POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 2 décembre 2017

Agression sexuelle d'une professeure par des lycéens d'Asnières-sur-Seine

Des élèves "mettent une pression" manuelle sur une enseignante pour l'intimider

Une enseignante a déposé plainte pour agression sexuelle contre cinq élèves de 1re STMG 

(sciences et technologies du management et de la gestion) ce jeudi au lycée général et technologique public Auguste-Renoir à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine).
A l'issue d'un exercice de sécurité, la professeure a voulu écrire un rapport sur le mauvais comportement des cinq élèves de la classe dans laquelle ils étaient confinés. 
Voir l'image sur Twitter
Mécontents, les élèves perturbateurs auraient voulu "mettre la pression" sur la personne ayant autorité en encerclant l'enseignante dans le couloir. C'est à ce moment qu'ils auraient procédé à des attouchements sur elle. 

Un blocus de protestation suivi par 200 élèves

Les faits ont toutefois été niés par des amis des lycéens. "Il n'y a aucune preuve, s'emporte, dans les colonnes du quotidien, Mohamed, solidaire des cinq accusés. La prof dit n'importe quoi !

Dans la matinée, le corps enseignant a débrayé trois heures pour tenir une assemblée générale.
Voir l'image sur Twitter
En réaction au soutien des enseignants à leur collègue, 200 élèves ont établi le blocus de l'établissement, pour protester contre la plainte de l'enseignante. Les cours ont été annulés tout l'après-midi. 

Les élèves mis en cause seront très prochainement entendus en interne. 
Les enseignants, de leur côté, ont prévu "une prise de parole auprès des élèves pour leur expliquer ce qu'est une agression à caractère sexuel." 

La campagne médiatique actuellement menée par les associations féministes semble n'avoir pas été entendue 
Le déferlement de témoignages sur la toile sous les hashtags #MeToo (moi aussi) et #Balancetonporc semble produire l'effet inverse de celui recherché.
On attend les réactions des agitatrices Caroline de Haas ou Carol Galand (Swane).

Auguste Renoir, lycée "sensible"
En 2008

En janvier 2014, l'assemblée générale des personnels du Lycée Auguste Renoir d'Asnières très politisés à l'extrême gauche a décidé de rejoindre la mobilisation des établissements du 92 pour exiger un rétablissement des moyens qui lui ont été retirés au vu de la Dotation Horaire Globale prévisionnelle (DHG).

En mars 2016, la mobilisation du lycée Auguste Renoir d'Asnières contre la Loi Travail avait comporté un blocage par "des personnes étrangères à l'établissement". 
Pour comprendre à demi-mot, dans cette ville reprise en 2014 au socialiste Sébastien Pietrasanta, la direction de La Poste a dû faire intervenir une patrouille de police "lourdement armée" pour tenter d’empêcher une délégation d’étudiants de l’AG de Nanterre de rencontrer l’AG des postier-e-s qui s’y tenait. Solidaires fonction publique et Sud PTT avaient appelé à rejoindre la grève étudiante.
JPEG - 574.3 koLe 1er avril 2016, vers midi, alors qu'une poubelle brûlait devant le lycée Auguste-Renoir, un "jeune homme" avait jeté une bouteille à moitié pleine sur le chef d'établissement.

En février 2017, suite à l'affaire Théo, la situation était tendue dans plusieurs lycées du haut des Hauts-de-Seine, dont le lycée Auguste-Renoir d’Asnières où de nombreux élèves se sont rassemblés. Certains d'entre-eux ont déplacé les poubelles d'un bar voisin et ont tenté de les incendier. Les policiers auraient fait usage de gaz lacrymogène pour calmer les manifestants les plus agités. Cinq jeunes de 15 et 16 ans ont été placés en garde-à-vue.

En mars 2017, l'extrême gauche agitait Asnières, notamment au lycée Renoir, où avait été déployée une banderole réclamant "Justice pour Théo" :
Nino Schillac est "éducateur" (ou ré-éducateur) - du genre de ceux (et celles) que recrutait Najat Vallaud-Belkacem pour mettre en oeuvre sa réforme dite des "rythmes scolaires" - et qui est militant et adhérent CGT, MJCF ( Mouvement Jeunes Communistes de France) et PCF.

Dans l'Essonne,
des parents d'élève qui ont agressé une enseignante ont été sanctionnés par de la prison avec sursis.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):