POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

dimanche 8 mai 2016

Le "ça va mieux !" de Hollande suscite la dérision du clan Juppé

Juppé réagit à l'auto-satisfaction de Hollande par un petit cadeau empoisonné pour ses quatre ans à l'Elysée

Le vendredi 6 mai, François Hollande fêtait les quatre ans de son accession à l'Élysée.



Manifestement entré en campagne pour 2017 avec un premier discours de candidat, le chef de l'État, qui est manifestement entré en campagne pour 2017 - espérant dissuader tout concurrent socialiste - avec un premier discours de candidat, répète depuis quelques semaines que "ça va mieux" et vante son bilan et son action à l'Élysée (avec une grosse mobilisation du PS et de ses soutiens, sous la conduite d'un ministre négligent l'Agriculture et les agriculteurs au service du président sortant). Un certain nombre d'indicateurs macro-économiques - le taux d'imposition surtout pour les entreprises, la reprise ténue de la croissance, la baisse des déficits -malgré les dépenses accrues !), le rebond des taux de marge pour les entreprises les moins sinistrées, l'augmentation ponctuelle du pouvoir d'achat des salariés ce dernier mois et même un nouveau frémissement conjoncturel à la baisse de la courbe du chômage - tendent à le pousser à profiter de ce moment.
Les thuriféraires de la presse saisissent l'occasion pour expliquer tant bien que mal d'ailleurs sa démarche hésitante:

Mais ses opposants n'entendent pas, pour autant, relâcher la pression sur la critique du bilan de son quinquennat.
Ainsi, tout particulièrement Alain Juppé qui se pose en principal rival.
La vidéo du camp Juppé en réponse au "ça va mieux" de Hollande, pour les quatre ans du quinquennat
Pour cette date anniversaire du 6 mai 2012, l'équipe du maire de Bordeaux -favori des sondages pour la primaire à droite, comme le fut à gauche en 2006 Marie-Ségolène Royal avant de se faire étendre,  publie une vidéo en forme de réponse au dérisoire mais provoquant "ça va mieux" du locataire de l'Elysée. 
Des initiatives semblables sont attendues chez Bruno Le Maire (BLM) et Nicolas Sarkozy. "Les Jeunes avec BLM" ont eux-aussi publié, dans la matinée de vendredi, une première vidéo bilan. Quatre autres doivent suivre pour *commémorer* les quatre ans du quinquennat.

Pour en revenir à la vidéo des juppéistes, elle s'ouvre sur les images de Marilyn Monroe susurrant son célèbre "Happy birthday to you, mister president", le clip d'un peu plus d'une minute (initié par Aurore Bergé, en charge des réseaux sociaux pour la campagne d'Alain Juppé) oppose d'autres chiffres à ceux mis en avant par François Hollande : taux de chômage notamment des jeunes, faillites d'entreprises, taux de pauvreté, inégalités scolaires, hausses d'impôts sur les ménages, dette, etc.
VOIR et ENTENDRE la vidéo du camp Juppé, en réponse au "ça va mieux" de Hollande, pour les quatre ans du quinquennat: 


La vidéo se conclut naturellement par un appel à voter pour Alain Juppé à la primaire des 20 et 27 novembre. Par cette initiative, l'ancien premier ministre, qui fait cavalier seul, sort pourtant du cadre restreint du débat interne à la droite et apporte la contradiction à un Hollande au plus bas historique d'un président de la Ve République dans les sondages. Certes, tous les autres candidats à la primaire ont de quoi fustiger les résultats (ou l'absence de ces derniers) du gouvernement socialiste, mais quatre ans jour pour jour après la présidentielle de 2012 et un an avant celle de 2017, Alain Juppé voulait clairement marquer le coup.

C'est la réponse du berger à la bergère. De son côté, le PS a aussi fait du maire de Bordeaux une cible favorite. Entre Jean-Christophe Cambadélis qui s'en prend parfois gratuitement (voire sottement) à lui et dénonce son "libéralisme radical", et François Hollande lui-même qui s'amuse de voir certains socialistes 'découvrir' qu'il est "de droite" et critique un homme "pas très sympathique", il est clair que la gauche de gouvernement voit en lui un sérieux rival. Sans oublier ce conseiller du président - Bernard Poignant, 70 ans, - qui re-situe Alain Juppé  "ministre à l'époque de l'Union soviétique"..., ex-député qui n'a jamais été premier ministre, pas même ministre. La liste que conduisait le socialiste breton à l'élection municipale de 2014 à Quimpera d'ailleurs recueilli 43,35 % contre 56,65 % à la liste de droite.

Parallèlement, leurs attaques contre Nicolas Sarkozy se font moins fréquentes. Les deux camps se seraient-ils mutuellement choisis comme adversaires préférés ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):