POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 11 mai 2016

Assemblée: Najat Vallaud-Belkacem provoque le départ des députés de droite

Fébrile, le gouvernement se défoule contre l'opposition de droite

Critiquée, la ministre de l’Education se fait cassante et provoque la colère des députés d'opposition


Membre du gouvernement au bord de la crise de nerfs
Vallaud-Belkacem n'a pas supporté la critique du député LR Alain Suguenot sur ses réformes, mercredi 11 mai. La ministre de l’Education a provoqué un incident de séance, ripostant violemment et provoquant le départ de la plupart des députés de droite, excepté Henri Guaino. 
"Il est vrai que pour beaucoup, vos réformes sont destructrices. Vous n'avez de cesse, Madame la ministre, de vous battre contre tout ce qui représente l'éducation et l'enseignement traditionnels, comme si vous souhaitiez un monde sans mérite ni autorité", a expliqué le député de Côte-d'Or à Najat Vallaud-Belkacem.
VOIR et ENTENDRE la question au gouvernement du député LR :
 
Des députés de droite quittent l'Assemblée après un échange vigoureux avec Najat Vallaud-Belkacem


Ne craignant pas d'entonner la rengaine de la gauche en évoquant l'étalement sur la longueur du précédent quinquennat et sous la pression de la crise économique internationale, la ministre a notamment lancé à l’opposition : "Vous estimez que l’école ces dernières années, l’école française, a été dévalorisée, mais que, dans un fâcheux trouble amnésique, vous oubliez que c’est d’avoir détruit [sic] 80.000 postes d’enseignants (…)" et, sectaire, la Franco-marocaine de reprocher à l'opposition "d’avoir préféré le curé à l’instituteur pour transmettre les valeurs, qui la dévalorisaient."



2006, quand la candidate à la présidentielle 2007,Ségolène Royal, s'en prenait aux enseignants

Lors de sa campagne de 2012, Nicolas Sarkozy avait envisagé le mercredi 8 octobre "que l'on augmente la durée de travail des enseignants", afin que chacun "puisse consacrer 4 ou 5 heures en plus pour aider des enfants dans l'établissement qui ont du mal à suivre". 

La candidate socialiste de 2007 promettait d'alourdir la charge de travail des enseignants.
En 2006, la candidate socialiste en campagne présidentielle annonça en catimini à Angers qu'elle déciderait que les professeurs de collèges devraient assurer 35h de présence pour du soutien individualisé dans leurs établissements scolaires. 
Tout en demandant de ne pas crier l'information sur les toits, elle faisait un amalgame entre l'ensemble et ceux qui peuvent se permettre de donner des cours dans les entreprises privées de soutien scolaire. L'énarque socialiste faisait de la démagogie électoraliste et discriminatoire, ignorant superbement, bien qu'ancienne locataire -à deux reprises- de la Rue de Grenelle, que les enseignants, des universitaires mal rémunérés, appartenant aux classes moyennes et avec enfants ou parents à charge, sans les privilèges fiscaux et avantages financiers (ex: emprunts bancaires à taux très réduits) des parlementaires ou des journalistes, ne sont pas des nantis.

Le président Hollande, son ex-concubin, achète aujourd'hui le vote enseignants avec des promesses d'augmentations de salaires.

Revenons-en à la charge de la ministre de la République, ce 11 mai 2016
"Je retiens de votre question que vous considérez comme juste et méritée l’augmentation du salaire des professeurs d’école mais que
vous nous reprochez de l’avoir réalisée. J’en retiens que vous estimez que l’école ces dernières années, l’école française, a été dévalorisée (cf. supra), mais que, dans un fâcheux trouble amnésique, vous oubliez que c’est d’avoir détruit 80.000 postes d’enseignants (...) et d’avoir préféré le curé à l’instituteur pour transmettre les valeurs, qui la dévalorisaient," a d’abord polémiqué la militante d'un gouvernement aux abois sous la menace d'une motion de censure.

Puis Najat Vallaud-Belkacem a ajouté : "j’en retiens que vous aimez le mérite mais que
rien ne vous choque à voir le déterminisme social l’emporter 100 fois plus que le véritable mérite dans notre école actuelle. Bref, Monsieur le député Suguenot, que votre raisonnement, s’il faut l’appeler ainsi, manque cruellement de cohérence, de lucidité et de bonne foi et j’en suis sincèrement désolée. "


1 commentaire :

  1. Elle préfère l'imam au curé cette petite insolente...........

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):