POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 27 juin 2017

Valls règle ses comptes avec le Parti socialiste

L'ex-socialiste juge "pathétique" l'attitude du PS

Entre Manuel Valls et le Parti socialiste (PS), le divorce est consommé

L'ancien Premier ministre socialiste avait souhaité "s'inscrire" dans le mouvement La République en Marche (REM) du président élu. Le 9 mai dernier, sur l'antenne de RTL, il avait annoncé son intention d'être "candidat de la majorité présidentielle" aux élections législatives de juin. Le PS lui avait retiré son investiture à la législative de juin, mais Emmanuel Macron avait laissé la porte close, acceptant seulement de ne lui opposer aucun candidat REM.

Manuel Valls avait également déclaré  "ce Parti socialiste mort", ajoutant qu'il "est derrière nous" et qu'il "doit se dépasser".

Et la dernière agression du député contesté de l'Essonne n'a fait que consacrer la rupture des relations avec Solférino. 
Sous la menace d'une procédure d'exclusion du PS pour non-soutien au candidat officiel du parti et son appel à voter pour Macron, Manuel Valls poursuit ses attaques en privé, comme le rapporte Le Monde ce samedi 13 mai. "L'histoire est finie pour le PS. Tout le monde le sait, mais on va quand même aux législatives en faisant semblant d'être toujours ensemble, c'est pathétique", aurait-il déclaré. 

La rupture semble donc bien consommée entre le paria et les 'has been' 

Il y a tout juste un an, Valls affirmait pourtant "rassembler la gauche". 
Quant au PS, le parti va devoir tenter de se reconstruire et sauver les meubles face aux critiques de son ancien ténor, aux départs d'une vingtaine de ses parlementaires vers les rangs de La République en Marche mais aussi face à la montée en popularité de La France insoumise. "Je ne veux pas affaiblir le PS, je veux le remplacer", avait récemment indiqué le leader de ce mouvement, Jean-Luc Mélenchon.

Le parti d'Epinay est mort et bien mort", aurait même acté le Premier secrétaire du PS, selon Europe 1
"Après le 18 juin, on fera le bilan de tout ça, mais il est clair qu'il faudra une reconstruction, voire une refondation, du Parti socialiste, aurait ajouté Jean-Christophe Cambadélis, 65 ans, éliminé dès le premier tour de la législative, avec ... 8,60 % des suffrages exprimés.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):