POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

vendredi 27 mars 2009

La CGT reste wagon de tête à la SNCF

SUD Rail recule mais gagne des points :
les usagers peuvent être inquiets


La CGT reste le premier syndicat de la SNCF, tandis que les autonomes de l’UNSA se hissent en seconde position et que FO et la CFTC sont décrochés, loin derrière.
Sud Rail, la vedette des media et la hantise des voyageurs, recule toutefois au troisième rang, et son gain de près de trois points à l'issue des élections professionnelles, n’y fait rien.
Le vote des 158.000 cheminots s'est révélé préjudiciable aux "petits" syndicats, FO et CGC-CFE d'un côté, CFTC de l'autre, qui ne passent pas la barre des 10%, malgré une détermination frisant la radicalisation.
La CFDT arrive bonne quatrième.
La participation de 73% est en baisse de 4 points par rapport au précédent scrutin de 2006 et confirme l’anxiété manifestée lors de la grève du 19 mars dernier et l’erreur d’appréciation de SUD Rail qui croyait profiter de la crise : en radicalisant ses méthodes, ce syndicat de « rapaces » n’a pas convaincu, mais a plutôt ajouté à la peur.

  • "On progresse aujourd'hui à la SNCF, il y a quatre syndicats qui seront plus représentatifs", n’a pas insisté, quelque peu dépité, sur i-Télé, Christian Mahieux, le secrétaire fédéral de Sud Rail fait en effet figure de syndicat épouvantail.
  • Dans un communiqué, la CFDT/Fgaac souligne que ces élections se sont déroulées "dans un contexte politique particulier favorable aux positions les plus radicales."
    Elle ajoute qu'elle poursuivra son action au service des cheminots "en privilégiant la négociation sans pour autant exclure la grève lorsque cela sera nécessaire."

    La signature des accords devient plus complexe

    Depuis la loi de 2008 sur la représentativité syndicale, seules les organisations ayant obtenu 10% aux élections dans les comités d'établissement peuvent désormais signer des accords. Seuls quatre syndicats ont dépassé cet objectif : CGT (39,30%), UNSA (18,5%), Sud Rail (17,67%) et CFDT (11,59%).

    En 2006, lors du précédent vote, la CGT avait obtenu 40,1%, Sud Rail 14,9%, l' UNSA 14,4% et la CFDT 11,58%.

    Si la Fgaac a réussi son opération en s'alliant à la CFDT, FO (Force ouvrière), qui avait passé un accord avec la CGC-CFE, et la désormais laïque CFTC n'ont pas réussi à compenser leur handicap. FO obtient en effet 7,98% des voix lors du scrutin de jeudi et la CFTC 5,40%.

    Auparavant, la signature d'un seul syndicat suffisait, alors qu'il faudra désormais celle d'un ou plusieurs syndicats totalisant 30% des voix. En compétition, Sud Rail et l’UNSA devraient se neutraliser, tandis que la CGT devra compter avec le "pôle réformiste", CFDT-Fgaac et UNSA, qui totalisent 30% des voix.

    L'entreprise, dont les réformes visant à s'adapter à la concurrence sont contestées par la plupart des organisations, s'inquiète de possibles surenchères dans le contexte actuel d'hostilité entre la CGT et Sud Rail, qui tout en étant devancé par l'UNSA progresse à nouveau en pourcentage de voix.

    Les usagers n’ont pas fini de ramer…
  • Aucun commentaire:

    Publier un commentaire

    Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):