POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 14 juin 2016

Anne Hidalgo, trop sensible pour la politique ?

Anne Hidalgo porte sur la place publique les propos machistes d'un maire

La maire PS de Paris a rendu publique sa lettre au maire du Plessis-Robinson, Hauts-de-Seine, 
Anne n'est pourtant pas bégueule
pour dénoncer ses propos particulièrement grossiers et insultants à son endroit. 
Comme elle le raconte dans son courrier à son collègue maire, Philippe Pemezec, posté sur son fil Twitter dans la journée de mardi, la scène s'est passée le week-end dernier lors d'une réunion délus pour le Grand Paris Express à Clamart où elle retrouvait les rescapés socialistes des dernières élections en Ile-de-France. 

Probablement agacé par la prise de retard, Philippe Pemezec lança alors à la cantonade : "Qu'est-ce qu'ils ont tous à se précipiter autour d'elle, tous ces mecs ? Ils sont comme Untel, à vouloir se faire tailler des pipes par Hidalgo." Propos rapportés qu'Anne Hidalgo vérifia, auprès d'autres acteurs politiques présents, qu'ils avaient bien été prononcés.  

"
Face au sexisme, je ne me suis jamais tue et je ne me tairai jamais", clama la militante féministe. Ainsi, ce mardi, se décida-t-elle donc à dénoncer publiquement les propos semi-publics du maire UMP. Le tweet qui accompagne la publication du courrier est récupérateur : "En vous écrivant aujourd'hui, j'ai conscience de donner à votre vulgarité une notoriété qu'elle ne mérite guère. Vous n'êtes ni le premier ni le dernier à proférer des insanités en croyant avoir régalé son auditoire d'un trait d'esprit (…) Mais je dois à toutes celles qui ont à les subir, comme au respect que m'inspire la fonction de maire, de dénoncer publiquement ce que vous appelerez sans doute des gauloiseries et que j'assimile moins poétiquement à des injures."

L'Anne de la mairie de Paris explique également que Stéphane Troussel, président socialiste du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, a essayé d'interpeller Philippe Pemezec sans que ce dernier ne réagisse, ce qui a également donné l'envie à la maire de Paris de dénoncer publiquement cette scène : "Son interpellation n'ayant abouti à la formulation d'aucun regret de votre part, je trouve utile d'élargir votre audience et de laisser chacun apprécier à la fois votre sens de l'humour, votre vision du monde et votre dignité de maire ", déclare-t-elle.


Une indignation politicienne

Quelques heures après la publication du tweet, Philippe Pemezec a lui aussi réagi. Sans démentir ni s'excuser, il a dénoncé une "ficelle" politique et s'est déclaré navré de l'exploitation que fait de sa remarque Anne Hidalgo, qui, selon lui, "alimente un peu plus l'exaspération des Français"..
 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):