POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 6 juin 2017

Législatives: Alain Juppé ne soutient pas le candidat de son camp dans les Yvelines

Le battu de la primaire fait campagne pour la candidate LREM contre celui de LR

Alain Juppé s'était engagé à soutenir tous les candidats LR-UDI dans la course aux législatives...

Bien qu'officiellement investi par Les Républicains, ce n'est pas Jean-Frédéric Poisson que soutient le candidat malheureux à la primaire à droite, mais Aurore Bergé, originaire des Yvelines, qui se présente pourtant sous l'étiquette La République en Marche. La candidate LREM, 31 ans, était en effet la collaboratrice du maire de Bordeaux lors de la campagne pour la primaire. Elle a notamment contribué à la campagne numérique d'Alain Juppé, 70 ans, avant de rejoindre Emmanuel Macron mi-février. Elle est d'ailleurs la fille d'un comédien spécialisé dans le doublage de films.

Mais c'est pourtant une transfuge Les Républicains qui a les faveurs du septuagénaire. Aujourd'hui étiquetée La République en Marche, le temps des législatives, Aurore Bergé  faisait partie de son équipe de campagne pour la primaire de la droite et du centre. 

Une législative marquée par les trahisons 

Les renégats se serrent les coudes. 
Résultat de recherche d'images pour "aurore bergé Juppé"
"Très fière et émue du soutien que m'apporte aujourd'hui Alain Juppé dans ma campagne législative. Merci à lui !", a tweeté Aurore Bergé mardi 6 juin, en reprenant l'intégralité du texte de soutien du maire LR de Bordeaux. "Aurore Bergé est aujourd'hui votre candidate aux élections législatives. Je connais son engagement, son énergie et sa détermination. J'ai pu les mesurer lorsqu'elle a travaillé à mes côtés dans le cadre de la primaire de la droite et du centre", écrit Alain Juppé, en langue de bois. Une loyauté à l'instar de son modèle...

"Je connais son attachement à son département des Yvelines qu'elle n'a jamais quitté", poursuit l'ancien, qui affirme partager avec la candidate de la République En Marche "les mêmes valeurs", et assure aux électeurs "qu'elle saura vous représenter à l'Assemblée nationale: Je vous invite à voter pour Aurore Bergé", conclut-il, en termes convenus, sans enthousiasme.

Un soutien "personnel" d'Alain Juppé qui n'a pas manqué d'indisposer. 
Nicolas Dupont-Aignan écrit ainsi sur Twitter : "Avec le soutien d'Alain Juppé à Aurore Bergé, les LR ne font même plus semblant d'être dans l'opposition". 

Aurore Bergé, élue LR à Magny, commune PS, où elle est conseillère municipale, a été investie sous l'étiquette LREM dans la 10e circonscription des Yvelinesdépartement LR, mais dans le fief occupé par le député sortant Jean-Frédéric Poisson, ancien adversaire d'Alain Juppé à la primaire de la droite et président du Parti chrétien-démocrate. 
Jean-Frédéric Poisson en mai 2016.Pour rappel, Jean-Frédéric Poisson élu aux élections législatives de juin 2012 sur la 10e circonscription des Yvelines avec le soutien de l'UMP, du Parti chrétien-démocrate, du Parti radical, du Mouvement pour la France, du CNIP, du Nouveau Centre, du Parti libéral démocrate et de France écologie. Il est élu au second tour face à la députée sortante soutenue par le PS et Europe Ecologie-les Verts, Anny Poursinoff, avec 53,65 % des voix.
Image associée
En s'engageant contre son camp, le félon de Bordeaux prend la responsabilité d'une défaite du parti Les Républicains. 
D'autres juppéistes ont préféré leur carrière au parti : outre Renaud Dutreil (prédécesseur de Juppé à la présidence de l'UMP), Philippe Douste-Blazy (ancien UDF), Jean-Jacques Aillagon (qui a travaillé à Venise pour François Pinault), Dominique Perben (battu par Collom à la mairie de Lyon et membre de l'équipe de campagne d'Alain Juppé, candidat à la primaire), Jean Arthuis (soutien de Bayrou, lors de l'élection présidentielle 2007, il a fermé les yeux, comme eurodéputé, sur les emploi fictifs de Marielle de Sarnez, MoDem, au parlement européen ) ou cette autre spécialiste du retournement de veste, Marie-Anne Montchamp, qui a successivement soutenu Villepin, Copé, Sarkozy, Fillon et Macron, Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics depuis 2017, et le premier ministre de Macron, Edouard Philippe, juppéiste.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):