POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 13 juin 2016

Motion de défiance des journalistes engagés de i-télé contre la direction

Drames professionnels réels ou cabale politique? 

Aux réductions d'effectifs dues à l'état financier de la chaîne
 

"Fusils retournés"
d'information en continu du groupe Canal+, les journalistes - fortement marqués à gauche - ajoutent un sentiment d'inquiétude face aux nouvelles "méthodes éditoriales" de la nouvelle direction.
Notoirement socialistes, les journalistes de la chaîne d'info i-télé ont donc voté massivement (89,5%) en faveur d'une motion de défiance contre leur direction, a indiqué vendredi la Société des journalistes, après l'annonce par la direction d'importantes réductions d'effectifs et de projets de publi-reportages.

A la question : "faites-vous confiance à la direction d'i-télé pour maintenir le cap sur la voie d'une information de qualité et indépendante" [sic] la réponse a été non à 89,5%, sur 88% de participants (191 votes exprimés sur 215 inscrits), a précisé la SDJ de la filiale de Canal+.
Un a priori justifié dans le service public, pourtant soumis à l'alternance politique, mais nettement plus sujet à caution quand on a été sous la tutelle de Canal+  fondé par un proche du socialiste François Mitterrand.
Cette décision intervient après l'annonce d'importantes réductions d'effectifs. Nommé la semaine dernière par Vincent Bolloré pour redresser les comptes de la chaîne, très déficitaire, le directeur de la chaîne Serge Nedjar avait annoncé que les quelque 50 CDD et contrat à durée déterminée d'usage (CDDU) - un quart de la rédaction - ne seraient pas renouvelés. Lors d'une rencontre avec des représentants de la SDJ mercredi, qui s'est déroulée dans un climat tendu, il a aussi donné quelques éléments sur la nouvelle grille, qui pourrait comporter moins de tranches d'info et plus de sport, mais aussi des publi-reportages pour faire revenir les annonceurs.

Leurs confrères de Libération ne se sont-ils pas, eux, finalement bien accommodés de leur rachat par Patrick Drahi, multi-propriétaire capitaliste d'organes de presse?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):