POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 24 mai 2016

Valls en chute libre dans l'opinion, Hollande stagne

A 73 % de mécontents, la côte d'impopularité du premier ministre explose

Manuel Valls dévisse dans l'opinion

A ce rythme-là, le locataire de Matignon ne va plus tarder à rejoindre François Hollande dans les oubliettes de l'impopularité. Le "baromètre" Odoxa du mois de mai, réalisé les 19 et 20 auprès de 1.020 personnes pour la presse quotidienne régionale, fait état d'une côte de satisfaction de 26 % pour le premier ministre (1% ne se prononce pas). Un record, évidemment qui efface de trois points le précédent établi... au mois d'avril. 

Inutile de chercher bien loin les raisons de sa disgrâce
 
L'utilisation de l'article 49.3 pour faire imposer la très controversée loi Travail par la force en première lecture à l'Assemblée nationale est le démultiplicateur de la colère. 

L'"homme fort" est facteur de violences. 
L'exaspération s'est traduite par l'ampleur et la densité de manifestations marquées par des violences. Les conflits sociaux qui grossissent dans les transports ne devraient rien apporter de plus à un couple exécutif au sein duquel François Hollande stagne au fond du trou.

Le président socialiste est à son pire niveau

Avec 83 % de mécontents, François Hollande retrouve son pire niveau et il faut remonter à janvier 2014. C'était déjà le cas le mois dernier. Seules 16 % des personnes interrogées le trouvent "bon" dans sa fonction. Pour lui, comme pour Manuel Valls, point de salut à gauche... Respectivement 63 % et 58 % de leurs électeurs les rejettent.

François Hollande, qui doit annoncer en décembre sa participation ou non à la présidentielle 2017 observera que, pour l'heure, seuls 14 % des interrogés (32 % à gauche) souhaitent qu'il se représente, contre 20 % en décembre 2015. L'effet régalien post-attentats est bel et bien effacé. 

92 % des Français (82 % à gauche) estiment qu'il ne parviendra pas d'ici là à retrouver leur confiance. La messe semble être dite, même si cette photographie de l'opinion évoluera avec les circonstances et l'actualité.



Hulot, Juppé, Macron, sur le podium

Les sondés ne savent à quel saint politique se vouer, accordant la préférence... à Nicolas Hulot.
Avec 43 % de sympathisants, l'écolo sans étiquette plaît surtout à gauche (64 %). 

A droite, où les primaires offrent des repères plus simples, on lui préfère dans l'ordre Alain Juppé (77 %), Nicolas Sarkozy (62 %) ou Emmanuel Macron (56 %). Comme un contrepoint à Manuel Valls, le ministre de l'Économie est d'ailleurs sur la troisième marche avec un taux de sympathie de 36 %, juste devancé, donc, par Nicolas Hulot (43 %) et Alain Juppé (38 %), comme si ils avaient lus sa série de livres: peut-être, justement, ne les ont-ils pas lus... 

Là encore, à la fin de l'année, les primaires auront rendu leur verdict et que la présidentielle se politisera plus intensément dans les esprits, et mettront de mettre les pendules à l'heure.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):