POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 20 août 2014

Cécile Duflot règle des comptes avec François Hollande

L'écologiste radicale commet un bouquin fielleux

L'ex-ministre du Logement règle ses comptes...
La ministre du Logement Cécile Duflot (EELV) et François Hollande, le 25 novembre 2012 à Paris
La ministre du Logement Cécile Duflot (EELV) 
et François Hollande, le 25 novembre 2012 à Paris
La mégère de la gauche républicaine règle  ses comptes dans un livre à paraître le 25 août, De l'intérieur.

Voilà un livre qui animera sans aucun doute l'université d'été du PS de de La Rochelle qui se tient fin août. En échec, Cécile Duflot, l'ex-ministre du Logement a préféré se retirer  a entraînant la sortie d'EELV du gouvernement.  Voyage au pays de la désillusion (Fayard), écrit avec la journaliste du JDD, Cécile Amar. 

Ce dimanche, le JDD a cité un premier extrait: "J'ai cru en François Hollande, en sa capacité de rassemblement. (...) J'ai essayé d'aider le président de la République à tenir ses promesses, de l'inciter à changer la vie des gens, de le pousser à mener une vraie politique de gauche. Et j'ai échoué. Alors je suis partie". Un peu trop simple et édifiant pour être honnête.
Plus de muselière
Le Nouvel Observateur publie maintenant les bonnes feuilles de l'ouvrage. Si malveillantes qu'elles puissent être, elles recèlent la part de vérité d'une incontournable, agitée mais fuiteuse utile, qui ne manquera pas d'ajouter de la tension à la tension d'un gouvernement qui a atteint le seuil de non retour des renoncements et des échecs avant même cette troisième rentrée qui s'annonce des plus difficiles sur tous les plans.

Après son départ du gouvernement en avril dernier, Cécile Duflot s'était d'abord montrée discrète, avant de sortir les crocs lorsque sa loi sur le Logement a été détricotée par le gouvernement. Celle qui estimait avoir, lorsqu'elle était ministre, "une muselière qui permet un peu de l'ouvrir", a cette fois décidé d'extérioriser , en tant que simple députée EELV, tout ce qu'elle a tenu enfoui  à l'époque où elle se disait solidaire.
Alors le Nouvel Observateur nous évite de jeter notre argent par les fenêtres... 


Valls, cet homme de droite 

Valls subissant la harpie
"Manuel Valls est sérieux, obsédé par la politique depuis de très longues années. Il a un vrai plan de carrière, il veut réussir. Il a le mérite de la cohérence : le discours qu'il porte aujourd'hui comme Premier ministre est le même depuis des années. La vérité, c'est que je n'ai aucune idée de ce qu'il pense sincèrement. Ce que je lui reproche fondamentalement pendant ces deux années, c'est d'avoir d'une certaine manière pris en otage le gouvernement. Il s'avançait sur des sujets en défendant son seul point de vue personnel, qui n'était pas celui de l'équipe gouvernementale. Si on exprimait son désaccord, on était aussitôt accusé de provoquer un couac. 

"
La place occupée par Manuel Valls révèle que François Hollande laisse parfois faire. Il regarde comment cela va retomber, qui va gagner, qui va être le plus malin. Mais sur les Roms, sur l'immigration, sur les valeurs de la gauche, il ne s'agissait pas de malice, d'habileté politique ou de capacité médiatique, mais de questions de fond, d'une certaine idée de la République et de la France. 

"Je ne connais pas assez Manuel Valls et Nicolas Sarkozy pour savoir s'ils se ressemblent. 
Mais je sais que celui qui fut le premier ministre de l'Intérieur de François Hollande utilise des recettes similaires. Il déploie les mêmes techniques : saturation de l'espace médiatique, transgression. La figure est facile : le mec de gauche qui tient des discours de droite, c'est un peu l'écolo qui défend le nucléaire ! C'est ce que j'appelle la triangulation des Bermudes. A force de reprendre les arguments et les mots de la droite, de trouver moderne de briser les tabous, et donc de défendre la fin des trente-cinq heures, de dénoncer les impôts, de s'en prendre aux Rom, de prôner la déchéance de la nationalité pour certains condamnés, de taper sur les grévistes, quelle est la différence avec la droite ? Une carte d'adhésion dans un parti différent ? Le fait de proclamer toutes les trois phrases "je suis de gauche" ? Formellement, factuellement, quels sujets les opposent ? A force de trianguler, ils ont fait disparaître la gauche." 

