfaitement mesurer le désarroi des salariés, il faut toujours maintenir le dialogue et, si possible, ne jamais basculer dans la violence", a nuancé Valls, expliquant vouloir "prendre le temps" de répondre sur cette question. 

Insistant comme il se doit sur le fait que "la justice est indépendante" en France, le Premier ministre a rappelé que si "le combat syndical est toujours respectable, le respect des personnes est un autre principe fondamental". "Tout n'est pas permis, y compris quand la violence sociale est très importante", a-t-il estimé.
La secrétaire d'État chargée des droits des femmes du gouvernement Valls,  Pascale Boistard, a réagi en ex-député de la Somme:
Valls, foireux, ménage la chèvre et le chou

Rappelant que "les syndicalistes font appel" de leur condamnation, il a enfin appelé les sénateurs à "faire confiance à la justice pour trouver une position qui marque des limites à ce qui est admissible ou pas mais qui montre aussi que la revendication sociale est légitime en tant que telle et qu'elle doit être respectée". Ce qui n'est pas le sujet: ce sont les violences syndicales qui sont en question.
"L'entreprise n'appartient pas aux ouvriers"

VOIR et ENTENDRE
ce reportage sur la fin de la séquestration des deux cadres de Goodyear Amiens-Nord, par la CGT 
(7 janvier 2014):
video
Au final, Valls aura dit tout et son contraire: quelles conclusions tirons-nous de ce verbiage ?  

2 commentaires :

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. Par erreur, j'ai supprimé un commentaire du 15 janvier qui désapprouve la séquestration de salariés de Goodyear par des syndicalistes CGT. Il ne s'agit pas d'une "modération", mais d'une erreur matérielle.
    J'invite la personne "anonyme" à accepter mes excuses et à exprimer son point de vue à nouveau. Merci.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):