POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 30 décembre 2012

La communication cache-misère de Hollande


Le Père Noël a toujours quelque chose à cacher


Le président peut toujours se lever de bonne heure



Dès potron-minet, Hollande est allé se montrer à Rungis, le 27 décembre
Découpe de tête de veau et petit-déj matinal sur la bête immonde, aux frais de la princesse, escorté de ses "escort boys" délégués, Guillaume Garot, ministre délégué, chargé de l'agro-alimentaire, et Benoît Hamon, ministre délégué à la Consommation.  

Qu'est-ce que ça cache ? 

Lui qui devait incarner le changement, il s'en est allé marcher dans les pas de son prédécesseur... On peine à trouver de la cohérence dans la démarche. Avait-il donc quelque chose à démontrer de toute urgence, à l'heure du laitier ? Si Nicolas Sarkozy l'avait fait avant lui et qu'il le refait, c'est sans doute qu'il cherche à paraître aussi actif; en mieux, puisqu'il est resté quatre heures!  


Ce matin-là, Hollande voulait donc apparaître au nombre de ceux qui se lèvent tôt ! Et plus que de l'intérêt sincère pour le dur labeur des Français, ce n'était  qu'une opération de communication, comme Sarkozy, lui, savait le faire. La classe médiatique avait tant attendu qu'il s'attelle au  changement qu'elle avait dénoncé son impréparation, sa mollesse. Alors, sept mois plus tard, la "gauche molle" finit par donner le change. 
Le changement, c'est aussi que l'épouse du prédécesseur était sur pieds, pimpante, alors que la concubine n'avait pas trouvé le temps de se passer du fond de teint en couches.

Le changement devait être une surprise
En frappant si fort les imaginations, Hollande comptait d'un coup se fabriquer une image de dynamisme. L'effet de surprise y serait essentiel. Mais la presse dévote joua  cette surprise avec tant de zèle qu'elle ne trouva pas incohérent de se trouver sur place de si bon matin pour accueillir son courageux président qui, la veille, leur avait mis le réveil aussi tôt. 
Non seulement les braves grognards étaient donc à pied d'oeuvre avant l'arrivée-surprise du président, mais les petites mains de Rungis avait préparé une blouse d'un blanc immaculé brodé au nom en toutes lettres du travailleur de nuit 'un jour.  Une visite surprise, c'est beaucoup de journalistes, pour " aller au plus près des Français ", ou pour qu'aucun n'échappe à la manipulation, mais c'est aussi beaucoup de délicatesse dans une opération de communication de l'Elysée aussi intelligemment menée...
VOIR et ENTENDRE la présentation des faits par une chaîne professionnelle de l'ORTF socialiste:  

Sans attendre l'heure du facteur, Christian Gravel, conseiller en communication du président, a tweeté une photo où l'on peut voir le président en blouse blanche admirer une carcasse au pavillon de la viande, histoire de convaincre les incrédules.


Avec une popularité plombée et un chômage en hausse, le "capitaine de pédalo" se devait d'être " sur le pont "Celui qui n'a jamais été ministre apprend le métier.
Pas question de rééditer l'erreur de l'été dernier, quand le président avait provoqué les critiques pour avoir pris quinze jours de vacances en août, comme ces étudiants qui marquent la fin de leurs études d'une année sabbatique. "L'année, c'est 365 jours, donc ceux qui ont la responsabilité à la tête du pays se doivent être présents 365 jours", a-t-il donc déclaré dans les allées de Rungis.



La visite de Hollande
était annoncée
à Fralib, le 22 août 2012


Hanté par l'idée de cette France " qui se lève tôt " promue par Nicolas Sarkozy, François Hollande est allé à 4h30 sur le premier marché mondial des produits frais pour détricoter le message en assurant que " la France peut se lever tôt, elle peut se lever tard, ça dépend des rythmes de travail, mais nous avons une France qui veut travailler ", a lancé le chef de l'État, sans souci de crédibilité. Mais puisque, vu le taux de chômage en hausse continue, "j'voudrais ben, mais j'peux point", le Père Noël rose a émis le voeu de placer l'année 2013 sous le signe de la " bataille pour l'emploi ". Vous avez-vu le général en campagne !

Qu'est-ce que ça cache ?

