POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 16 décembre 2012

Depardieu: le pouvoir socialiste déteste certains Français

Gérard Depardieu a du talent mais, Français, 
riche et blanc, n'a rien pour plaire aux socialos

"Je ne demande pas à être approuvé, je pourrais au moins être respecté !"
Rendons à Deligne (mai 2012)
ce qui n'est pas à Geluck

Sans citer son auteur,
le dessinateur belge Geluck,

a ironisé sur Europe 1, 
estimant qu'
"on ne peut accueillir toute la richesse du monde


Mais, qu'on aime ou non sa personnalité,  l'acteur Gérard Depardieu est justement blessé. "Tous ceux qui ont quitté la France n'ont pas été injuriés comme je le suis", commente l'acteur dans sa lettre publiée par le Journal du dimanche (JDD), sans nommer Mlle Emmanuelle Béart.


Le numéro d’avril 2010 du magazine Capital permet de dresser la liste noire des évadés fiscaux qu'en toute équité, la gauche va devoir pareillement traquer en Suisse :
Exilés_25

S'agissant de la Suisse encore, Mediapart avait avancé qu'en décembre 2011, l'Etat aurait fait effacer les noms de riches fraudeurs de la liste de la banque HSBC: le site trotskiste cherchait à nuire à la majorité d'alors, mais aussi à impliquer des socialistes "vertueux":   

Or, le juge d'instruction parisien René Cros est saisi depuis le mois de janvier d'une information judiciaire visant ces fichiers, pour "faux et usage de faux en écritures publiques" commis par une personne dépositaire de l'autorité publique, et "tentative d'escroquerie au jugement".

Mediapart qui vise des hauts fonctionnaires néglige certains bénéficiaires de ce "blanchiment" de listes: ainsi
Yannick Noah n'aurait jamais fraudé le fisc !
Mais on ne nous dit visiblement pas tout, car Rue 89 titre néanmoins Exil fiscal : Noah, Forget et les bonnes raisons d’être Suisse" 
Un jour peut-être Noah avouera-t-il une petite " optimisation" fiscale !


La liste belge est d'ailleurs longue depuis la libre circulation des personnes et des biens




Selon le cas, l'impôt n'est pas confiscatoire et les exilés fiscaux sont ménagés

"Payer des impôts ce n'est pas être sanctionné. La justice fiscale est difficile à supporter", a lancé le ministre du Travail.


27% de Français rien que dans la commune belge d'Estaimpuis.

Cette commune s'est faite une spécialité de l'accueil de riches personnalités du monde de l'entreprise. Néchin est connue pour abriter plusieurs membres de la famille Mulliez, qui contrôle des entreprises du groupe Auchan (cf. ces libellés de PaSiDupes, ci-dessous) et que la gauche ne songe pas un instant à déchoir de leur nationalité, comme Depardieu, bouc émissaire livré à la populace des twittos, dans le secret espoir de faire oublier les hausses multiples dont ils n'ont pas encore apprécié l'ampleur au quotidien, ou le blocage, ce jour, du SMIC pour janvier.

On y trouve des notables de Lille, métropole socialiste qui se trouve à seulement une vingtaine de minutes, ou de Français "normaux" longtemps attirés par une politique fiscale très favorable aux frontaliers, jusqu'à ce que, au nom de l'équité, les règles fiscales soient modifiées par les deux pays en 2009.

Quelque 300 fonctionnaires de l'hôpital de Roubaix (PS) habitent Estaimpuis, selon le bourgmestre, qui décrit sa commune comme "la plus française des villes belges", avec une population expatriée de 27%. Contrairement au reportage video de BFMTV ci-dessus, les citoyens et le bourgmestre seraient partisans de l'harmonisation fiscale en Europe  : "Ma voisine est française et elle ne paie pas la taxe sur l'auto, par exemple". Ni sur les scooters ?


Le Premier ministre avait jugé "assez minable" le départ de l'artiste  


Ce qualificatif "salirait" quiconque et donc encore plus l'immense acteur. Sa "Lettre ouverte à M. Ayrault Jean-Marc, Premier ministre de M. François Hollande" réplique à l'agression verbale du Premier ministre, qui se croit encore dans l'opposition, et de sa politique fiscale qui s'en prend aussi bien aux classes moyennes.



