POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 7 mars 2016

Réforme Valls du Code du Travail: manifestation d'étudiants et salariés, mercredi 9 mars

Privilégiés par Hollande, les étudiants feront une manif politique

L'intersyndicale d'étudiants ou lycéens et de salariés
opposés au projet Valls de réforme du code du Travail manifestera dans la rue.
Mercredi 9 mars les syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires côté salariés; UNEF, Solidaires Étudiants, Union des étudiants de Toulouse, jeunes communistes et Union des étudiants communistes, jeunes socialistes et NPA Jeunes (trotskistes), du côté des jeunes et des étudiants manifesteront derrière la même banderole pour demander le retrait total du texte. Déjà 41.000 personnes ont indiqué sur Facebook qu'elles participaient à l'événement.
"Cette loi est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Notre seuil de tolérance à la précarité est ­dépassé", lance William ­Martinet, le président de l'Unef, voyant dans le plafonnement des indemnités prud'homales la création d'un "droit au licenciement abusif"
"Ce n'est pas en facilitant les licenciements et en augmentant le temps de travail que l'on va réduire le chômage. Et faire que les apprentis – y compris des mineurs – puissent travailler jusqu'à 40 heures, c'est inacceptable", pointe Rina Rajaonary, à la tête de la JOC.

A Toulouse, la réunion de l'intersyndicale a également cristallisé les divergences de points de vue apparues au niveau national entre ce front du refus et le groupe des 'réformateurs' : CFDT (proche du PS), Unsa (ex-FEN), CFTC (modéré), et les étudiants de La Fage, habituellement classée à droite, ont refusé de se rendre hier matin à l'invitation lancée par les communistes de la CGT. Ils ne seront pas non plus dans la rue le 9 mars. "Nous ferons peut-être quelque chose. Mais nous réfléchissons à notre type de mobilisation. Pour l'instant, nous sommes dans la négociation", expliquait hier Bruno Cagnat, secrétaire général de la CFDT 31.
Manifestations et grèves les 9 et 31 mars, rassemblements le 12 mars, intersyndicales les 17 et 18 mars: la mobilisation syndicale contre la loi El Khomri se fera en ordre dispersé, d'un côté, les partisans d'amendements et de l'autre  les tenants du retrait. La fragile union syndicale s'est fissurée jeudi, lors de deux intersyndicales, l'une visant à réfléchir sur les amendements à proposer au gouvernement, l'autre sur les contours de la mobilisation du 31 mars.
A la CGT, Jean-François Tortajada, membre du bureau de l'Union départementale, voit dans cette journée du 9 mars le point de départ d'une grande mobilisation qui se poursuivra le 22 mars avec la journée de mobilisation dans la fonction publique et un meeting le soir au hall 8 du Parc des Expositions en présence de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, en attendant la journée de mobilisation unitaire du jeudi 31 mars.

Le mercredi 9 mars 2016, d'autres mobilisations CGT et FO sont prévues (en rapport ou non avec le projet de loi sur le travail): SNCF, RATP, professeurs des collèges et des lycées (Sud éducation), dans l'aérien (Sud aérien) et dans les secteurs santé, social, accueil, animation (Sud Santé et CGT).
Entre manifestations contre la loi El Khomri et grève à la SNCF et la RATP, les journées de mardi 8 et mercredi 9 mars 2016 risquent d'être difficile pour ceux souhaitant se déplacer à Paris.
A la SNCF, le trafic sera très fortement perturbé à l'initiative de la CGT, Unsa ferroviaire, Sud Rail et la CFDT, devrait perturber les lignes dès demain 19h: un transilien sur trois seulement en Ile-de-France, un TGV sur deux sur l'axe Est, un TGV sur trois sur les axes Nord, Atlantique, Sud Est et un TGV sur trois entre les villes de province. Les Intercités circuleront à raison de trois trains sur dix. Les TER seront perturbés partout en France avec un train sur trois en moyenne. Les lignes Ouigo seront elles aussi lourdement frappées, avec quatre TGV sur dix en moyenne. Ce sera également le cas de TGV Lyria (5 sur 10) et Eurostar (8 sur 10) alors que le trafic s'annonce normal sur le Thalys et Alleo.
Côté RATP, le trafic devrait être quasi-normal dans le métro parisien. En revanche sur le RER, un train sur deux seulement circulera sur la portion sud du RER B, gérée par la RATP, en direction de Massy et Saint-Rémy-les-Chevreuse, en raison d'une grève menée par la CGT et SUD. Sur le RER A, le trafic sera "quasi normal" et l'interconnexion avec le réseau SNCF sera assurée en gare de Nanterre Préfecture pour les trains de la branche Cergy. Elle ne le sera pas pour les usagers désirant se rendre à Poissy: ils sont "invités" à prendre leur train à la gare Saint-Lazare, à Paris. Le préavis des deux syndicats court de mardi 22h00 à jeudi matin.
En plus de contester le projet de loi, les cheminots défendront leurs conditions de travail.

