POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 2 juin 2016

Venin politique de Jamel Debbouze, solidaire du racisme de Benzema

"Benzema et Ben Arfa payent la situation sociale de la France d'aujourd'hui", affirme Jamel Debbouze

Ben Arfa mérite plus que d'être réserviste
, selon un nouveau spécialiste foot, Jamel Debbouze.  


Debbouze, mariolle ordinaire?
Le parti-pris communautariste de l'humoriste franco-marocain n'amuse personne. Jamel Debbouze regrette l'absence de Karim Benzema et d'Hatem Ben Arfa de la liste des 23 Français retenus pour l'Euro. C'est son droit... Mais ses attendus, non! 

Sans reprocher 
à Didier Deschamps d'avoir succombé à des pressions racistescomme n'a pas hésité à le faire le trotskiste Éric Cantona,  l’humoriste et acteur a regretté l’absence de Karim Benzema et Hatem Ben Arfa à l’Euro, "deux convives très importants qui manquent à l’appel", selon  Jamel Debbouze , dans un entretien accordé à France Football. 

Jamel Debbouze a ensuite confirmé la
 subjectivité de sa position. 
"Sportivement, comment fait-on pour se priver de joueurs extraordinaires comme eux ? Benzema est l’un des meilleurs attaquants du monde. Ben Arfa, lui, est le meilleur joueur français de la saison en Ligue 1; c’est incontestable, tout le monde l’a vu." C'est vrai, puisque tout le  monde l'a vu? 

Un parti-pris clairement communautariste 


"Il n’a pas sa place en réserve, estime-t-il. Ces gamins représentent en plus tellement de choses, notamment en banlieues," assume le comique. Le sélectionneur forme-t-il l'équipe nationale pour assurer la paix sociale ? Benzema a-t-il  déjà été sélectionné pour des raisons politiques, en dépit d'une petite forme ?

"N’avoir aucun de "nos" représentants en équipe de France…" (...) 
Cette déclaration trahit Jamel Debbouze: confond-il équipe de France et équipe du Maroc ? Y est-il encouragé par la présence au gouvernement de ministres franco-marocaines (d'abord Najat Vallaud-Belkacem, puis Audrey Azoulay), au point que le frère et conseiller spécial du président algérien a dénoncé une "marocanisation de la vie politique française" à la suite de la promotion de la seconde à la Culture, déjà conseillère à l'Elysée et fille de l’ancien conseiller du roi du Maroc.

Hollande n'en fait-il jamais assez pour le Maroc ?

Ce n'est pas l'avis de l'Algérie.
Lors de la nomination d’Audrey Azoulay, Alger aurait déploré une manœuvre de "lobbying" de la part du Maroc, au sein d’une scène médiatique française qu'il estime "infestée" de politiciens, de journalistes et de stars d’origine marocaine, rapporte le site d’information Mondafrique.  Celui-ci indique que l'Algérien Saïd Bouteflika aurait fait part, hors micros, de sa désapprobation auprès de l’un des conseillers de François Hollande.
Comme Cantona, Jamel Debbouze politise l'affaire Benzema

"Tant qu’on ne permet pas aux quartiers d’évoluer et qu’on en fera pas des Sillicon Valley, qu'on ne leur permettra pas de s’épanouir humainement, socialement et économiquement, on "leur" en voudra toujours d’être ce qu’ils sont, assure Debbouze qui semble pourtant incarner la promotion sociale facile de la diversité, alors que, pour des raisons politiques, il ne lui a jamais été tenu rigueur d'aucun de ses écarts personnels. 
"Karim Benzema [accueilli au collège Saint-Louis-Saint-Bruno à Lyon], et par extension [sic] Hatem Ben Arfa [dont la mère est de nationalité française], payent la situation sociale de la France d’aujourd’hui," assure-t-il.

Debbouze, un de "Indigènes de la République" déjà indigné par la récupération politique de la tuerie de Toulouse
Ségolène Royal avec Jamel Debbouze, à gauche, 
avant son accident du 17 janvier 1990 à Trappes,
dans lequel est décédé le fils du chanteur 
réunionnais Michel Admette, suivi 
d'une procédure judiciaire contre lui, 
alors âgé de 14 ans, pour homicide involontaire. 
Elle s'est conclue par un ...non-lieu.
Bien qu'issu de la génération 'beur', instrumentalisée par le PS dans les années 1980, Debbouze a soutenu Ségolène Royal, bien que fille d'officier supérieur de l'époque coloniale, comme il soutient maintenant son concubin, François Holande, dont le père est connu pour son engagement à l'extrême droite. 

Il avait aussi pris fait et cause pour Mohamed Merah
, le terroriste islamiste français qui a revendiqué les attentats de mars 2012 à Toulouse et Montauban, lesquels ont coûté la vie à trois militaires français, puis à un professeur d'une école juive et trois enfants.
"C'est terrible, ce qu'on est en train de faire avec cette histoire de Toulouse. Au lieu de dire que Mohamed Merah est un marginal, que son acte est un acte isolé, on lui donne une idéologie qu'il n'avait pas au départ, c'est certain. Je les connais les Mohamed Merah, il y en a plein des Mohamed Merah, mais qui ne deviennent pas des Mohamed Merah. Là, on est en train de mettre dans la tête de jeunes qui ont le potentiel de Mohamed Merah de devenir des Mohamed Merah. Car, d'un coup, ce Mohamed Merah a défié le Raid tout entier", racontait Jamel Debbouze. Et où? En Belgique ! Pour le site belge LeSoir.be.
Dès 2005, les "Indigènes de la République" ont dénoncé un "consensus raciste"


Comme Sophia Aram, Debbouze ne se prive pas de dénoncer la République blanche
Selon eux, ces "gentils messieurs blancs" organisent la banalisation de la coupure générationnelle pour éloigner "les beurs intégrables" de la culture de leurs parents. Est-ce l'accusation la plus sérieuse ?

Debbouze a fait un bout de marche avec les "Indigènes de la République".Le comique a soutenu l'"Appel des indigènes de la République pour la tenue d’assises de l’anticolonialisme", 
avec pétition de Houria Bouteldja (ci-contre) ou, un mois plus tard, celle de Tariq Ramadan.

Ce mouvement islamo-gauchiste a été initié par des militants de diverses obédiences anti-impérialistes et altermondialiste, des associations s'opposant à la loi de 2004 sur l'interdiction du port de signes religieux à l'école, ainsi que des trotskystes et des syndicalistes, ainsi que des mouvements musulmans ou communautaires, des anti-sionistes et pro-palestiniens. Ils souhaitent simplement "dénationaliser" l’histoire de France... Et coloniser l'équipe de France ?

L'agit-prop résiste aux faits

Les voici, mais la vérité rend hargneux les malveillants.




Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):