POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 3 mars 2016

Réforme du code du Travail: les "Gracques" à fond derrière la mère-porteuse du projet Valls

Pour les "Gracques," le projet "va dans le bon sens"




"Les Gracques", un collectif de réflexion à l'aile droite du PS, plaide en faveur du projet de loi que Valls fait endosser à El Khomri.

"Le texte est perfectible mais il va dans le bon sens", assure ce collectif de hauts fonctionnaires, intellectuels et cadres d'entreprises de gauche dans une tribune publiée dans Le Point, propriété de François Pinault (ex-groupe Pinault-Printemps-Redoute) qui a soutenu la candidature de François Hollande en 2012.

"Il ne remet en question aucune des protections fondamentales dont bénéficient les salariés, estiment-ils. "Il ouvre de nouveaux espaces à la négociation. Il permet aux entreprises de mieux s'adapter à la conjoncture, dans un cadre juridique moins aléatoire", écrivent notamment "Les Gracques".

"Les Gracques" souhaitent "dire bravo et saluer le courage de l'exécutif" avec ce projet de loi.

Les Gracques s'en prennent au "vieux logiciel" exprimé dans la "tribune frondeuse" de Martine Aubry et de ses proches. 
Selon eux, "la tribune frondeuse (de Martine Aubry et de ses proches) ne formule pas une proposition concrète de réforme. Pas la moindre idée positive ! Ce qui la porte, c'est le vieux logiciel d'une classe politique qui veut dépenser toujours plus d'argent public et se méfie de l'intelligence collective qui se déploie, sur le terrain, là où l'emploi se crée", poursuivent les auteurs de la tribune.
"La France a tout pour réussir au XXIe siècle (...) Mais elle n'en tirera parti qu'en se réformant, et vite (...) Cette réforme doit être soutenue", écrivent-ils encore.

"Il est logique qu'il soit débattu, amélioré. Mais de là à en demander le retrait pur et simple, par dogmatisme ou opportunisme politique: non, Martine Aubry!", lancent-ils.
"Une partie de la gauche dit le contraire ? Bonne nouvelle pour Manuel Valls, Emmanuel Macron, Myriam El Khomri et le camp réformiste avec eux, ironisent-ils. "Le moment de la clarification est venu", conclut le texte.
"Les Gracques", c'est quoi?
C'est un "groupe de réflexion et de pression",
un lobby créé en 2007 et qui milite pour une rénovation de la gauche française autour de valeurs sociales-libérales.
 Ce groupuscule intello patronal rive gauche appela la gauche à trouver une sortie de secours vers le centre et à tendre la main à Bayrou.
Il prend régulièrement parti sur la politique gouvernementale,
 
en particulier sur les questions économiques. En 2007, ils signèrent ainsi un appel à une alliance PS-UDF. Ils se déclarent démocrates, libéraux, intégrateurs (par opposition au communautarisme), travaillistes, progressistes, défenseurs de l'éducation, écologistes, pro-européens, internationalistes, moraux, réalistes et se disent favorables à la redistribution des richesses, au droit à la sûreté et à une transformation de la société. Même pas 'humanistes', alors ?En novembre 2015, la conclusion de l'université des Gracques fut assurée par... Emmanuel Macron, ministre de l'Économie de Valls dont le projet de réforme du Code du Travail reçoit aujourd'hui leur soutien.Adepte des mots d'esprit, le fabiusien Guillaume Bachelay (soutien de Martine Aubry à la primaire présidentielle socialiste de 2011, membre du collectif de parlementaires 'La Gauche Forte' et, avec les députés Karine Berger, Valérie Rabault et Yann Galut, co-fondateur du courant 'Cohérence socialiste' -financeurs de l'association laïque 'Ligue de l'enseignement' - devenu 'La Fabrique' en vue du Congrès socialiste de Poitiers) leur a trouvé un surnom : " Les Gracques 40" (allusion au CAC 40).
Et qui trouve-t-on parmi ces anciens hauts fonctionnaires de gauche?
La presse cite: Jean-Pierre Jouyet, aujourd'hui secrétaire général de la présidence de la République; Denis Olivennes (directions de la Fnac, puis des magazines Le Point, Le Nouvel Observateur, de la radio Europe 1 et du pôle d'information de Lagardère Active (Paris-Match, JDD, Newsweb); Matthieu Pigasse, banquier et co-propriétaire du quotidien Le Monde; Bernard Spitz (président de la Fédération française des sociétés d’assurances, FFSA) présenté comme un des responsables, président du Pôle International et Europe du... MEDEF depuis juillet 2013;François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France depuis le 1er novembre 2015...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):