Etudiants et lycéens, irez-vous manifester le 9 mars ? interroge Le Monde...

Priorité de Hollande, la jeunesse est ingrate dès qu'il s'agit de politique. "On est une génération sacrifiée qui en a marre," estime le président du Mouvement des jeunes socialistes (MJS). Le libéralisme, on le subit depuis les années 1980 et ça ne crée pas d'emplois. Le gouvernement n'a pas intérêt à mettre dans la rue tous ceux qui ont voté pour lui en 2012 à quelques mois de la présidentielle", menace le président du MJS, Benjamin Lucas, soulignant que, les jeunes étant les plus touchés par le "précariat", cette loi les concerne au premier chef.



Les étudiants radicaux rêvent d'une réplique de la lutte contre le CPE.
"P'tit zizi" craint une réédition des manif étudiantes contre le CPE
Dans leur texte, les signataires disent vouloir s'inspirer "de la mobilisation contre le contrat première embauche (CPE), en 2006, quand la jeunesse avait fait reculer le gouvernement aux côtés des salariés". 
"Le 9 mars, ce sera un tour de chauffe. C'est pour le 31 mars qu'on espère beaucoup de monde", conclut William Martinet, qui publiait ce dimanche sur Twitter un vademecum en 10 étapes du parfait étudiant mobilisé. "Le gouvernement n'a pas intérêt à mettre dans la rue tous ceux qui ont voté pour lui en 2012," reconnaît-t-on au MJS.

Ca sert à quoi que Pépère se décarcasse ?
Plusieurs dispositifs ont été créés -et financés par la solidarité nationale- depuis 2012 pour aider les jeunes à trouver un emploiEmplois d'avenir (lancés fin 2012), Contrats de génération (inauguré en mars 2013), Garantie jeunes (expérimentée depuis octobre 2013, une allocation de 433 euros distribués aux jeunes de moins de 25 ans sans emploi, pendant un an. En échange, ils s'engagent à suivre des ateliers d'aide à la recherche d'une formation ou d'un emploi), et le petit dernier, lancé en avril 2015, le contrat starter est un nouveau contrat aidé destiné aux entreprises privées qui bénéficient d'un aide égale à 45% du SMIC pour l'embauche d'un jeune de moins de 30 ans, chômeur de longue durée ou habitant un des quartiers prioritaires de la politique de la ville.
Réunis au sein d'une "Inter organisation jeunesse", les syndicats étudiants ont mobilisé durant toute la semaine sur les campus de Paul Sabatier et de Toulouse 1. Ils organisent lundi à 12h30 une assemblée générale à Toulouse Jean Jaurès. "Nous n'avons pas eu beaucoup de temps. Mais je pense qu'il y a aura du monde mardi", annonçait vendredi Angela Lopez. 
Selon la trésorière de l'UNEF, "les étudiants sont des jeunes travailleurs en formation. Beaucoup d'entre eux sont dans des situations précaires pendant leurs études. La précarité se poursuit ensuite sous forme de stages et de CDD à répétition lorsqu'ils entrent dans le monde du travail. Cette loi l'organise pour la totalité de leur carrière professionnelle.
Le parcours du défilé
Mercredi 9 mars, la manifestation contre le projet de loi Traavail décidé par Manuel Valls et porté par Myriam ElKhomri  se rassemblera à partir de 11h30 place Jeanne d'Arc. Elle empruntera ensuite les boulevards à partir de midi pour se rendre au monument aux morts puis à la CCI via la rue de Metz.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):