POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 30 mai 2016

Forte poussée de Nicolas Sarkozy dans les sondages

Lentement mais sûrement, Sarkozy revient dans les pensées des Français

Le président du parti Les Républicains bondit dans les sondages. 

Nicolas Sarkozy, qui fait discrètement campagne, tient plus que jamais à cette stratégie ds petits pas pour 2017.
Nicolas Sarkozy réapparaît sur le terrain et dans les media depuis plusieurs semaines et cette stratégie commence à porter ses fruits : les sondages marquent sa forte progression auprès des électeurs de droite et du centre. Il gagne sept points dans la dernière étude Ipsos (à 44%) et +10 points (à 63%) parmi les sympathisants LR, dans le dernier sondage BVA publié dimanche 29 mai, il s'agit de sa plus forte progression auprès des sympathisants les Républicains.

Au-dessus des primaires de la droite et du centre

Certes, Nicolas Sarkozy reste distancé par Alain Juppé, auteur de plusieurs livres et soutenu par les media socialistes, mais l’écart se resserre. L'ancien président est toujours distancé par Alain Juppé aux yeux de la droite et du centre (69%) comme des Républicains (69%), mais le maire de Bordeaux perd respectivement deux et sept points dans ces échantillons.

Parti plus tôt, le septuagénaire s'essouffle dans les sondages. La dynamique en ce moment est dans le camp du président du parti Les Républicains. On l'a vu galvaniser les foules à la Réunion, le 28 mai, surfant sur les désillusions et les rancoeurs provoquées par la politique de François Hollande. En effet, pour se concentrer sur l'arnaque de 2012, l’ancien chef de l’état ne se situe pas dans l'optique de la primaire de la droite. Nicolas Sarkozy ne répond jamais à ses concurrents, Alain Juppé, François Fillon, Bruno Lemaire ou NKM qui font pour exister de l’anti-sarkozysme dans leur meetings et interventions publiques. Une fois qu’il aura réduit toutes leurs ambitions à la primaire et qu’il sera face à François Hollande, ses anciens concurrents à droite n'auront d'autre choix que de se ranger derrière lui: c'est la loi des primaires.

L'alternative Sarkozy se précise

Certes, l'ancien Président de le République suscite toujours un vraie réticence chez les électeurs sous influence. Sa campagne est  soit occultée, soit "bashée" par les media, contrecarrée par les entreprises de sondages et dénigrée par certains faiseurs d’opinion. Mais cet acharnement pourrait jouer en sa faveur auprès des Français également maltraités par les mesures gouvernementales et les troubles syndicaux à l'ordre public provoqués par un exécutif autoritaire et sourd au malheur social. En effet, Nicolas Sarkozy regagne sa popularité dans ses déplacements en province, loin des élites et du microcosme socialo-bobo parisien. Il se rend par exemple dans des librairies de centres commerciaux de zone industrielles ou encore chez les producteurs de canne à sucre à la Réunion. Il fait campagne sur l'écoute du peuple qui souffre. C'est cet électorat qui l'avait porté à l'Elysée en 2007, en se détournant des bobards de Ségolène Royal, candidate qui rasait gratis.

Populaire chez les jeunes. 

Nicolas Sarkozy parvient à séduire les jeunes. Dans le dernier sondage IFOP de cette semaine sur la primaire des Républicains, il très largement en tête avec 40% d’intention de vote chez les 18/24 ans contre 20% pour Alain Juppé. Cette popularité rappelle la campagne de Chirac en 1995 face à Edouard Balladur, longtemps favori, mais débordé par la dynamique de fin de campagne de Jacques Chirac, porté par les jeunes électeurs RPR. 

Entre un exécutif au plus bas dans les sondages et un PCF en pointe dans l'opposition à la loi Valls de réforme du code du Travail et qui va "lancer un appel" pour une "candidature commune d'alternative à gauche", la débandade à gauche profite à l'oppositionNicolas Sarkozy incarne le besoin d’autorité et d'une ligne forte et lisible.

La primaire organisée par Les Républicains est prévue les 20 et 27 novembre.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):