POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 12 mars 2009

L’amère Royal fait cracher la presse qui l’aime

Le rendement des pompes à fric n’est pourtant plus ce qu’il était

Les magazines people Voici, Closer et le journal France Dimanche ont été condamnés en référé jeudi 12 par le tribunal de Nanterre pour de vieux numéros de novembre 2008 relatant en photos une relation entre l’amère Royal et l'ex-auteur des Guignols Bruno Gaccio (Lire PaSiDupes au libellé à son nom).

Depuis, nous le savons, Paris Match a rassuré ses électeurs sur le risque de déprime post-électorale qu’à son tour André Hadjez, un agent immobilier inconnu du grand public, a évité à la dame le temps d’un weekend à Marbella, en Espagne. Dominique Besnehard ne peut pas tout.

Les trois décisions rendues ce matin condamnent les groupes Mondadori France (Closer) et Prisma Presse (Voici) à verser chacun d'entre eux 7.000 euros d'indemnité provisionnelle et 1.000 euros de frais de procédure, soit 24000 euros d’un coup : une bonne opération médiatique et financière. C’est autre chose que le rapport du Livret A des travailleurs.

Quel est le cours de la vie privée de l’amère Royal ?
Avec l’âge et la fin des campagnes uninominales, le cours des dommages et intérêts amorce une baisse sensible.
A raison de 10.000 euros d'indemnités et 5.000 euros de frais de procédure pour chacun des trois magazines, Sa Cynique Majesté Royal réclamait en effet 45000 euros. Combien de fois le SMIC ?

  • Mais son préjudice manque à gagner s’élève donc tout de même à 21000 euros.
    Comment voulez-vous qu’elle boucle ses fins de mois ?

    C’est probablement la faute de la crise, mais plus sûrement celle de Sarkozy qui reste les « bras ballants » et ne fait rien pour relancer la consommation de la presse caniveau où on la retrouve, plus souvent qu’à son tour.


  • Aucun commentaire:

    Publier un commentaire

    Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):