Un président sous influence libérale 

Le 26 juin 2013, Cécile Duflot présente le projet de loi Alur (logement) en Conseil des ministres. "L'encadrement des loyers, engagement numéro 22 du candidat François Hollande, va être mis en application. (…) Le moment est solennel, certains de mes collègues me félicitent discrètement. 
Puis le président de la République prend la parole. Une douche froide : "Les agences immobilières sont mécontentes, y a-t-il vraiment eu une concertation ? L'encadrement des loyers, est-ce vraiment une bonne chose ?" Je suis dépitée. Je pensais être félicitée pour avoir tenu un engagement de campagne. […] Je n'imaginais pas la sensibilité de certains au discours libéral. Je n'avais pas pris la mesure de l'ampleur des lobbies. Je réalisais sous les dorures du palais de l'Elysée que le président de la République lui-même n'était pas insensible aux sirènes de ces lobbies. J'ai relu Edouard Herriot, ses propos sur le "mur d'argent" ; j'ai trouvé beaucoup de similitudes entre ce qu'il a vécu et la période que nous traversons."

Hollande, le "président de personne" 

"Il n'est pas mou, mais parfois il est hésitant. Il sait décider, mais il préfère quand la décision vient toute seule ou quand tout le monde l'accepte. C'est bien plus confortable. (...) Sa principale qualité est son calme. Il a des ressources de contrôle de lui-même impressionnantes, et cela reste à mes yeux une qualité primordiale à son niveau de responsabilité. Son principal défaut est de ne pas dire ce qu'il pense. (...) "Faute d'avoir voulu être un président de gauche, il n'a jamais trouvé ni sa base sociale ni ses soutiens. A force d'avoir voulu être le président de tous, il n'a su être le président de personne. Cela n'est pas une question de tempérament, c'est la conséquence d'une succession de choix souvent inattendus et, parfois, incohérents entre eux."

Montebourg "le comédien" 

Cécile Duflot dîne avec Arnaud Montebourg après "le fiasco de Florange, au moment où on commence déjà à sentir que le cap est mauvais" : "Arnaud Montebourg fait du Arnaud Montebourg. Un vrai numéro. Il nous explique qu'il va quitter le gouvernement, dénoncer la rigueur, faire des listes européennes et évidemment se présenter en 2017 et qu'on n'aura d'autre choix que de le soutenir ! C'est sa soupape de liberté et de sécurité ? Ça lui fait du bien, ça nous fait du bien aussi de se dire qu'il y aura une vie en dehors du gouvernement. (...) "Tous ceux qui en privé clamaient "je vais démissionner" sont aujourd'hui encore ministres. Je ne leur en fais pas le reproche." 

"L'odieux" Jérôme Cahuzac

Juin 2012. Cécile Duflot rencontre le ministre du Budget pour discuter : "On dit de lui qu'il est brillant et bel homme, je le découvrirai méprisant et brutal. (…) Au fond, je me demande ce qu'il a de gauche. Vraiment, je ne comprends pas. Et, en plus, il est infiniment désagréable avec moi. Je suis habituée à ce qu'un certain nombre d'hommes politiques sérieux estiment qu'ils n'ont pas de temps à perdre avec un puceron comme moi. Ce n'est jamais plaisant. Mais lui est vraiment odieux. (…) L'affaire [Cahuzac] dure de longues semaines. Des ministres, des députés me confient qu'ils savaient depuis longtemps. Je n'en reviens pas. S'ils étaient au courant, pourquoi l'ont-ils laissé nommer ministre du Budget ? […] Ce n'est pas juste l'histoire d'une dérive personnelle, d'un menteur patenté. Cette affaire montre aussi l'aveuglement et l'hypocrisie qui peuvent régner. Cela restera la marque de l'insincérité." 

Le tournant des Rom 

"Cet instant restera une brisure politique. Ce mardi 24 septembre 2013, je suis à la maison, les enfants finissent de se préparer et, comme souvent, j'écoute France-Inter. La matinale est consacrée à la question des Rom, et Manuel Valls est en duplex depuis Bordeaux. Les mots que j'entends dans la bouche du ministre de l'Intérieur resteront gravés dans ma mémoire. Je suis stupéfaite. Je n'en reviens pas. Les phrases prononcées sont littéralement incroyables : "Il y a évidemment des solutions d'intégration, mais elles ne concernent que quelques familles. C'est illusoire de penser qu'on règle le problème des populations rom à travers uniquement l'insertion." [...] Ce n'est pas une blague spontanée sur les Auvergnats : ce sont des propos réfléchis tenus à la radio. 
L'apathie collective que je constate autour de moi me sidère. Si un ministre de droite avait tenu de tels propos trois ans plus tôt, cela aurait provoqué un déferlement de critiques de la gauche. Et là, c'est le silence. Je ne peux plus me taire. (…) Cet épisode a marqué un véritable tournant. Une faille s'est creusée entre eux et moi. Je l'écris très calmement. Des milliers, voire des millions de gens ne se sont pas exprimés, n'ont pas manifesté, mais je suis sûre qu'ils ne voulaient pas de ça en élisant François Hollande. Ils souhaitaient au contraire que ce type de discours cesse. Et ils avaient raison."

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):