POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 24 mai 2016

Pas de pénurie de carburant pour Valls au Proche Orient: est-il bien informé ?

Liste des stations service fermées, les cartes pour trouver du carburant

Un article documenté par L'Internaute, mis à jour le mardi 24 mai 2016 à 10h28


Paris, Lyon, Marseille… Où trouver de l'essence ou du gasoil ? Toutes les raffineries sont en grève ce mardi 24 mai, selon une déclaration de la CGT ce matin, peu après 8h ce mardi. Quelle station essence est ouverte ? Listes et cartes de la pénurie d'essence en temps réel... 

La grève a été votée dans les huit raffineries du pays, alors que six étaient déjà bloquées hier par les opposants à la loi travail.

La pénurie d'essence semble désormais inévitable dans toute la France, alors que les stations service étaient déjà sous tension depuis une semaine. Les salariés du terminal pétrolier du Havre avaient eux aussi décidé de se mettre en grève hier soir. Les raffineries d'Exxon Mobil de Gravenchon, en Seine-Maritime, l'une des dernières à ne pas être arrêtée, a vu ses salariés voter la grève en réaction à l'intervention des CRS à Fos-sur-Mer au petit matin, qui ont "chargé" les grévistes pour lever les barrages. Avant Fos, les dépôts de Dunkerque, de Rouen et de Lorient avaient été débloqués par les CRS ce week-end.

VOIR et ENTENDRE
les témoignages que Valls balaie d'un revers de la main :



On apprend ce matin que le dépôt de Lorient a été de nouveau bloqué. Sur Europe 1, Manuel Valls a promis que "d'autres sites seront libérés" et que la loi Travail "ira jusqu'au bout", mais la raffinerie de Donges est aussi toujours bloquée, selon les dernières informations.



La pénurie d'essence, niée par le gouvernement mais constatée par de nombreux automobilistes de l'Ouest et du Nord du pays depuis plusieurs jours, est donc en passe de s'aggraver. Une journée qui s'annonce encore difficile dans de nombreuses stations service. Selon les chiffres livrés ce mardi matin par le ministre des Transports près de 2200 stations essence sont en manque de carburant voire à sec sur l'ensemble du territoire, soit 20 % des stations essence en France. 

Après Nantes, Rennes ou encore le Havre, la pénurie d'essence pourrait aussi affecter Paris, l'Ile-de-France, Lyon ou encore Toulouse ce mardi, comme une large partie du Sud de la France où l'on observait déjà hier ces files interminables de voitures à la recherche d'essence, carburant ou autre gasoil... Plusieurs cartes des stations essence fermées ont été créées pour aider les automobilistes.

VOIR et ENTENDRE
la chasse à l'essence en Ile-de-France: 

EN VIDEO - Quoi qu'en dise Valls et dans le silence mutique de l'Elysée, le dépôt de Fos-sur Mer provoque d'importantes pénuries d'essence dans tout le sud-est. Les syndicalistes semblaient déterminés à assécher les stations service.



Quelles stations essence sont fermées ? Le blog de l'application Essence tente de répertorier les stations essence où il est inutile de se rendre. Ce site appelle d'ailleurs les internautes à apporter leur contribution. On constate sur cette carte qu'après l'Ouest et le Nord du pays ce week-end, c'est toute la France qui est désormais gagnée par la pénurie d'essence.

A Nantes, des files interminables se sont formées depuis ce week-end dans les stations qui ont pu être alimentées. Ce mardi matin, la foule est encore présente devant les stations disposant de carburant. Certains points de vente ont décidé de trouver d'autres fournisseurs pour remplir leurs cuves, alors que la raffinerie Total de Donges est toujours à l'arrêt. Dans les stations services concernées, comme à Carrefour Beaulieu, le temps d'attente dépasse l'heure complète. Ces files vont jusqu'à perturber la circulation comme le rapporte 20 Minutes qui note des bouchons sur "l'île de Nantes, boulevard Schuman ou au niveau du rond-point des Châtaigners". Les trajets de plusieurs lignes de bus ont été modifiés en conséquence.
Sur environ 240 stations de Loire-Atlantique, près de 150 étaient déjà sec vendredi dernier. Un chiffre qui a rapidement gonflé depuis, même si la préfecture de Loire-Atlantique n'a pas fourni de chiffre ce mardi matin. Dans les stations des grandes surfaces, comme Auchan ou Leclerc, il semblait difficile voire impossible de s'approvisionner lundi soir. Quelques stations de centre-ville sont épargnées, mais font face à un déferlement de clients.
Pour l'ensemble du quart nord-ouest, Ouest-France a également mis en ligne une carte actualisée répertoriant les stations fermées grâce à la contribution des internautes et de ses bureaux locaux. La carte recense également les stations d'essence réapprovisionnées dans le Grand Ouest.

