POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 10 décembre 2012

La gauche sociale augmente le tarif du gaz à nouveau au 1er janvier

Même si GDF ne participe pas à la nationalisation de Florange ?...

Montebourg aurait eu une dette envers GDF-Suez

Arnaud Montebourg avait annoncé sa détermination à exproprier l'Indien L. Mittal et à nationaliser le site ArcelorMittal de Florange, dans son bras de fer pour obliger le géant mondial de l'acier à céder davantage d'activité qu'il n'est disposé à le faire. Le ministre du Redressement productif avait alors indiqué qu'il pourrait vendre 1% de GDF Suez pour financer cette nationalisation éventuelle du site de L. Mittal à Florange.

Ayrault carbonise Montebourg,
mais asphyxie aussi le budget
des Français au gaz

Au final, Montebourg cède dans son bras de fer avec le Premier ministre
GDF-Suez n'aura pas à lâchera le 1%, mais poursuivra néanmoins à étouffer les Français.
 
Le tarif du gaz appliqué aux ménages français augmentera de 2,4% en France le 1er janvier prochain, a annoncé Delphine Batho lundi la ministre de l'Ecologie et de l'Energie .

"Maintenant", c'est quand,
pour le changement ?
Cette décision intervient après l'annulation par le Conseil d'Etat du plafonnement à 2% d'une hausse survenue fin septembre, contesté à la fois par GDF Suez et ses concurrents.
"Si on appliquait les factures de rattrapage laissées par le précédent gouvernement et par les décisions récentes du Conseil d'Etat, on aurait dû appliquer au 1er janvier prochain une hausse de 4,0%", a polémiqué Delphine Batho sur France Inter, sept mois après.
"Nous avons demandé à GDF de renégocier ses contrats d'approvisionnement. Donc c'est ce qui permet de limiter ce mouvement à 2,4%", a-t-elle constaté.

Le gouvernement appliquera une nouvelle formule de calcul des tarifs 

La ministre l'a laissé entendre mais semble pas en savoir plus en attendant les conclusions de Bercy et la conférence de presse.

Delphine Batho a également dit que les tarifs sociaux du gaz et de l'électricité seront étendus à 830.000 "personnes" de plus (défavorisés égaux ou non) et que la charge pèserait sur un plus grand nombre de Français. Les retraités inclus, bien que leurs pensions, elles aussi, soient gelées !
Mais "c'est une mesure de lutte contre la précarité énergétique et pour limiter l'impact de cette hausse sur les catégories populaires les plus exposées aujourd'hui", a-t-elle fait valoir, incitant ainsi à la polygamie et à la séparation des couples.

GDF-Suez n'a pas souhaité commenter ces informations dans l'immédiat.
Le groupe, dont l'Etat détient 36% du capital, s'appuie sur la loi pour formuler ses demandes de hausses des tarifs réglementés pour les ménages, qui concernent quelque 9 millions de foyers et sur l'accord du gouvernement.

La formule actuelle doit permettre de couvrir les coûts de GDF Suez en prenant en compte ses frais d'approvisionnement, de transport, de stockage, de commercialisation et de distribution.

Le groupe a indiqué en octobre avoir obtenu des prix plus favorables lors des dernières négociations qu'il a menées avec certains de ses fournisseurs en gaz.
Ses contrats à long terme d'approvisionnement sont majoritairement indexés sur les prix du pétrole et, la loi prévoyant la répercussion des coûts dans les tarifs, ces derniers suivent partiellement les hausses de cours du brut.

Le PDG du groupe Gérard Mestrallet, a cependant indiqué jeudi qu'une nouvelle formule intégrerait une plus grande part de tarifs du gaz calée sur les prix de marché, nettement plus bas que ceux du pétrole.
Dans la formule actuelle, cette part atteint 26%.

Troisième hausse du gaz en six mois 

Août 2012
L'application d'un nouveau mode de calcul ne réglerait toutefois pas les recours sur le fond déposés devant le Conseil d'Etat par GDF Suez et ses concurrents contre la hausse de 2% à la fin septembre et celle de 2% supplémentaires survenue cet été.

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) avait estimé fin septembre que la hausse des tarifs du gaz aurait dû atteindre 6,1% cet automne pour couvrir les coûts de GDF Suez. 
Cette commission que l'on dit indépendante est constituée de cinq personnes. Son président est nommé pour un mandat de six ans par décret du président de la République après avis des commissions du Parlement compétentes en matière d’énergie (la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale et la commission de l’économie, du développement durable et de l’aménagement du territoire du Sénat).
Les commissaires sont nommés pour deux d'entre eux par les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale pour quatre ans et pour les deux autres par décret après avis des commissions du Parlement compétentes en matière d’énergie pour deux ans.

GDF Suez a pour sa part chiffré à 185 millions d'euros le manque à gagner lié au plafonnement des tarifs en 2012.

Le groupe et ses concurrents, regroupés au sein de l'Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (ANODE), ont obtenu cet été l'annulation d'un gel des tarifs décidé par le précédent gouvernement et, en conséquence, une hausse rétroactive.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):