Premier dans l'escalade parmi les membres du gouvernement, le ministre du Travail 

Michel Sapin a vu dans la décision de l'acteur "une forme de déchéance personnelle", une "attitude pas à la hauteur de l'acteur", lors du Grand rendez-vous Europe 1/iTélé/Le Parisien.

Alain Vidalies instrumentalise les propos de l'acteur  

Parce que l'énorme acteur entre sans doute mieux dans le périmètre de ses attributions que dans celui du sous-ministre aux Affaires européennes, le minuscule Nanard Cazeneuve, le ministre des relations avec le Parlement juge convenable l'insulte d'un concitoyen par le Premier ministre, mais considère "Ce qui est à craindre avec cette déclaration-là, c'est que ce qu'il aimait dans la France, c'était le bouclier fiscal", a-t-il imprudemment polémiqué sur Radio J, sachant que Jérôme Cahuzac, ministre du Budget de Hollande et exilé fiscal présumé, n'a toujours pas mis au clair son transfert d'un compte secret UBS de Suisse à Singapour.

A en croire Mediapart, Cahuzac, le ministre du Budget, serait pourtant l'un de ces "minables", mais présumé, puisqu'il n'avoue rien de son compte secret en Suisse transféré, dit-on, à Singapour.

Lien PaSiDupes : " Mediapart: le gestionnaire de fortune de Cahuzac en sait long "

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a également jeté sa pierre au monument

24 octobre 2012
Elle s'est déclarée "tout à fait scandalisée", encore sur BFM-TV. 
"La citoyenneté française, c'est un honneur; ce sont des droits et des devoirs aussi, parmi lesquels le fait de pouvoir payer l'impôt", a-t-elle insisté.

Sachant qu'un Français -ou résident étranger- sur deux est exempt d'impôt direct, la ministresse veut-elle signifier à ces 50%-là qu'ils n'ont donc pas  les droits et les devoirs liés à la citoyenneté que confère le paiement de l'impôt ?
Et elle est repartie à la charge sur France Info ce matin.

Malgré un titre prometteur, L'Humanité, journal quotidien de l'extrême gauche communiste, n'a réussi à débusquer que la famille Mulliez. Sont-ils complices ?



"Bizarre... Vous avez dit bizarre ?..."


Tout en se disant "triste" de la décision de l'acteur avec qui elle avait travaillé contre l'illétrisme [orthographe AFP], l'ancienne ministre UMP Nadine Morano a surtout estimé qu'il est la victime du "matraquage fiscal" du gouvernement socialiste.

Gérard Depardieu commence ainsi sa lettre
"Minable, vous avez dit 'minable' ? Comme c'est minable !", référence à une réplique culte de Louis Jouvet dans "Drôle de drame".

Rappelant avoir commencé à travailler "à 14 ans comme imprimeur, comme manutentionnaire puis comme artiste dramatique", il affirme avoir "toujours payé (ses) taxes et impôts". Il précise avoir payé "en 2012 85% d'impôts sur (ses) revenus"? Mais Sapin lui rétorque que s'il paie autant, c'est qu'il gagne beaucoup.

"Qui êtes-vous pour me juger ainsi, je vous le demande M. Ayrault, 1er Ministre de M. Hollande, je vous le demande, qui êtes-vous ?", lance G. Depardieu, l'un des acteurs les plus populaires et les mieux payés du cinéma hexagonal, qui a cumulé les récompenses. 

Certains des charognards qui couvrent celles de DSK ou Audrey Pulvar ajoutent qu'il cumule aussi les frasques.
"Je n'ai jamais tué personne, je ne pense pas avoir démérité, j'ai payé 145 millions d'euros d'impôts en 45 ans, je fais travailler 80 personnes (...) Je ne suis ni à plaindre ni à vanter, mais je refuse le mot 'minable'", insiste-t-il.

"Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent en fait la différence doit être sanctionnée", poursuit le rebelle qui a acquis une propriété dans le village belge de Néchin, frontalier de la France, comme avant lui d'autres riches Français.
"Des personnages plus illustres que moi ont été expatriés ou ont quitté notre pays. Je n'ai malheureusement plus rien à faire ici, mais je continuerai à aimer les français et ce public avec lequel j'ai partagé tant d'émotions !"

