POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

samedi 5 mars 2016

Un entrepreneur en difficulté s'est immolé sur son lieu de travail, dans le Haut-Rhin

Hollande et Valls, responsables, mais pas coupables

Emmanuelle Cosse, ministre du Logement, aux obsèques de ce patron ?

Hubert Dietlin, 57 ans,  s'est suicidé en s'immolant par le feu sur son lieu de travail, ce vendredi 4 mars, à Vieux-Ferrette (Haut-Rhin). "Les premières constatations laissent à penser qu'il s'agit d'un acte de désespoir", selon le procureur de Mulhouse, Dominique Alzeari. 

On dit que sa société de BTP connaissait de gros problèmes de trésorerie.
La société de travaux publics qu'il dirigeait était en proie à des difficultés financières et il n'a probablement "pas dû assumer tout ça", a tenté d'expliquer le magistrat. La veille, la victime avait eu un rendez-vous avec son banquier pour solliciter des prêts.
Pourtant, la veille au soir encore, "on avait parlé des futurs chantiers, d'un appel d'offres, souligne Denis Rouyer. "Je ne crois pas qu'il pensait à ça à ce moment-là".

Les faits se sont déroulés au petit matin, vers 6h30. 

Des caméras de surveillance ont permis de confirmer qu'il n'est intervenu "aucun facteur extérieur" dans la mort du quinquagénaire, précise le procureur. "L'homme est arrivé sur les lieux plus tôt que d'ordinaire. Après avoir ouvert la porte du hangar, il s'est emparé d'un bidon d'essence d'environ 20 litres avant de s'asperger l'ensemble du corps du combustible et d'y mettre le feu. Le chef d'entreprise a parcouru quelques mètres dans la cour avant de s'effondrer", selon les précisions des Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA).

Le neveu du chef d'entreprise a essayé de lui porter secours. Les pompiers, arrivés peu après sur place, ont également tenté de le réanimer en vain. Selon L'Alsace, la victime dirigeait l'entreprise familiale avec son frère. "Le drame est intervenu dans un contexte familial", précisent les DNA.

Le  patron "déprimait un peu: il était dans le doute," témoigne le responsable administratif et financier de l'entreprise. 
"Il ne respirait pas la joie, mais je ne pensais pas que c'était à ce point-là", renchérit sous couvert d'anonymat une habitante de Vieux-Ferrette.
En 2014, l'entreprise avait affiché un résultat de près de 300.000 euros dans le rouge, mais elle avait remonté la pente et était parvenue à l'équilibre en 2015, indique le responsable financier. Ce fut cependant au prix  de quelques coupes dans les effectifs: l'entreprise comptait près d'une quarantaine de personnes il y a quelques années encore contre 28 salariés aujourd'hui.
Hubert Dietlin n'a laissé aucune lettre, aucun message.

17 personnes sont mortes sous les balles d'islamistes fous furieux à Charlie Hebdo et dans une épicerie kasher. Sur la  même période d'une semaine, 180 artisans et petits chefs d’entreprise se donnent la mort chaque année, soit plus de 10 'Charlie Hebdo' par an. Qu'un seul postier mette fin à ses jours et les media étalent compassion et accusations… Mais qu'un petit artisan se suicide au fond d'une région et la presse parisienne y consacre trois lignes en page 10. saignés, ruinés, bafoués, écrasés par une telle montagne de charges que les petits patrons pas pu la supporter.
L’Urssaf - et toutes les caisses d’assurance professionnelles - chargent la mule à chaque fin de mois,  rappelant que vous êtes vulnérable vous arrachant 54% de ce que vous avez gagné, contre une "protection sociale" qui vous protège de tout sauf du désespoir et de la mort… C'est le 'modèle social français' que le monde entier nous envie.
Alors qu’aux Etats-Unis, l’échec est vu comme un préalable incontournable à la réussite, en France, il semble la plupart du temps insurmontable et peut plonger les entrepreneurs dans un profond désarroi.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):