A Angers, l'une des premières grandes villes de l'Ouest touchée, les automobilistes bataillent depuis ce week-end pour trouver de l'essence. Ouest-France a listé plusieurs stations où l'on pouvait trouver de l'essence lundi en fin de journée : le Carrefour Saint-Serge, l'Espace à Anjou, le Super U de Beaucouzé, l'Intermarché des Ponts-de-Cé, le Super U de Saint-Barthélémy-d'Anjou, le Super U de Saint-Sylvain-d'Anjou, le Leclerc de Saint-Jean-de-Linières... Attention, la plupart des stations service limite à 20 litres ou à 30 euros l'achat de l'essence.
"A l'heure qu'il est, il n'y a plus d'essence disponible dans toute l'agglomération d'Angers", avait déploré le maire LR Christophe Béchu dans un communiqué diffusé hier, très en colère contre le gouvernement, qu'il estime responsable des blocages.

A Rennes, on annonce un retour à la normale ce mardi 24 mai 2016. La préfecture a indiqué hier que la situation allait s'améliorer. Selon Ouest-France, de nombreuses stations essence restent cependant fermées ce matin, faute d'approvisionnement. "Les dépôts, dont celui de Vern-sur-Seiche, ne sont pas bloqués et les livraisons se font normalement. Donc les stations devraient être réapprovisionnées progressivement", indiquait le préfet de Bretagne en milieu de journée, hier. Reste à voir si cette déclaration sera suivie de faits aux pompes. Certaines stations qui ont pu être réapprovisionnées avaient en tout cas rouvert leurs portes hier après-midi, comme celle de Leclerc à Vern-sur-Seiche.
En Bretagne plus généralement, ce sont les grandes agglomérations qui ont été les premières touchées par la pénurie d'essence. A Rennes, les files d'attente étaient impressionnantes dès ce week-end et de nombreuses stations-service sont restées fermées, comme à Quimper, Lorient ou Vannes. Aucun réapprovisionnement n'a eu lieu dans la région dimanche - les transporteurs d'hydrocarbures étaient au repos selon 20 Minutes.

Au Havre, la situation est encore floue ce mardi matin, après 48 heures sous tension. Les salariés du terminal pétrolier du port du Havre, qui assure 40 % des importations en France, ont voté la grève hier soir. De nombreuses stations sont à sec depuis la semaine dernière. Dans les stations service de la ville, la tension est rapidement montée ce week-end. De nombreux CRS sont arrivés dimanche. Des policiers ont également pris position au Grand-Quevilly, près du dépôt de carburant Rubis, à côté de Rouen, rapporte Normandie-actu.fr. Environ 200 camions ont pu effectuer un chargement samedi, mais il était toujours difficile de trouver du carburant au Havre et à Honfleur, ce lundi, selon France 3.
Pour l'ensemble de la région Normandie, le site normandie-actu a réalisé une carte non exhaustive des stations victimes de pénurie. La ville de Caen a été l'une des premières touchées, les stations Total étaient déjà presque à sec mercredi. La préfecture de Seine-Maritime s'est voulu rassurante hier, indiquant que grâce à l'action des forces de l'ordre, "les réapprovisionnements ont pu reprendre à un rythme soutenu".
Dans le Calvados, la situation s'est améliorée lundi 23 mai dans la soirée. Sur son site Internet, la préfecture du Calvados précise que 32 stations-service sont en rupture totale, 38 sont en rupture de sp95, 34 en rupture de sp98, 40 en GO. Il est également précisé que 30 stations restent réservées aux services prioritaires comme les secours, la sécurité et l'énergie.

Le Nord est particulièrement touché par la pénurie d'essence du fait de la localisation de plusieurs des dépôts pétroliers bloqués. Les préfets du Pas-de-Calais et du Nord ont ainsi décidé de réquisitionner quelques stations-essence pour assurer un ravitaillement aux véhicules prioritaires. A Lille, il était quasi impossible de trouver du carburant dimanche soir, selon La Voix du Nord. Les automobilistes devaient se rendre à Lomme, Villeneuve-d'Ascq ou Marcs-en-Baroeul pour trouver des stations ouvertes. A Calais, quelques stations ont été livrées samedi après-midi et vendaient donc du carburant en fin de week-end. Le journal régional indique même que celle d'Auchan était entièrement opérationnelle et n'était pas prise d'assaut. A Dunkerque, il est possible de trouver de l'essence dans les stations de grandes surfaces et dans les stations BP. La Voix du Nord fait le point sur les stations essence ouvertes et fermées, ville par ville.

