POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 31 mars 2016

Polémique vertueuse: le dessinateur Plantu fait l'amalgame entre islam et terrorisme

Les idéologues du "politiquement correct" se dévorent 

Plantu sort des clous ?

Sur son blog, ce mercredi, le dessinateur Plantu évoque la sortie d’une gamme de hidjabs et d'abayas par plusieurs grandes marques de luxe. "A quand la fashion ceinture ?", y demande une jeune femme voilée, une ceinture d’explosifs à la taille.


Le dessin dans le journal Le Monde, divise. Un autre de Plantu avait ému il y a quelques jours, parce qu'il rendait hommage aux victimes des attentats de Bruxelles. Dans ce nouveau dessin, publié le mercredi 30 mars par le journal officieux du PS, il fait référence à la nouvelle lubie des marques qui lancent des collections réservées aux femmes musulmanes intégristes, en l'occurrence Dolce & Gabbana et sa nouvelle ligne de hijabs.

Faire du Charlie hebdo, c'est tabou !
Abaya transparent
et affriolant ! 
La phrase "A quand la fashion ceinture ?" en légende de la caricature provoque une onde de choc dans les cercles parisiens bien-pensants… Le dessinateur y associe le voile islamique et la ceinture d'explosifs islamiste, et donc l'islam et le terrorisme. Le terrorisme des djihadistes n'aurait rien de commun avec les islamistes qui n'auraient rien à voir avec l'islam: avec les Chrétiens, alors? C'est sûr, mais ça ne dérange pas les idéologues laïcs et pourtant pro-arabes ! Hollande, "l'homme de la synthèse", n'a-t-il pas remis la Légion d'honneur au prince héritier d'Arabie saoudite ? En cachette, il est vrai...

Le parallèle a déclenché la colère d'une catégorie d'internautes


Le quotidien Le Monde en a fait sa Une comme tous les jours depuis 1985, mais cette semaine Plantu aurait lancé le bouchon un peu loin, tout en sachant que chacun de ses dessins est scruté. Il avait déjà fait polémique, en 2013, avec un amalgame entre cégétistes et islamistes, comme d'autres en ont fait entre écologistes et ayatollahs. Le "second degré" avait été ressorti, mais à force d'ouvrir la boite pour les Bedos père et fils ou Sophia Aram [franco-marocaine dont la mère a disparu de sa biographie: Khadija, 64 ans, a en effet été condamnée en 2011 à deux ans de prison, dont 18 mois avec sursis, pour avoir promis contre rémunération, à des personnes en situation irrégulière des titres de séjour qu'elle n'a jamais remis, en tant qu'élue socialiste des Yvelines et adjointe au maire de Trappes -PCF depuis 1944 et PS depuis 2001, dont sont originaires des célébrités comme Jamel Debbouze], mais elle a la bonne nuance de peau, en passant par les ex-hébergés du service public de France Inter, Didier Porte et Stéphane Guillon [Alexandra, sa soeur, est toujours journaliste à France 2], le stock est éventé.
Cette fois, le clergé chafouin de la république laïque en a implosé…

Plantu se défend d'avoir franchi une ligne rouge ?

Abaya pour la Seine-Saint-Denis
Plusieurs grandes marques se lancent sur ce marché de l'hypocrisie
La marché de la mode islamique intéresse l'Italien Dolce Gabbana, mais aussi le Britannique Marks and Spencer ou le Japonais Uniqlo. Or, si le voile islamique, dans toutes ses déclinaisons plus ou moins couvrantes et isolantes, vise à riposter à la lubricité des musulmans du "genre" entreprenant, il est en vérité tout sauf discret. Il est même devenu un appel provoquant la montée de testostérone.

Accusé d’amalgame entre Islam et terrorisme, Plantu  a déclaré à La Parisienne: "Je veux défendre l’image de la femme."

Le dessinateur est sur la ligne officielle  du PS
Ligne Dolce et Gabbana
Invitée ce matin sur RMC, la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, a dénoncé l'initiative. "Quand les marques investissent dans ces vêtements, elles se mettent en retrait de leurs responsabilités sociales et font la promotion de l’enfermement du corps des femmes. Ça me choque", a-t-elle ainsi déclaré.

Ces protestations pourraient-elles décourager les enseignes en question ? A voir... "Les musulmans représentent 22% de la population et leurs exigences vestimentaires sont trop souvent délaissées par les grandes maisons de couture et de prêt-à-porter européennes", avaient fait valoir début janvier Stefano Gabbana et Domenico Dolce, pour justifier leur démarche mercantile.

Laurence Rossignol compare les femmes voilées aux "nègres américains qui étaient pour l’esclavage"

Pour bénéficiaire de la CMU
Sur RMC ce mercredi 30 mars, Rossignol n’a pas hésité à comparer ces femmes musulmanes aux "nègres américains qui étaient pour l’esclavage". Un terme qui a déclenché une levée de boucliers sur les réseaux sociaux. Et la féministe de passer à la vitesse supérieure: "Quand les marques investissent dans ces vêtements, elles se mettent en retrait de leurs responsabilités ...sociales [sic] et font la promotion de l’enfermement du corps des femmes. Ça me choque, parce que quand on enferme le corps des femmes sous des vêtements qui vont des orteils jusqu’au bout des doigts, l’enfermement global n’est pas loin pour elles derrière."

Alors le chroniqueur lui tend une nouvelle perche, suggérant que peut-être, certaines d’entre elles "choisissent de porter le voile", Laurence Rossignol lâche alors : "Mais bien sûr, il y a des femmes qui choisissent, il y avait des nègres afri… ["afro", pour celles qui savent de quoi elles parlent] américains qui étaient pour l’esclavage.

Produits Uniqlo, ci-contre

La ministre socialiste venue de la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR)  est vite retournée à son argument de départ, inutilement, puisque l'ex-journaliste à La Vie ouvrière, le journal de la CGT, n'a rien de plus à apporter au débat: "On ne peut pas admettre que c’est normal, que c’est anodin, que de grandes marques investissent dans ce marché et en fin de comptes, mettent les femmes musulmanes dans la situation de devoir porter ça. C’est irresponsable de leur part".

 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):