POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 4 septembre 2018

Macron prend le risque du maintien du prélèvement à la source

L'exécutif se prépare à minimiser les bugs informatiques annoncés

La réforme du prélèvement à la source aura bien lieu
 
Après dix jours de cafouillage et de campagne contre le passage à l'acte brandissant des tests calamiteux, Macron a enfin fait le saut dans l'inconnu.

Finalement, le prélèvement à la source sera bien mis en œuvre en janvier 2019. Après une dizaine de jours de tergiversations, le président a décidé de faire ce que Hollande n'a pas mené à son terme et Edouard Philippe a annoncé le maintien de la réforme et de son calendrier. "Au 1er janvier de l'année 2019 l'impôt sur le revenu sera prélevé à la source", a déclaré le premier ministre, assurant que "cette réforme va permettre à l'impôt de s'adapter à la vie des Français."

Avec le prélèvement à la source, je vais payer plus d'impôts?
"Le président de la République a dit (...) qu'il est sur ce sujet d'une exigence totale, qu'il voulait être certain que cette réforme, qui est une bonne réforme qui ne viendra pas diminuer leur pouvoir d'achat [des contribuables], améliorera pour beaucoup d'entre eux leur situation en matière trésorerie", a-t-il souligné. 
"Il ne faut pas comprendre exigence et hésitations, a expliqué Edouard Philippe au sujet de la succession d'avis contradictoires de la semaine dernière. Nous avons aujourd'hui l'ensemble des réponses aux questions que nous nous posions, a-t-il assuré. Il y a toute une série de tests qui ont été faits et nous avons dorénavant" les garanties que cette réforme sera mise en œuvre dans de bonnes conditions," a-t-il enfin garanti.

La mise en oeuvre du prélèvement à la source ne pénalisera  pas en terme de trésorerie ceux qui bénéficient d'abattements, a encore promis Philippe. 

"Nous avons fait en sorte que tous ceux qui font des dons aux associations, qui bénéficient d'une réduction d'impôt, que tous ceux qui s'inscrivent dans ce type de démarches puissent bénéficier en trésorerie de la réforme", a assuré Edouard Philippe. "Ca veut dire qu'il n'y aura pas de perdants en trésorerie dans la réforme que nous mettons en oeuvre", a promis-juré le chef du gouvernement.

Un feuilleton politique

Résultat de recherche d'images pour "prélèvement à la source"Dernière étape d'un feuilleton commencé fin août, le président de la République, Macron, a rencontré ce mardi en fin de matinée à l'Élysée le premier ministre et Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics. Ce dernier, en charge du dossier, avait la tâche complexe de convaincre la paire exécutive de lancer cette réforme de plus en plus controversée, alors même qu'elle semblait n'avoir jamais été aussi proche d'un abandon.

Ce "big bang" fiscal pose en effet une série de problèmes techniques et politiques, dont certains semblaient insolubles. Lundi, lors d'un déplacement en Mayenne, devant des élus, Emmanuel Macron s'en était inquiété, pour sa crédibilité politique. D'après lui, une mise en œuvre ratée de cette réforme peut "brûler un capital politique". Le président de la République avait déjà semé le doute la semaine dernière depuis Helsinki en affirmant avoir «besoin d'une série de réponses très précises et d'être sûr de ce que nos concitoyens vivront le jour où on le mettra en place, si on le met en place».

Gérald Darmanin avait lui-même émis quelques doutes. 
"Est-ce que techniquement on est prêts? Oui, on est prêts. Est-ce que psychologiquement les Français sont prêts? C'est une question à laquelle collectivement nous devons répondre", avait-il avoué samedi. "Il m'appartient d'apporter des réponses claires". Il semblerait que ce soit une mission réussie par le ministre de l'Action et des Comptes publics, puisque Macron saute le pas.

Mise sur ses rails sous le quinquennat précédent, la réforme qui va concerner près de 38 millions de foyers fiscaux, a déjà été retardée d'un an par l'exécutif en raison de problèmes techniques. Ce mardi, Jupiter a assuré que tous les obstacles étaient levés et a donc mis un terme aux atermoiements.

"Cette réforme sera mise en oeuvre dans de bonnes conditions," assure Edouard Philippe.
Le premier ministre Edouard Philippe a annoncé ce mardi soir sur TF1 le maintien du prélèvement à la source à partir de janvier 2019.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):