Devoir de mémoire: les media n'ont pas évoqué le positionnement ouvert du candidat Hollande.
VOIR et ENTENDRE un commentaire totalement à charge de i-télé  et, depuis mai 2012, dans des circonstances dupliquées, le changement de déontologie professionnelle, c'est ça 

Sans outrance, en mai 2008, 
alors qu’il était invité à donner son " sentiment " sur la visite du chef de l'Etat avec son épouse Carla Bruni-Sarkozy à Rungis et son intervention sur RTL, l'ex-premier secrétaire du PS, François Hollande, avait considéré que Nicolas Sarkozy, président en exercice depuis un an seulement, se conduisait comme s'il était encore "en campagne"  (Lire PaSiDupes). Attaché aux apparences plus qu’à l’action, au sujet du déplacement du Président au marché de Rungis pour "saluer la France qui travaille et qui se lève tôt", Hollande avait énoncé le verdict socialiste sur Europe 1: "Il faut éviter ce type de communication qui peut paraître outrancière" La presse "indépendante" est invitée à diffuser le jugement socialiste.

Hollande est arrivé 45 minutes avant Sarkozy -en catimini, pour éviter que des sans-papiers ou des sans-abri viennent revendiquer auprès de la "gauche sociale".  

Trêve des confiseurs ou non, François Hollande est au travail, qu'on se le dise !


C'est le message qu'il a voulu faire passer, jeudi, en débarquant à Rungis. " Le président doit être là pour faire comprendre aux Français que le pays est dirigé ", a-t-il affirmé devant un étal de limandes. 



Le Huffington Post ne marche pas

"Etait-ce bien nécessaire de se lever à 4 heures du matin pour parler comme ça? Ses paroles laissent penser qu'il n'a pas encore pris à bras-le-corps la question de l'emploi, elles masquent une impuissance... terrifiante, inquiétante. Des paroles qui ne sont pas de nature à faire se redresser les courbes... Et puis, la tête de veau, trop connotée Chirac ! L'humour, s'il y en a, est trop fin. [Mais Monsieur P'tite Blague n'a pas changé !] L'arrêt chez le grossiste corrézien, inutile ! On n'est plus en campagne! La poignée de main au grand black, bâclée ! [Mais fixée dans le marbre par les flashs militants] On ne lui a pas appris à regarder au fond des yeux celui qu'on salue ? Mais non, au lieu de cela, il se détourne, pressé, préoccupé par la phrase d'après, le souci de paraître sympa, près du peuple, mais ça, on sait qu'il ne sait pas. Il n'est pas un tchatcheur! Tout le monde sait." 
Ses électeurs le savaient-ils en mai 2012 ? La presse a-t-elle joué son rôle en les éclairant quand il était encore temps ?


Pour ses ministres, Hollande sonne le clairon


De leurs salaires de misère, il leur a déjà retiré le franc symbolique. Il veut maintenant les passer aux 40 heures ! Les media ne parlent que de cela...Message de fin d'année, le chef de l'Etat paie de sa personne: après avoir été très critiqué  pour ses deux semaines de vacances en août, il "ne prendra pas de vacances", clame son entourage, et "passera l'essentiel de son temps à Paris" pour travailler "quotidiennement", à la veille des voeux aux Français le 31 décembre. Il rendra ensuite visite à UN service public d'urgence "en région parisienne", a annoncé  l'Elysée lundi 24, pour le réveillon.
Il ne travaille jamais plus que pendant les vacances des Français. Il recevra ces prochains jours plusieurs membres du gouvernement ainsi que Jean-Marc Ayrault pour préparer notamment un "séminaire de travail sur la situation économique et de l'emploi", inscrit le 4 janvier à son agenda.

Elément de langage: plusieurs ministres sont consignés dans la capitale

C'est ainsi que les ministres de l'Intérieur, de l'Education nationale et de l'Economie, Manuel Valls, Vincent Peillon et Pierre Moscovici. Manu Valls se rendra régulièrement Place Beauvau "pour étudier certains dossiers, travailler le fond", assure son entourage, en restant très flou. Le favori des enquêtes d'opinion fera aussi "un peu de terrain", dont "une sortie" le soir de la Saint-Sylvestre.Son collègue de la Défense, Jean-Yves Le Drian, sera aussi en déplacement pour le Nouvel An; il réveillonnera -quelque part- à l'étranger. D'ici là, "il se tient informé plusieurs fois par jour", indique son cabinet.
Toujours le 31 décembre,
Arnaud Montebourg (Redressement productif) visitera un site industriel mystérieux. Sans autre précision, mais avec l'assurance que les flashs seront frétillants...

