POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 19 octobre 2015

La Russie dénonce une escorte aérienne "dangereuse" de la France

Pas d'accident aérien, mais un incident diplomatique

Un avion de chasse français 
a voulu expulser hors de l'espace aérien français un F18 suisse transportant la délégation russe 

Par erreur, un avion de chasse français a pris pour une menace un F18 suisse de la délégation russe volant au-dessus de la France à destination de Genève.  
Un avion de chasse s'est approché "dangereusement" de celui du président de la Douma russe en route pour Genève, a expliqué Moscou. L'AFP, et  les organes de presse à la botte du gouvernement, dont l'Express, ont embrouillé l'affaire à souhait et font passer cette fébrilité française pour une accusation russe sans fondement.

Moscou a convoqué l'ambassadeur de France 
Ce lundi, l'ambassadeur de France à Moscou s'est vu exprimer la "profonde préoccupation" de la Russie.
La Suisse, en application d'un accord visant la protection de Genève, a une autorisation de survol dans l'est de la France.  Le ministère français des Affaires étrangères a affirmé qu'"il n'y a pas d'avion militaire français en cause."  Quel est donc l'avion qui a "escorté" le F18 suisse avec des personnalités russes à son bord ? 

Moscou dénonce une faute française

"Ce genre d'actions ternissent la possibilité d'utiliser la France comme lieu pour des rencontres multilatérales et pour des négociations", avait auparavant fait valoir le ministère russe des Affaires étrangères, affirmant que l'appareil était français. 
Conduite par le président de la Douma, Sergueï Narychkine, équivalents de l'Assemblée nationale et de Claude Bartolone, la délégation de responsables russes se rendait à Genève.

La Russie maintient qu'un avion militaire qui "s'est dangereusement approché" -au dessus du territoire français- de l'avion civil transportant la délégation russe. D'après la porte-parole de la délégation russe, Evguenia Tchougounova, qui était à bord, l'avion s'est approché "très près" du leur et un des membres de la délégation russe a même été en mesure d'en prendre une photo. 

Un F18 militaire suisse s'est écrasé dans le Doubs, il y a quatre jours

Mercredi 14 octobre,  cet accident aérien avait eu lieu sur la commune de Glamondans, à une vingtaine de km à l'est de Besançon, sans faire de victimes. Le pilote du monoplace, âgé de 38 ans, avait pu s'éjecter avant le crash.


Le plan SATER (sauvetage aéro-terrestre) avait été déclenché à 11h40 par le préfet du Doubs.
Jusqu'à ce crash, la Suisse disposait de 32 F/A 18, avion moderne de combat multi-rôle américain McDonnell Douglas (F/A-18 Hornet), un appareil moderne de fabrication américaine, qui constitue l'élément central de la force aérienne de combat.

Un périmètre de sécurité de 300 mètres avait été établi autour du lieu de l'accident, avait précisé la préfecture. Cette zone est située dans un secteur d'entraînement commun à la Suisse et à la France.

 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):