POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 8 septembre 2015

Coût de l'immigration clandestine: Sapin veut jouer avec nos millions

L'Europe joue à qui veut mes millions d'euros

L'Allemagne va renouveler sa population vieillissante en accueillant un demi-million de réfugiés par an, à moyen terme et passagèrement

Forts de la puissance économique de l'Allemagne, "nous pouvons certainement gérer un chiffre de l'ordre du demi-million (de réfugiés par an) pendant plusieurs années (...) peut-être même plus", a déclaré lundi soir le vice-chancelier Sigmar Gabriel (ci-contre) à l'antenne de la chaîne publique ZDF. 
"Nous ne pouvons pas accepter chaque année près d'un million de personnes et les intégrer sans problème", a en revanche mis au point le ministre  social-démocrate de l'Economie, alors que l'Allemagne s'attend à recevoir 800.000 demandes d'asile cette année, quatre fois plus qu'en 2014.

"La politique européenne doit changer," a-t-il encore affirmé, du fait que les Etats européens ne parviennent pas à trouver une réponse coordonnée pour répondre à la crise migratoire frappant le continent, engendrée par le "printemps arabe", la guerre de religion entre musulmans sunnites et chiites et la pauvreté exploitées par les islamistes du Moyen-Orient et d'Afrique.

L'Allemagne peut continuer d'accueillir plus de migrants que ses partenaires, a enfin clamé S. Gabriel, "car nous sommes économiquement un pays fort", s'est-il félicité.

La France a-t-elle les mêmes besoins et les moyens économiques et budgétaires de faire de la surenchère?


"Sigmar Sapin" peut faire mieux avec nos impôts !

L'accueil des réfugiés "est une question de quelques millions" d'euros, selon Sapin. A la louche, ce bras cassé, réfugié socialiste que la bénévole Marianne héberge à Bercy, a estimé à plusieurs millions d'euros ce mardi le coût de l'accueil de 24.000 réfugiés en France.
Le ministre des Finances assure aussi que cela "ne se fera pas au détriment d'autres politiques." Ses affirmations floues à l'emporte-pièce inquiètent pourtant les gens sensés qui ne se fient pas à la bonne mine, fussent-ils ministres et certains en particulier. 

L'accueil de 24.000 réfugiés sur deux ans en France ne fait pas peur au ministre de la dette publique. Car, à part Pruneau Le Roux, l'idiot du village parlementaire, qui lâche des brèves de comptoir avec l'aplomb d'un consommateur du Café du Commerce, Sapin a derrière lui un lourd passif de promesses fallacieuses et mensonges éhontés divers, de détermination molle et de convictions spécieuses variées appelant à une forte dose de foi du charbonnier et de calva à jeün.

"Un geste à la hauteur de la générosité nécessaire"
Les Français n'auront rien à dépenser: "c'est l'Etat qui paie" ! Interrogé sur RMC/BFM TV ce mardi, Sapin a garanti que l'argent qui sera dégagé pour ces personnes "n'a rien à voir avec les enjeux globaux qui sont ceux de l'équilibre du budget de l'Etat et des collectivités locales"
"Nous faisons un geste à la hauteur de la générosité nécessaire", a estimé Michel Sapin. Mais "c'est totalement à la mesure de ce que nous pouvons faire", a-t-il ajouté en reconnaissant que l'accueil des réfugiés représente également "un poids"...  Les bénévoles qui ont la capacité d'offrir une chambre ou deux ont-ils les moyens de régler la facture d'eau, d'électricité et de chauffage de six personnes supplémentaires pendant un an et plus  ?
Il suffit à Sapin de créer "une ligne budgétaire spéciale"...
Interrogé sur la possibilité que l'Etat dégage dans le budget une ligne spéciale consacrée à l'accueil des réfugiés, le ravi de Bercy a répondu "évidemment" ! "Le travail est en cours", notamment avec les collectivités locales, "car ce sont elles qui vont les accueillir", a cyniquement précisé Michel Sapin. 

La Commission européenne va répartir d'autorité l'effort des populations des Etats membres pour 120.000 réfugiés au cours des deux prochaines années. Et ce n'est rien considérant les masses déjà arrivées mais aussi et surtout à venir ! Mercredi, l'UE ne fera qu'amorcer la pompe qui devra rapidement passer au régime supérieur du fait du seul appel d'air ainsi réalisé avec le Proche-Orient.  

Ces quotas d'accueil placent l'Allemagne en première ligne (26,2%, 31 443 réfugiés), suivie de la France (20%, 24 031) et de l'Espagne (12,4%, 14 931). Et l'UE entend-elle décider de sanctions à l'encontre de quatre de ses premiers pays qui restent avec détermination hostiles aux quotas: la Slovaquie, la Hongrie, la République tchèque et la Pologne ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):