A Paris, la situation était calme jusqu'à présent, mais les choses empirent. Dans la capitale, la pénurie d'essence commence à s'installer. A la station Total de l'avenue du Maine, les carburants manquants sont le gasoil et le diesel +, à celle du boulevard Garibaldi il n'y a plus de gasoil, sp 95 et sp 98. A la station BP de l'avenue de la Porte de Chatillon, il n'y a plus de gasoil et à celle de la rue Jeanne d'Arc, il n'y a plus de gasoil ni de sp 98. Plus de gasoil non plus à la station Esso du quai de la Rapée. Il n'est plus possible non plus de trouver de gasoil à la station-service de la rue de Picpus.
La station Total située sur le quai d'Issy-Les-Moulineaux compte de nombreux carburants manquants : le diesel +, l'e10, l'e85, le gasoil et le sp 98. A la station Leclerc du boulevard Fort de Vaux, les automobilistes ne trouveront plus de gasoil ni d'e10. Les automobilistes prennent leurs précautions en tentant de faire le plein d'essence pour éviter de se retrouver à sec. Au fil des heures, la situation évolue et le retour à la normale est encore loin avec les nouveaux sites bloqués en France.

Plusieurs consommateurs font savoir, via les réseaux sociaux, que le prix à la pompe a augmenté dans certaines stations service.
EN VIDEO - Pénurie d'essence : le désarroi des automobilistes parisiens


A Paris et en Ile-de-France, la crainte d'une pénurie d'essence guettait déjà en fin de semaine, poussant les automobilistes inquiets à se rendre à la pompe. Ce lundi, le carburant manquait aux portes de Paris, selon Europe 1, et dans l'ouest de la capitale, selon France Info. Les premières files d'attentes ont été constatées dans la journée aux pompes. Des stations-service étaient également fermées à Roissy, Orly, Pantin ou Issy-les-Moulineaux. De son côté, France Bleu constatait que des stations étaient à sec ce week-end à La-Celle-Saint-Cloud, Vaucresson, Marne-la-Coquette, Saint-Cloud et Montereau. Dans l'Essonne aussi, le week-end a été difficile pour les automobilistes. Les zones entourant Corbeil, Evry et Les Ulis ont été touchées par le manque d'essence. Selon Le Parisien, 40 stations seraient fermées dans ce département, lundi matin. Les stations-service des Yvelines sont aussi été impactées dans une moindre mesure.
Dès jeudi, plusieurs stations-services avaient été prises d'assaut à Mantes-la-Jolie par les automobilistes et le principal lieu de vente de carburant (Auchan de Buchelay) ne pouvait plus fournir d'essence à ses clients. D'après Le Parisien, un camion était attendu en fin d'après-midi pour ravitailler l'hypermarché mais de très nombreux conducteurs avaient entre temps décidé de s'approvisionner ailleurs, créant de nombreuses files d'attentes.

A Lyon, la pénurie d'essence fait également peur depuis lundi soir. Dans le Rhône, 20 Minutes évoque 16 stations "à sec". La raffinerie de Feyzin, qui approvisionne près des trois quarts des stations du département est à l'arrêt complet. Mais ici comme dans les Alpes-Maritimes ou encore dans le Var, autres départements nouvellement touchés, la pénurie de carburant est avant tout liée à la réaction de panique des automobilistes. Malgré les déclarations rassurantes de la préfecture, beaucoup se sont rués aux pompes dès dimanche.

A Marseille, la situation semblait encore calme ce lundi. Les gérants des stations service, interrogés par France Bleu ou encore 20 Minutes, affirmaient avoir suffisamment de stocks pour tenir jusqu'à la fin de la journée. Le tout malgré les files d'attentes importantes qui s'accumulaient à l'entrée de nombreuses stations essence. Mais des informations faisaient état de plusieurs pompes à sec. Un automobiliste témoigne avoir rencontré cinq stations en rupture de stock à Marseille et au Rove. Grâce à l'aide des internautes, La Provence a établi une liste des stations en panne de carburant. A Marseille, 18 stations ne pourraient pas fournir leurs clients.trois stations étaient déjà à l'arrêt lundi en milieu de journée dans les Bouches-du-Rhône, d'après France Bleu.

