POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mercredi 4 mai 2016

Les associations rendent difficile l'expulsion des migrants d'un lycée parisien

Des manifestants s'opposent à l'expulsion des clandestins squatteurs du lycée Jean Jaurès.

Des heurts ont opposé mercredi matin des manifestants à des policiers

Venus évacuer les ...270 migrants clandestins occupant illégalement depuis près de deux semaines le lycée Jean-Jaurès en travaux dans le nord-est de Paris,
Défi d'activistes anarchistes prêts à en découdre  

dans le nord-est de Paris, les forces de l'ordre ont dû faire face à des militants violents.

Des faits contestés 
 sur place par des extrémistes, qui ont démenti dans  la presse
"Les seules protections que nous avions étaient juste nos écharpes et ridicules masques anti-microbes car personne ne s'attendait à une telle violence, sans sommation, de la part des CRS et de la gendarmerie. De nombreux Périscope et photographes présent.e.s peuvent en témoigner. Les élu.e.s présent.e.s ne peuvent pas entrer et sont bloqué.e.s avec nous (fait inédit). Les associations présentes à l'intérieur ont été expulsées laissant tous les migrant.e.s seul.e.s face aux forces de l'ordre, sans traduction, sans soutien," raconte la propagande de ces spécialistes de la subversion.

Tard mardi soir, le mouvement "citoyen" 'Nuit debout', installé place de la République, également dans le nord-est de Paris, avait lancé sur les réseaux sociaux un appel à ses sympathisants à s'interposer devant le lycée mercredi matin, jour de l' "expulsion" de l'établissement scolaire de l'Education nationale.

1 commentaire :

  1. La chienlit prend le pouvoir et sème le désordre!
    La gauche ne pas taper sur l'extrême gauche .........Si l'extréme droite faisait le quart de la moitié des exactions commises par ces merdeux hyper violents, que ne dirait on pas sur le FN! D'ailleurs les répressions auraient été terribles.
    Mais là pas touche......ça fait des semaines qu'ils pourrissent la vie des gens et tapent sur les flics!

    Etat de droit? Etat d'urgence? Quelle blague, des mots, rien que des mots, des postures.

    Quand je vois la vieille peau en bas et à gauche de la photo........je me dis pauvre France, sans doute l'arrière grand mère d'un de ses trous duc

    RépondreSupprimer

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):