POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

jeudi 8 octobre 2015

Justice: sursis pour Lamdaoui, un proche de Hollande

Procès de Faouzi Lamdaoui: 18 mois de prison avec sursis et 150 000 euros d’amende 


L'ancien homme à tout faire du président était jugé pour «abus de biens sociaux et blanchiment».


Son procès, qui s’est tenu lundi et mardi à Paris, fera l’objet d’un jugement le 17 novembre.
«Pratique de voyou qui doit être sanctionnée.» Comme d’habitude, le parquet de Paris requis une peine moins sévère compte tenu de «l’ancienneté des faits» : dix-huit mois de prison avec sursis et 150 000 euros d’amende. Il est ici question de Faouzi Lamdaoui, homme à tout faire de François Hollande, au PS puis à l’Elysée, avant d’être exfiltré du château fin 2014 lors de l’annonce de son renvoi en correctionnelle. Son procès, qui s’est tenu lundi et mardi à Paris, fera l’objet d’un jugement le 17 novembre prochain.

«Pas de comptabilité, pas de fiches de paie, pas de soucis», résume ironiquement l’accusation. Cela vise Alpha Distribution, société de coursiers pour labos photographiques, dont Faouzi Lamdaoui était modestement salarié à 5 200 euros par mois, mais suspecté d’en être le gérant de fait pour avoir retiré –par chèques plus ou moins justifiés– quelque 330.000 euros entre 2006 et 2008. L’ordinaire des boutiques gérées à la bonne franquette avant de se faire prendre par la patrouille. Mais la personnalité de Lamdaoui, et surtout son lien avec Hollande, pourrait faire miroiter une toute autre histoire. Me Francis Terquem, partie civile au nom d’une femme de paille dont la signature a été imitée pour figurer comme gérante de Alpha Distribution, ose une vision politique de l’affaire: «Lamdaoui a été utilisé pour truquer des comptes de campagnes."

Il oriente néanmoins le tribunal sur la piste d’un financement par des «généraux algériens».

François Hollande, en tant que Premier secrétaire du PS, avait milité en faveur de l’intégration du FLN au sein de l’Internationale socialiste, alors que le siège algérien était historiquement tenu par le FFS. Ce sera chose faite en 2013, avec Lamdaoui entre autres missi dominici franco-algériens. Me Jean-Pierre Mignard, ami intime de François Hollande et ci-devant avocat de Faouzi Lamdaoui, ne nie pas la problématique. Mais pour mieux l’évacuer: «Pas de doute, les enquêteurs ont cherché de ce côté-là mais n’ont rien trouvé.»

Et de développer l'idée de... «subliminal» rodant autour d’un procès disproportionné à ses yeux: «Deux jours d’audience, trois juges, pour un procès sans victime.» De fait, il aura fallu cinq années de procédure pour juger d’ "une modeste affaire d’abus de biens sociaux a priori d’une simplicité biblique" selon le quotidien socialiste Libération du 21 avril 2015, qui invente les "affaires d’abus de biens sociaux...modestes "
Le procureur reconnaît une «lenteur», ce qui n'a rien à voir avec le fond de l'affaire, si ce n’est une langueur du parquet à instruire les faits, manifestement soulagé d’en finir avec «ce très mauvais et trop long numéro d’illusionniste.» Pas sûr que Faouzi Lamdaoui encaisse sans répliquer.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):