POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 20 septembre 2018

Affaire Benalla : le Sénat avoue s'être fait balader

"Nous n'auditionnerons pas Emmanuel Macron", affirme Sueur

Les pressions de l'exécutif ont pesé sur les auditions par le législatif

Les pièces du puzzle sont plus nombreuses mais elles ne s'assemblent pas, observe le sénateur PS du Loiret, Jean-Pierre Sueur, rapporteur de la mission d'information sénatoriale sur l'affaire Benalla.

Challenges - Qu'avez-vous pensé de l'audition d'Alexandre Benalla conduite ce matin au Sénat ?

Jean-Pierre Sueur - Je me réjouis qu’il se soit excusé pour les propos qu’il avait tenus sur le Sénat et notre commission d’enquête. Je salue aussi le respect, la courtoisie, le calme dans lequel s’est déroulée cette audition. C’est un démenti apporté à ceux qui nous prédisaient, comme François Patriat [le petit chef du groupe LREM au Sénat], que ce serait une mascarade. Notre objectif, c’est d’établir les contradictions, de définir la vérité et de faire des propositions. Contrairement à ce qui était annoncé, Alexandre Benalla a choisi de coopérer. Nous trouvons que c’est une attitude positive.

Cela étant dit, il [Benalla] a également élargi le champ des contradictions. La version d’Alexandre Benalla nous paraît assez contradictoire avec celles d’autres personnes que nous avons entendues sous serment, notamment le secrétaire général de l’Elysée [Alexis Kohler] ou le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron [Patrick Strzoda]. Le champ de ses responsabilités était certainement plus élevé que celui d’un gentil organisateur de voyage comme on a voulu nous le présenter. Les pièces du puzzle sont de plus en plus nombreuses, mais alors qu’elles devraient s’assembler, elles ne collent pas. Il y a également le mystère du port d’armes… [Ajoutons celui de la disparition du coffre fort au domicile de Benalla] Tout ça ne nous semble pas très clair.

Face à ces nouvelles zones d’ombres, allez-vous conduire de nouvelles auditions ? Réentendre des personnes que vous avez déjà auditionnées?

Nous avons déjà un programme pour la suite des auditions. Mais nous ne nous arrêterons pas, nous irons jusqu’au bout de notre travail et nous ne nous interdirons rien.

Dans ces conditions, pourriez-vous auditionner Emmanuel Macron ?

Non. Nous l’excluons totalement pour des raisons constitutionnelles. Il serait contraire à la Constitution pour la commission d’enquête sénatoriale que d’entendre Emmanuel Macron.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):