POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 11 mai 2016

Soupçons de fraude fiscale sur le groupe Mulliez: Auchan, Decathlon, Flunch, Kiabi, etc...

Perquisitions autour du groupe Mulliez sur des soupçons de fraude fiscale

Une association familiale au 1er rang des fortunes françaises devant Bernard Arnault (LVMH) et Liliane Bettencourt (L'Oréal)

Siège de l'Association familiale Mulliez (AFM) à Roubaix
Des objets ont été saisis au cours de ces perquisitions, réalisées par la PJ de Lille (JIRS), des policiers parisiens et les juges Gentil et Gastineau, dans le cadre d'une enquête à la suite d'une "plainte d'un membre de la famille Mulliez".

Les perquisitions de ce mardi ont eu lieu dans différentes propriétés du groupe Mulliez en France, en Belgique et au Luxembourg dans le cadre d'une information judiciaire pour soupçons de fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale. Cette enquête est "ouverte depuis 8 mois" à la suite d'une "plainte d'un membre de la famille Mulliez". Aucune interpellation n'a eu lieu, mais des objets ont été saisis par les enquêteurs, révèle La Voix du Nord. 
Il y a plusieurs semaines, des hommes de la DGI, la direction générale des impôts, avaient déjà procédé à des perquisitions en présence de fonctionnaires de police de la métropole lilloise.

Selon une source judiciaire, "énormément de documentation" a été saisie, ce qui "va nécessiter plusieurs semaines de travail". Les perquisitions ont notamment eu lieu à Roubaix où se trouve le siège social du groupe Mulliez, au Luxembourg et à Néchin en Belgique, dans la résidence de Patrick Mulliez, fondateur de Kiabi. L'enquête a été ouverte à la suite d'"un dépôt de plainte de la part d'un membre de la famille Mulliez" à l'encontre d'autres membres. "Cela ressemble à un règlement de comptes", a estimé la même source judiciaire. 

Il y a plusieurs semaines, des hommes de la DGI, la direction générale des impôts, avaient déjà procédé à des perquisitions dans les locaux du groupe en présence de fonctionnaires de police de la métropole lilloise.

Un empire tentaculaire dans l'essentiel du domaine de la distribution  

Les principales enseignes de la famille Mulliez, connue pour sa grande discrétion, sont Auchan, Decathlon, Leroy-Merlin ou encore Kiabi ou Norauto. Selon le magazine Challenges, Gérard Mulliez, fondateur d'Auchan, et sa famille seraient à la tête de la quatrième fortune de France en 2015, avec 23 milliards d'euros. D'autres sources les placent en tête du hit parade des holdings familiales.
Les Mulliez, premier acteur familial de l’économie françaiseTout commence en 1961 avec la création d’Auchan par Gérard Mulliez à Roubaix. Suivront Décathlon, Leroy Merlin, Kiabi, Flunch, Saint Maclou, Jules, Boulanger  et une cinquantaine d’autres sociétés. D’après la presse spécialisée, 10 % des dépenses quotidiennes des Français atterrissent dans la poche de cette première fortune professionnelle de France. Une galaxie pilotée par une association familiale (AFM – 650 cousins) représentant plus de 500.000 salariés directs et plus de 80 milliards d’euros de chiffre d’affaires ! 
Interrogé par La Voix du Nord, filiale du groupe belge Rossel, qui possède également Le Soir (et opère lui aussi en Belgique, en France, au Luxembourg, mais aussi en Bulgarie), l'auteur de La face cachée des Mulliez, Bertrand Gobin, estime que "si des membres de la famille Mulliez étaient mêlés à des affaires de fraude fiscale, ce serait une première". Ce  journaliste, créateur du blogmulliez, révèle notamment "la cascade de holdings intermédiaires basées en Belgique, aux Pays-Bas ou au Luxembourg, qui permettent notamment d'échapper à la taxation des plus-values sur les cessions de valeurs mobilières" au sein du groupe Mulliez. Mais s'il souligne que, jusque-là, les 650 cousins formant l’Association familiale Mulliez, n’ont jamais franchi la 'ligne jaune', c'est surtout surtout parce que le système mis en place pour gérer les actifs de l’AFM est suffisamment opaque, voire impénétrable.

Le groupe falilial traîne quelques affaires

En mars dernier, Canal+ avait mené l'enquête sur la face cachée de l'empire Mulliez

Spécial Investigation avait notamment révélé des affaires de corruption et d'exil fiscal. Au début, ils n'étaient que 35. Aujourd'hui, ils sont 600 et pèsent 38 milliards d'euros. Les Mulliez détiennent Auchan, Decathlon, Leroy-Merlin ou Flunch, fuient la presse, cultivent l'entre-soi familial pour verrouiller leur capital. Les pépites mises au jour (au-delà de l'Encyclique de Jean XXIII, sur laquelle les Mulliez se fondent pour transmettre leurs valeurs à leurs descendants), c'est une affaire de corruption en Ukraine, des exils fiscaux à Néchin  en Belgique, ce qui permet à Patrick Mulliez de ne payer que 135 euros d'impôts sur un revenu de plus de 1 milliard. 
"On est des travailleurs", s'insurge Patrick Mulliez, né en 1940 de Gérard Mulliez, créateur de Phildar et lui-même fondateur en 1978 du groupe français de la distribution de distribution de prêt à porter, Kiabi (en croissance de 6,7% en 2015 et créateur d'emplois), confronté aux preuves du journaliste fouille-merde. Et l'héritier de mettre ses tribulations amusées en scène, tout en dépiautant le fonctionnement de la dynastie la plus riche de France. 
Pas très catholique, semble-t-il. Mais catholique, en Socialie laïque, c'est suspect. Comme l'est, du point de vue de la gauche, la réussite.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):