POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 21 juin 2017

Des députés REM nient toute crise politique du fait des quatre démissions de ministres

Les "jeunes" députés de Macron ont-ils plus de sens moral que leurs anciens ?

Le ministre de la Justice et la ministre des Affaires européennes "ont choisi de se retirer, j'espère provisoirement"



Cela "donne plus de liberté au futur gouvernement pour appliquer sa politique", raconte à qui veut l'entendre Fabien Gouttefarde, nouveau député de l'Eure (Evreux), pour qui cela permet de surcroît de lui "laisser de l'oxygène".

Elu à la faveur d'un duel contre un candidat FN, le député plein de promesse à 38 ans considère encore que "ni La République en marche, ni le président de la République ne sont entachés". Ex-référent départemental du mouvement En Marche dans l’Eure, il juge même ces "démissions à la chaîne", après celles de Sylvie Goulard et de Richard Ferrand, "cohérent(es) avec l'exigence qu'Emmanuel Macron a fixée depuis le début".

Un nouveau venu issu de la "société civile" ?
Que nenni ! Il est juriste au ministère des Armées...

Ce fonctionnaire regrette enfin que ses aînés aient eu un sursaut de moralité. 
La règle voulant qu'on attende une mise en examen "aurait pu continuer à s'appliquer". "Il faut faire aussi attention à ce que ça ne fasse pas jurisprudence, c'est-à-dire qu'au moindre doute, un ministre ne puisse pas rester", a jugé ce ...conseiller juridique.
Une enquête est ouverte sur les conditions d'emploi des assistants parlementaires européens du MoDem, et une autre vise R. Ferrand pour une transaction immobilière favorisant sa compagne au détriment des mutualistes de Bretagne.

Ces départs, "cela ne jette pas une ombre", a aussi jugé Marie Lebec.
Résultat de recherche d'images pour "Marie Lebec"
Cette élue de 26 ans dans les Yvelines estime qu' "on avance de manière plus sereine, plus apaisée", elle aussi n'excluant pas un retour du MoDem au gouvernement plus tard.
br>Une nouvelle venue issue de la "société civile" ?
Que nenni ! Elle était ex-collaboratrice parlementaire...


Didier Baichère, nouveau député des Yvelines de 46 ans, a le sentiment que le départ des ministres Modem ne marque "absolument pas" le début d'une crise politique. "Je ne les sens pas dans l'opposition; on a partagé beaucoup d'histoire", a-t-il nié.

Un nouveau venu issu de la "société civile" ?

Que nenni ! Il a été DRH d'abord à France Telecom et à Akka Technologies, groupe d'ingénierie et de conseil, en passant par DCNS, société de droit privé spécialisée dans l'industrie navale militaire, l'énergie nucléaire et les infrastructures marines et détenue à hauteur de 62 % par ...l’État français, et par Thales, dont l'actionnaire majoritaire est l'Etat français...

Résultat de recherche d'images pour "Cédric Villani macron"
Lavallière et broche araignée au revers de la veste de son costume trois pièces, un troisième specimen était pressé de questions, salle des Quatre Colonnes, sur ces démissions. Pourtant perché, le mathématicien Cédric Villani paraissait un peu étourdi par le flot médiatique et quelque peu déphasé, voire décalé. Disons-le, déplacé.

Sur François Bayrou, "ce que j'ai entendu dire, mais il faudra encore que je prenne le temps de regarder les nouvelles, c'est qu'il souhaitait se consacrer à répondre aux attaques dont il a été l'objet (...) et je trouve ça extrêmement honorable", a-t-il jugé.

Confirmant son inadaptation,
"cette figure de la société civile" a supplié : "Aujourd'hui, c'est ma rentrée, laissez moi me concentrer sur ma prise de fonctions (...) Cela viendra les communications, mais aujourd'hui je souhaite me concentrer sur mes premiers pas à l'Assemblée".

Un nouveau venu issu de la "société civile", clame la presse bien informé.

Las ! Celui-là n'en est pas non plus: il est directeur de l'Institut Henri-Poincaré de l'Université Pierre et Marie Curie et professeur à l'université Claude-Bernard-Lyon-I. Or, jusqu'à plus ample informé, l'Université n'est pas encore privatisée et le "matheux" (Mélenchon) est placé sous la tutelle de ministre de l'Enseignement supérieur. Oui, mais quid de l'Institut Henri-Poincaré ?objecteront certains esprits forts. Eh bien, non, diraient les 'fact checkers': il est rattaché au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), lequel est également rattaché au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. 

Dans le gouvernement Édouard Philippe, sa patronne est Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, ex-présidente de l’université de Nice-Sophia-Antipolis.
Un autre mensonge véhiculé par la presse s'effondre: non, Macron n'a chassé les professeurs ni de l'Assemblée, ni du gouvernement.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):