"Je vous rends mon passeport et ma Sécurité sociale dont je ne me suis jamais servi. Nous n'avons plus la même patrie, je suis un vrai européen, un citoyen du monde, comme mon père me l'a toujours inculqué", assène encore Gérard Depardieu. Ce "citoyen du monde" peut attendre longtemps le soutien du PCF...
Le départ annoncé de l'acteur, concomitant avec la confirmation de la mise en vente de son hôtel particulier parisien, avait été dénoncé comme antipatriotique par la gauche, tandis que la droite y voyait le résultat de la politique du gouvernement. Cécile Duflot va pouvoir le réquisitionner.

"Je trouve cela assez minable (...). Tout cela pour ne pas payer d'impôt, pour ne pas en payer assez", avait déclaré mercredi Jean-Marc Ayrault.
Le président François Hollande a prôné une renégociation des conventions fiscales avec la Belgique. 


L'escale belge de Depardieu ne pourra s'éterniser, mais si le Royaume Uni ne lui  déroule pas le tapis rouge, Singapour le fera comme pour Cahuzac, ou la Chine où les exilés du football français ne sont pas traités de minables.


"Minable", ce comportement ?
Est-il question de leur retirer
de leur passeport ?
Sans être plus que ça stigmatisés, Anelka est allé en Chine chercher un salaire à la hauteur de son ego. Avec 11 millions d'euros par an, il devient à 32 ans le joueur français le mieux payé devant Samir Nasri, (10,4 millions d'euros/an à Manchester City), Bilal Yusuf Mohammed Ribéry, (dit Franck, 8 millions d'euros/an au Bayern Munich), qui appelle son fils Seïf el Islam, du nom du fils de Khadafi, et Karim Benzema (6 millions d'euros/an au Real Madrid).
Tout aussi désintéressé, Thierry Henry s'est exilé a
vant eux par sympathie pour les Red Bulls de New-York.  
Le Qatar est en outre la maison de retraite de nos footballeurs Franck Leboeuf, Christophe Dugarry et Marcel Desailly. Tous des "minables" ?


Depardieu faisait le buzz sur les réseaux sociaux, dimanche matin: "Quand rendra-t-il sa Légion d'Honneur", demandait un twitto, tandis qu'un autre suggérait que l'acteur, accusé de conduite en état d'ivresse, "rende plutôt son permis de conduire". Mais la presse partisane n'a trouvé aucun commentaire favorable à citer...


Au même moment, l'écrivain Michel Houellebecq, Goncourt 2010, annonce son retour en France après plusieurs d'années d'exil en Irlande (2000). 
Et il a gardé la sympathie de la gauche: les twittos le trouvent tout à fait fréquentable. 
"Si j'ai choisi la France plutôt qu'un pays francophone (Belgique ou Suisse), c'est pour des raisons personnelles, pas dans une démarche militante", a assuré l'auteur abscons. "Disons que l'argent est important, mais que ce n'est pas ce qu'il y a de plus important", insiste-t-il. "La raison majeure est que j'ai envie de parler, à nouveau, ma langue dans la vie quotidienne. J'ai atteint un niveau d'anglais suffisant, après plusieurs années de séjour en Irlande", se défend-il encore. 
Pour tout dire, les difficultés financières se sont accumulées ces dernières années, au point que le gouvernement de Brian Cowen (centre gauche) s'est résigné, sous la pression des dirigeants européens, à accepter le " plan de sauvetage financier du FMI pilotée par l'Union Européenne, sous la forme d'un emprunt de 85 milliards d'euros au taux de 6,7 %, largement décrié par la population du fait de son coût prohibitif et du plan d'austérité qui y est associé. En mars 2011, il a passé la main à Enda Kenny du centre droit. 
Homophobie larvée,
dans les coins,
mais de bon aloi à gauche
Mais en 2002, toujours bien inspiré, Houellebecq avait déjà fui l'Irlande pour ...l'Espagne. 
Or, le taux de chômage espagnol est désormais le deuxième plus élevé de l'Union européenne et la crise y crée une fracture sociale et suscite de multiples mouvements de contestation, parmi lesquels celui des Indignés. Ainsi l'anti-libéral Michel Houellebecq a-t-il de bonnes raisons de rentrer au bercail. 
Mais ce regain de patriotisme -en désespoir de cause- et ce retour stratégique sont pour les Français un bien mauvais présage.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):