La police est intervenue tôt ce mardi matin à Fos-sur-Mer pour tenter de débloquer la raffinerie Esso, verrouillée par des centaines de syndicalistes de la CGT depuis 24 heures. Les opposants à la loi Travail, qui ont opté, ici comme dans plusieurs autres lieux stratégiques, pour le blocage des raffineries, dans le but de provoquer une pénurie d'essence, y sont organisés pour tenir un véritable siège depuis hier. Des feux de pneus ont été allumés et brûlent désormais non-stop depuis le début du blocage. Les manifestants semblaient déterminés à maintenir leur action a minima jusqu'à la journée de mobilisation nationale contre la loi Travail ce jeudi 26 mai. La police, qui a "fait face à une forte résistance", est intervenue vers 4h15 et a usé de canons à eau et de gaz lacrymogènes pour débloquer deux ronds points d'accès à la raffinerie et au dépôt de carburant du site. Plusieurs syndicalistes ont rapporté des violences lors de la confrontation avec les CRS.
Alors que les blocages du dépôt de carburants de Fos-sur-Mer, mais aussi des raffineries de La Mède (Total) et de Petroineos (Lavéra), commencent à se faire sentir, les pompistes marseillais espèrent donc que ce déblocage par la force va permettre de les réalimenter en carburant dans la matinée.

Car dans le sud de la France, la tension monte dans les environs. Dans le département tout proche du Vaucluse, à Avignon, une altercation a eu lieu dans une station service entre un automobiliste et un agent de sécurité ce lundi. Les photos ont été diffusées sur Twitter. Les stations Leclerc, Auchan, Carrefour à Avignon sont fermées ce lundi soir.

Bagarre vigile-automobiliste à 11h30 à la fermeture des pompes station-service Leclerc à Avignon 
Les effets des blocages commencent donc à se faire sentir. A Cavaillon, les stations Intermarché et Auchan étaient fermées lundi soir selon la station France Bleu Vaucluse, qui a mis elle aussi ses internautes à contribution. La station Intermarché d'Orange est fermée, comme plusieurs autres à Aubignan, Apt, Bedoin, Beaumes-de-Venise, Carpentras, Caromb, Caumont-sur-Durance, Coustellet, Entraigues, Mazan, Monteux, Morières, Pernes les Fontaines, au Pontet, Sarrians, Sorgues, au Thor, à Vaison La Romaine, la station Intermarché n'a plus decarburants. Dans l'agglomération toulousaine, une quinzaine de stations étaient en difficulté en fin de journée ce lundi selon le site d'info locale CotéToulouse.fr.

Depuis ce mardi matin, les huit raffineries en France sont bloquées ou en cours d'arrêt. Selon Emmanuel Lépine, responsable de la branche pétrole de la CGT, cinq raffineries Total sont concernées : celles de Gonfreville-l'Orcher, Donges, Grandpuits, Feyzinet, Provence-la-Mède, ainsi que celle Petroineos de Lavéra, à Martigues, le port et dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer et Exxon Mobil de Gravenchon.

Les grévistes et manifestants entendent par leur action contester la loi Travail et espèrent que le gouvernement se résoudra à la retirer. Les routiers ont été les premiers à paralyser raffineries et dépôts du carburant en organisant des blocages des sites industriels en début de semaine dernière. Ils ont ensuite été rejoints par les travailleurs de la branche pétrole de la CGT et de FO qui ont appelé à la grève, principalement dans les raffineries. Les camions citernes ne pouvant plus accéder aux produits, les stations-service se sont donc rapidement retrouvées à sec.

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a appelé lundi soir sur France Info à une "généralisation" des mouvements. Le responsable syndical concède que, pour les automobilistes, la grève des routiers, dockers et salariés des raffineries "peut entraîner des gênes", mais il affirme dans le même temps que "la majorité des Français comprend ce mouvement".

Sur les réseaux sociaux, beaucoup de plaignent du temps perdu à chercher une station ouverte et des longues files d'attente pour arriver à la pompe.

Mais s'il faut en rire...


Quand t'as encore de l'essence et que tu entres ds une station juste pour acheter du chewing gum :pic.twitter.com/FJMvGUlkDD

Je vais faire de l'essence, si je ne suis pas revenu samedi, prévenez ma famille.

Pas convaincu par toutes vos blagues sur l'essence, je suis un peu sur la réserve.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):