POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 21 mars 2016

La presse est à la solde de l'Etat-PS, dénonce Michel Onfray

A l'écoute, le philosophe dit tout haut ce que déplorent les Français

Le philosophe estime qu'il n'est pas possible d'avoir un "débat serein"...  sur l'islam en France 

"Les journaux, ça sert d'abord à faire la litière des chats". Mais ça sert aussi à faire reluire les chaussures. Le philosophe Michel Onfray ne s'est pas privé de tacler les media français lundi 21 mars sur BFMTV à l'occasion de la sortie en France de deux de ses livres, dont l'un, à l'origine, ne devait pas être publié

Il  a d'ailleurs annoncé la création de sa propre web TV. 
"Je vais créer ma web TV, où on pourra donner une heure à quelqu'un pour qu'il développe ses arguments", a-t-il dit, après avoir vilipendé les media qui l'avaient éreinté.

"Les journaux, ça sert d'abord à faire la litière des chats"

Et puis c'est subventionné par l'Etat, c'est-à-dire par nos impôts, donc la presse défend l'idéologie d'Etat, des gens qui la soutiennent. Donc c'est un normal que moi, qui suis un homme libre, je me retrouve souvent épinglé en Une de quelques journaux qui sont les journaux du pouvoir dominant", a-t-il lancé.
Il était notamment interrogé sur la Une de L'Express -du groupe Altice de Patrick Drahi qui possède aussi, outre l'opérateur français SFR-Numericable, L’Expansion et Libération, en attendant de concrétiser son partenariat stratégique avec NextRadioTV, le groupe d’Alain Weill, en vue du rachatà terme de BFMTV et RMC, employeur de Jean-Jacques Bourdin. Le magazine s'était sérieusement interrogé: "Faut-il brûler Michel Onfray?".
Longtemps retardé, son essai sur l'islam est paru la semaine dernière en France après avoir été publié début février en Italie. Michel Onfray avait initialement décidé, après les attentats de Paris du 13 novembre, de ne pas publier son livre en France car, selon lui, "aucun débat serein" sur l'islam n'y était plus possible.
Par ailleurs, Michel Onfray a assuré vouloir limiter ses apparitions dans les media, notamment dans les émissions de Laurent Ruquier et Thierry Ardisson, des "émissions où on perd son âme". Ou encore "d'autres où on est coincé entre un chauffeur routier transsexuel et un gardien de but qui n'a pas écrit ses livres".

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):