L'Elysée travaille en cheville avec Paris Match et Gala
Plusieurs déplacements de Noël étaient en effet annoncés. Le ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif, a passé le soir du réveillon auprès de soldats français au Liban, sa collègue déléguée à la Famille, la parisienne Dominique Bertinotti, se rendait à un Noël Solidaire de la Croix Rouge au Grand Rex, à Paris.Née à Paris, Marisol Touraine (Santé) a fait un passage au banquet des Petits Frères des Pauvres dans le Xe arrondissement de Paris et Marie-Arlette Carlotti (Lutte contre l'exclusion) a fait un début de soirée chez elle à Marseille, au Samu de l'hôpital de la Timone, avant de se rendre dans une unité d'hébergement d'urgence de la cité phocéenne.
Quelques ministres ont passé les fêtes dans leur région: Michel Sapin (Emploi) dans l'Indre, Jean-Yves Le Drian (Défense) en Bretagne, Stéphane Le Foll (Agriculture) au Mans ou Jérôme Cahuzac (Budget) en Corse. Trop dure la vie de ministre au travail !
Guillaume Garot, délégué à l'Agroalimentaire, "continuera de travailler" depuis sa région, "notamment sur la filière porcine", assure son cabinet.
De son côté, le Premier ministre a été localisé dans les Pyrénées-orientales par la presse locale.  Ayrault a "apporté ses dossiers avec lui pour préparer la rentrée" et des déplacements sont prévus cette semaine, assure-t-on à Matignon.

La presse n'en fait-elle pas un peu trop ?
Les media soumis ont même attribué la palme du ministre le plus studieux. Ils ont primé Frédéric Cuvillier (Transports) qui "ne prend pas de vacances", selon son équipe. Une pointe de masochisme pour l'ancien maire de Boulogne-sur-Mer, qui "croisera de nombreux vacanciers
" lors d'un déplacement à l'aéroport de Roissy jeudi. Ca va tweeter ? Une prime aussi à celui ou celle (sa femme ?) qui l'entr'apercevra ? Si jamais !...

Transparence ? Malgré le tapage, Hollande ne nous dit pas tout

Hollande n'a pas évoqué le malaise produit par le contrat contesté de St Nazaire ?
Pourquoi ne s'est-il pas enthousiasmé sur le contrat remporté par les chantiers de navals de la région de Ayrault ? La signature était pourtant officialisée quelques heures plus tard.

La Finlande s'interroge sur le rôle de l'Etat français.

Le gouvernement finlandais, qui s'est énormément impliqué dans le dossier, a refusé à trois reprises d'accorder un prêt de 50 millions d'euros à STX Finlande pour ne pas enfreindre la loi, a souligné le ministre. A la place du prêt, l'Etat finlandais avait débloqué 28,3 millions d'euros de soutien à l'innovation pour les chantiers de Turku.
Le ministre français de l'économie, Pierre Moscovici, ne peut en revanche en dire autant. Il a aussitôt réagi aux interrogations finlandaises pour assurer que le contrat respecte "évidemment" les règles européennes. "Nous avons tout fait pour sauver les Chantiers de l'Atlantique dans le respect parfait des règles européennes, évidemment", a soutenu Moscovici à la sortie d'une concertation avec le président Hollande à l'Elysée. "Il faut reconnaître quand une compétition a été gagnée, [et] elle est gagnée", a-t-il polémiqué. 

Mais pourquoi insister encore, si tout est tellement évident ? "La compétition a été tout à fait honnête et claire", même si "le gouvernement finlandais fera ce qu'il croit devoir faire", a-t-il ajouté, de l'air confiant du joueur de poker.
Mais vendredi, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ancien député de Loire-Atlantique, a toutefois reconnu qu'il s'était "personnellement" impliqué dans le dossier, comme il le fait "sur d'autres gros dossiers".



Rumeurs ministérielles
 


Le Figaro est accusé de non-alignement systématique. S'il informe, il est stigmatisé pour propagation de mauvaises rumeurs de remaniement ministériel. Il ne convenait pas d'observer que les ministres sont fatigués, qu'ils ont le bluesUn décryptage répudie Arnaud Montebourg, une nouvelle fois. Le très socialiste Libération, lui aussi, pointe pourtant un récent changement de directeur de cabinet chez Marisol Touraine, mais auto-censure toute comparaison avec le phénomène auprès de Rachida Dati. Il y a très peu de "chance", pourtant, qu'un quelconque remaniement ait lieu aussi tôt, estime Les Echos, proche du gouvernement qui travaille pourtant bien à quelque chose... 

Cécile Duflot saisira-t-elle la trêve hivernale pour s'expliquer sur les réquisitions de logements. Alors que le froid est arrivé, la ministre se prend pour une 'responsable politique' découvre que cela prend du temps : " aucun responsable politique n'ouvre un bâtiment au pied-de-biche. " Bien qu'elle ait cherché la facilité en détournant les responsabilités et en jetant l'opprobre sur l'Eglise et la SNCF, l'inventaire des logements vacants est loin d'être finalisé. La voici qui réclame notre aide : elle appelle à la dénonciation citoyenne !  

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):